Lorsque la haine se mêle à la magie, il faut savoir faire un choix.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 24 Avr - 17:39

La journée ne commençait pas fort. Je n'avais presque pas dormi, la douleur ne m'ayant presque pas quitté. Enfin, j'avais quitté mon lit en même temps que le soleil. La fatigue ne se faisait pas trop sentir mais je n'étais pas au mieux. J'avalais mes gélules militaires, et me dirigeais directement vers la salle de retenue. Le chemin ne fut pas long, descendre deux étages ce n'était pas la mer à boire. En arrivant j'ouvris une porte au hasard, laissant la porte ouverte derrière moi. C'était une pièce basique, un amphithéâtre, j'ignorais qu'alors il y en avait ici. J'allais m'installer au sommet des marches, dans le coin de l'entrée, me dissimulant le plus possible. Dans la mesure du possible je voulais être invisible, je pourrais toujours la rendre aveugle à ma présence, mais l'utilité serait tout de même réduite. Enfin je ne savais pas très bien ce que l'on attendait de moi, surveiller un seul élève, que le professeur l'ayant collé s'en charge.

Mon téléphone retentit alors, puissant, trop dans cette salle vide. D'un geste désinvolte je décrochais, cela faisait des mois que je n'avais pas eut d'appel. La voix modifiées m'apparut alors, et je sut à qui je devais cet appel. La Fog Blue, une société agissant dans l'ombre, c'était pour elle que j'avais travaillé un temps.


- Rokujo, vous n'avez pas oublié que votre dernière mission n'a pas été confirmé?

- Non, je n'ai pas oublié, je savais que vous me recontacteriez, mais ne vous avais-je pas annoncé que je quittais ce milieu?

- Si, mais nous avons des moyens de pression sur vous... J'ai cru comprendre que vous étiez dans une école... Pauvres enfants.

- Ne me recontactez plus jamais. Quelle est ma mission.

- Simple, je veux le corps d'une personne. Il s'agit du ministre japonais. Yukimitsu vous aidera.

- Je refuse tout aide, et je refuse cette mission. Venez dans cette école et je vous jure que vous n'aurez plus aucun agent, adieu Miss Saito.

Je raccrochais alors, sans hésiter. Cette femme se prenait pour une déesse ou quelque chose du même genre, enfin, rien que je ne puisse contrer, surtout ici. Mais ce n'était qu'un simple coup de téléphone, elle n'enverrait personne dans l'immédiat.

Un bruit retentit dans les couloirs, les sons de pas d'une personne, raisonnant dans le silence des couloirs, serait-ce déjà l'agent, m'avait-elle doublé? Non c'était plus probablement l'élève collé.


Dernière édition par Yoite Rokujo le Mar 29 Mai - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 24 Avr - 18:07

Folle de rage, Erzsébet s´engagea dans le couloir qui devait la mener a sa salle de retenue. En effet, son professeur d´histoire n´avait pas du tout apprecia la verve avec laquelle la Necromancienne avait consteste l´un de ses propos sur la Hongrie; S´en était suivi une violente joute verbale, qui s etait soldee par son exclusion et une retenue quqnd le professeur s´etait rendu compte que son eleve allait avoir le dessus.

Voila pourquoi elle se trouvait a present dans ce couloir, ruminant sa colere tandis que la salle etait en vue. Un homme se trouvait la, un professeur sans doute. Alors comme ca son professeur d´histoire n´allait meme pas lui faire línsigne honneur de la surveiller durant sa colle? Il savait tout autant quélle quíl etait en tort, et quélle avait remporte la joute verbale, sans doute preferait il se draper dans sa dignite...Et laisser quelquún d´qutre faire le salle boulot.

Erzsébet entra tres vite dans le champ de vision de son geolier, et se planta devant lui. Elle devait constituer pour lui une bien etrange vue, entre son top noir garni de dentelles et de dechirures, son tour de cou a pics et sa jupe en jean qui lui arrivait a mi cuisse decore de pins, de rubqns noirs et d epingles a nourrice. Bon, d accord elle avait un peu fait expres d en rajouter, mais il faut compendre sa maniere de penser: Elle ne supporte pas de devoir se plier a l´ordre etabli, c est meme cela qui d une certaine facon l a jete dans les bras de ses proxenetes francais. Alors, si elle ne pouvait pas se rebeller plus ouvertement, elle le faisait...Avec ses techniques a elle.

Erzsébet garda alors le silence, se contentant de detailler le professeur de haut en bas, sans rien dire. Une horrible sensation l assaillait sans savoir pourquoi, et son Don s affolait etrangement. Si elle n avait pas su qu elle etait collee, et au il s agissait donc d un prof, la jeune femme aurait ete bien incapable de determiner s il etait vivant ou mort! Comment cela eteit possible? A croire qu il se trouvait entre les deux mondes! Un violent frisson la parcourut, tandis que öalgre la chaleur du couloir elle se retrouvait soudain transie de froid! Son Don etait tres sensible, et ce jeune homme, qui semblait avoir pratiquement son age, la deconcertait au plus haut point!

Tentant par dessus tout de ne rien montrer de son trouble, Erzsébet resta silencieuse et sortit de son sac en bandouliere son carnet de correspondance avec la notification de sa retenue, et le lui tendis, toujours tres droite et le regard tres fiere. Elle etait collee car elle se rebellait, que cet homme, aussi etrange au il soit, ne pense pas s en sortir aussi facilement!

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 24 Avr - 18:47

Je n'eut pas longtemps à attendre, une jeune femme entra dans la pièce, une élève, encore trop jeune pour être de Blue fog. C'était certain, ou presque, inutile de se méfier. Je l'inspectais du regard, une tenue bien trop légère pour un temps aussi frais, mais je ne lui en fit pas la remarque, je n'en avais strictement rien à fiche. Un mouvement dans son regard me fit comprendre qu'elle m'analysait, plus que physiquement. Les pupilles dilatées par la surprise, avait-elle trouvé? Non, impossible. Mais je comptais bien lui apprendre la politesse.
Elle me tendis un cahier alors que j'allais la corriger, un bon timing pour elle. D'une main distraite j'attrapais le cahier sans la quitter du regard. Je lisais le motif, mais je m'en serais douté, insolence. Je lui désignais l'endroit de la main, lui administrant au passage une illusion, la salle remplie de cadavre, une illusion brève, comme si elle avait été un éclair traversant le ciel. C'était mon premier et unique avertissement, je n'étais pas ici pour jouer. Enfin je descendis les marches pour me mettre au pupitre.


- Bien, Miss Isaakovitch, vous êtes au moins ponctuelle. Je tâcherais d'en tenir compte. Je me présente Yoite, votre bourreau. Racontez moi pourquoi vous êtes ici en détail, je veux la version objective, aucun jugement personnel dans l'histoire.

Je n'ajoutais rien, me contentant de la fixer dans les yeux, attendant de voir si ma vision faisait son effet. Sans doute serait-elle troublée, voir déstabilisée. Enfin, tout le monde ou presque ici était exceptionnel. Il me fallait la jauger avec plus d'attention, mais pas tout de suite. Je testerais ses limites psychologique.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 28 Avr - 9:42

La rencontre promettait d etre...explosive... Le professeur charge de sa retenue n avait pas l air de vouloir se laisser faire, ce qui arrangeait Erzsébet qui n aimait pas les victoires faciles, ni les combats aises.
Et en parlant de combat, c est le jeune homme qui lanca la premiere attaque. Durant un fugace instant, la salle de retenue fut remplie de cadavres, veritable vision de cauchemar.Cependant, la jeune Necromancienne n eu tpas la moindre reaction, exceptee celle ci:Une simple haussement de sourcils amuse.
Pourquoi cette indifference face a cette vision qui aurait fait hurler n importe qu elle autre eleve qu elle? La reponse en est toute simple, en verite: Erzsébet est Necromancienne, ce qu il fait qu elle peut faire la difference (la plupart du temps) entre les vivants et les morts. Et cette illusion n avait absolument rien eveille dans son Don. La seconde reponse, consequente a la premiere: Erzsébet avait deja vu bien pire, tout en sachant qu il s agissait de choses qui s etaient reellement deroulees...

C est donc avec une nonchalance absolument pas feinte que la Gothique prit place sur le pupitre qui lui etait devolu. Elle ne savait pas encore en quoi consistait son travail, mais elle ne doutait pas que le professeur allait vite le lui apprendre.

A ce propos, ce dernier lui demanda la raison exacte de sa presence ici, apres s etre presente comme son bourreau, qualificatif qui selon la collee lui convenait tout a fait. Elle s exprima alors, d une fois posee et tres calme, nuancee seulement par une pointe de defi:

-Mon professeur d histoire a parle de la Hongrie lors du dernier cours, pays que je connais tres bien puisqu il s agit de mon pays natal. J ai souhaite le corriger sur un point important de son argumentation, ce qu il n a pas apprecie du tout. C en est suivi une discussion de plus en plus violente...et vous connaissez la suite, puisque je suis ici.
Ais-je satisfait votre curiosite...Professeur?


Et elle ponctua cette explication d un sourire. Pas un sourire joyeux, mais plutot qui signifie: "Si tu cherches le combat, tu vas le trouver. Viens jouer avec moi..."

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Dim 29 Avr - 18:18

Aucun mouvement de surprise, j'en conclu qu'elle ne l'a pas été, dommage. Elle se dirige d'un pas calme et serein vers sa place. D'ailleurs d'une voix plate elle me raconte l'histoire, ce qui est presque la version que j'ai entendu.

-Mon professeur d histoire a parle de la Hongrie lors du dernier cours, pays que je connais tres bien puisqu il s agit de mon pays natal. J ai souhaite le corriger sur un point important de son argumentation, ce qu il n a pas apprecie du tout. C en est suivi une discussion de plus en plus violente...et vous connaissez la suite, puisque je suis ici.
Ais-je satisfait votre curiosite...Professeur?


Elle était horriblement arrogante surtout une élève, ce qui me faisait penser que finalement elle était peut-être bien une ennemie. Je ne lui jetais qu'un seul regard, n'éprouvant rien, juste la froideur d'une distance politesse. Je commençais à me questionner intensément sur elle, qui était-elle réellement, je ne devais pas agir à la légère, même si la malmener un peu ne serait pas une chose horrible et totalement incomprise. Mais je décidais de répondre à sa provocation.

- Oui vous m'avez satisfait. Miss Isaakovitch, souhaitez-vous faire de l'heure à venir un pur enfer par simple fierté? Si non, je vous conseille vivement de ne pas faire de vague. Je peux aussi bien discuter que vous rendre aussi craintive qu'une gerbille. C'est à vous de voir.

Mon regard errait sur la pièce, au moins si un problème survenait je n'aurais pas d'ennemi en angle mort et de toute façon personne ne pourrait venir ici, à moins que l'on sache où l'on se trouvait, car malgré la porte ouverte je doutais de la présence de certain élève ici. De toute façon le premier étage était réservé aux professeurs.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 7:17

La joute s'annonçait pour le moins intéressante, et cela plaisait à Erzsébet. Son adversaire paraissait valeureux au combat, et le jeu n'en serait que plus passionnant encore. A sa déclaration, Yoite répondit par une technique vieille et simple comme le monde: La menace, asseoit sur l'adversaire sa domination mentale pour mieux le manipuler, et l'amener à l'agit comme on le souhaite. Pourtant, la Lytaria restait très calme, en effet, elle n'est pas de ceux qui perdent leur calme sans raison. Et à cela, il y a une raison toute bête que la Nécromancienne a compris il y a bien longtemps: Une personne qui reste calme et sourit, même en énonçant les pires horreurs peut être bien plus effrayante qu'un fou qui pête un plomb. Bien sûr, cela ne signifait pas qu'elle n'était pas capable de colère, bien au contraire. Simplement, elle savait quand utiliser l'un ou l'autre, et la situation présente réclamait un grand calme et une maîtrise de soi que Erzsbet possédait De plus, l'utilisation de la menace par son adversaire prouvait quelque chose qu'elle pourrait utiliser à son avantage, sans doute fondamentale: Yoite la sous-estimait. Au fond, c'était compréhensible: elle n'était qu'une élève, mais il la pensait comme les autres. Mais la jeune femme n'était pas comme les autres, ce n'était pas elle qui hurlait en voyant trois cadavres, qui se recroquevillait sous les menaces d'un supérieur. Elle ne pleurait pas quand on la frappait, ne se lamentait quand on l'attachait, qui regrettait les actes passés... Erzsébet, c'était celle qui serrait les dents quand sa devenait trop dur, elle ne s'effondrait pas, du moins pas à l'extérieur. Qu'importe le nombre d'éclat fichés à l'intérieur de sa tête par l'explosion de sa raison, la Nécromancienne restait debout, fière et arrogante. Elle était le Corbeau, un paradoxe vivant qui veut vivre mais qui n'attend plus rien de la vie, qui veut avoir des amis mais qui n'a que mépris pour l'humanité, à la fois arrogante persuadée de n'être moins que rien...

A la menace de son professeur, Erzsébet ne se départit de pas de son calme, et se penchant un peu plus vers l'avant, lui répondit:

-Ravaler ma fierté? Si vous voulez parler de fierté, je vous conseille de vous adresser à mon professeur d'histoire, je suis certaine qu'il saura vous en apprendre un rayon sur le sujet!


Et elle ponctua ses mots par un petit rire très bref, rire de connivence presque dénué de tout défi. Durant un bien court instant, son visage se fendit d'un sourire qui découvrait une rangée de dents couleur de perle, ses yeux bleus se fermèrent, secouée par ce bref mouvement d'hilarité. Et oui, malgré ses vêtements agressifs, Erz' était vraiment une belle femme, même si c'était sans doute cette beauté qui avait amené à elle, un soir en Hongrie un jeune homme très beau et très poli qui disait avoir besoin d'une serveuse à Paris...Après l'avoir précipité dans les bas-fonds de l'humanité, elle se servait à présent de ce corps comme une arme, et elle ne connaissait suffisamment bien pour souvent parvenir à ses fins...

Par cette simple réponse, Erzsébet expliquait tout à qui savait le décoder. Cette arrogance n'avait toujours pas disparu de son ton, façon de lui montrer qu'elle était toujours prête au combat. La seconde raison de cette fierté était plus compliquée à comprendre: Sans cela, elle n'avait plus rien, il ne s'agissait que du lourd vernis pour retenir les morceaux de son coeur rafistolé.
Cependant, l'agressivite présente dans cette phrase n'était pas directement destinée à Yoite. C'était une façon de lui démontrer qu'elle acceptait de cesser le combat si le besoin s'en faisait sentir. Tant en raison de son style vestimentaire que de sa tenue, la majorité de ceux qui ne la connaissait que de loin la prenait pour une fille dangereuse et agressive. Et pourtant, les -trops rares- personnes qu'elle considérait comme ses Amis, connaissaient une toute autre face d'elle-même, celle qui se trouvait être d'une gentillesse et d'une douceur infinie. Simplement, cet aspect était caché à ceux qui n'étaient pas dignes ou pas capables de le voir.

En voulant se baisser pour ramener son sac contre le pied de la table, cette horrible sensation qui l'avait assaillie en arrivant devant le professeur lui revint à la tête. Elle prit sa tête entre ses mains, les coudes posés sur le pupitre, les yeux clos sous la violence du mal de tête qui venait de prendre naissance sous son crâne. Elle ne comprenait pas comment le professeur pouvait paraître à ce point à cheval entre les deux mondes, et cela ajoutait à son désarroi. Comme en général, même les malades lui apparaissent comme vivants, cette éventualité ne lui traversa même pas l'esprit. Entre ses dents, se parlant plus à elle-même qu'au professeur qui l'entendait cependant très bien, elle murmura, perdue dans le brouillard de son esprit:

-Vivant...et Mort...ni Vivant...ni Mort...Qu'est-ce-que c'est?...Comment est-ce possible? Est-ce seulement possible?

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 9:13

Arrogance et mépris, voilà ce que cette jeune femme était. Une simple lycéenne, qui sans doute à un parcours particulier, mais incapable de respecter un supérieur, pourtant, il lui faudrait se calmer extrêmement vite, ne serait-ce que pour son bien. Je n'étais pas à cheval sur la discipline, mais je refusais que l'on manque de respect à une personne qui puisse vous apportez. Dans le cas présent, le professeur d'histoire avait sans doute eut tord, mais elle, avec ses airs supérieurs avait directement remit en question l'autorité d'une personne capable de lui enseigner bien des choses. En revanche que je sois ici, alors que je n'avais aucun lien avec elle. Oui, c'était pour cette raison, j'étais jeune et elle aussi, sans doute saurais-je l'amener à être raisonnable. Enfin, c'était ce qu'ils croyaient, pour ma part je ferais mon travail. D'une façon ou d'une autre.
Il fallait avouer que Blue Fog m'inquiétait énormément, si une équipe arrivait ici ce serait un désastre complet. Surtout que certain était doué de pouvoir autrement plus dangereux en combat que le mien.
Ne quittant pas la jeune femme du regard je la vis se baisser pour attraper son sac, c'est à ce moment qu'elle se prit la tête entre les mains, comme en proie à une vive douleur. Ce n'est que lorsque sa voix me parvint que je compris. Je quittais mon sourire et mon air avenant.


-Vivant...et Mort...ni Vivant...ni Mort...Qu'est-ce-que c'est?...Comment est-ce possible? Est-ce seulement possible?

Oui comment est-ce possible... Eh bien avec la maladie et le corps humain tout est possible en générale. Mais le moment était venue d'asseoir ma volonté sur elle, ou au moins, de lui montrer que j'avais une connaissance approfondie de mon art, tandis qu'elle n'effleurait qu'à peine le sien. D'une voix neutre je pris la parole tout en m'approchant.

- Oui, ni mort, ni vivant. Oui c'est possible. Petite nécromancienne, vous ne croyez tout de même pas que je ne me doutais pas de votre pouvoir? Après vous avoir fait voir ce que je voulais et à vous voir maintenant je peux émettre une théorie. Vous pouvez voir, entendre, parler avec les morts, et sans aucun doute plus. Allons, ne soyez pas gênée de savoir ce que je suis. Je suis un monstre, qui transpire la mort alors que je suis encore vivant.

Je me tus, en m'appuyant sur son pupitre, attendant de voir sa réaction. Me demandant ce qu'elle pourrait bien faire.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 18:49

La douleur se faisait de plus en sentir sous le crâne de la jeune Nécromancienne, qui ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle murmurait encore et toujours ces quelques morts qui semblaient l'ancrer dans cette réalité. Comme si sans cette mélopée incomprise, elle allait se laisser entraîner de l'autre côté de cette frontière qu'elle côtoyait sans cesse. Son Don s'était développé tardivement contrairement à la plupart des autres élèves, qui le découvrait vers l'âge de 10 ans. Mais Erzsébet l'avait découvert à 15 ans, et c'était d'ailleurs le tout premier défunt qu'elle avait pu voir qui l'avait sorti du cauchemar de France. Ce qui faisait qu'elle maîtrisait comparativement moins bien sa Malédiction que beaucoup des autres élèves de son âge. Et là, la Nécromancienne faisait face à quelque chose qu'elle ne connaissait pas...

Yoite s'approcha d'elle, avec le peu de gentillesse qui avait pu transparaître sur son visage totalement disparu. Peut-être lui en voulait-il d'avoir compris une partie de son secret, et comptait-il le lui faire payer. En tout cas, le ton avec lequel il s'était adressé à elle lui fit presque froid dans le dos, alors qu'elle était restée insensible à tout le reste. Mais son esprit était déjà passablement affaibli par cette douleur qui lui vrillait le crâne. Alors il avait compris qu'elle était la nature de son pouvoir? Cela relevait tout de même d'un grand sens de l'observation et de l'analyse, et Erzsébet était agacée de se savoir percée à jour aussi facilement.

Fouillant d'un geste vague dans son sac, la Lytaria mit la main sur une boîte d'aspirine. Les mains tremblant légèrement, elle mit tout d'abord deux comprimés dans sa main...avant d'hésiter d'en mettre six. Elle savait d'un signe de faiblesse, mais à cette seconde elle s'en moquait. En cet instant, tout ce qu'elle voulait s'était se débarrasser de cette Douleur, et elle se désolait que son pouvoir soit si tardif et qu'elle ne possède qu'un contrôle aussi limité dessus.
Elle avala les six comprimés un par un, bien qu'elle douta que cela lui soit d'une grande aide, à part pour lui faire fondre l'estomac...Erzsébet releva la tête pour refaire face au professeur qui continuait de la fixer, manifestement il pensait avoir assis sur l'élève une certaine domination mentale, et dans un sens ce n'était pas totalement faux. Cependant, la bataille était encore loin d'être gagnée pour lui, il aurait mieux valu qu'il se méfie un peu plus. Erzsébet était pleine de ressources, et ce n'était pas cela, aussi surprenant et douloureux que cela put être pour elle, qui allait la rendre inoffensive.

Alors que le professeur était appuyé sur son pupitre, la Nécromancienne put se rendre compte qu'il portait une paire de gants blancs, presque étranges. Prise d'une intuition subite, et au risque de s'attirer les foudres de Yoite qui n'apprécierait sûrement pas, et c'était tout à fait légitime, un tel acte, tira sur le gant.
Elle avait bien fait attention à ce qu'elle faisait, malgré la rapidité de son geste. Elle avait pris un tout petit bout de tissu au bout du doigt, pour ne pas toucher la main, et lui enleva. Et la réponse à son problème lui apparut devant les yeux, terrible et inavouable.

Les yeux écarquillés, consciente du blasphème que représentait son geste, Erzsébet comprit pourquoi son Don s'affolait de la sorte: L'âme de Yoite était toujours bien présente, c'est pourquoi il était vivant. Mais son corps commençait déjà à mourir, et à pourrir d'une certaine façon. La jeune femme avait déjà rencontré des malades graves, et la sensation n'était pas du tout la même: En effet leur âme est toujours là, et même si leur corps s'affaiblit, parfois très rapidement, il est encore vivant lui aussi. Or, le cas de Yoite était totalement différent: certaines parties de son corps étaient déjà mortes...

Cette fois-ci, la Nécromancienne était consciente du fait qu'elle avait fait le pas de trop, et que le prix à payer pour comprendre allait sans doute être élevé. Et, pour ne rien arranger, l'impressionnante quantité d'aspirine ingérée un peu plus tôt ne lui était d'aucun secours pour une souffrance de cette sorte. Et le regard qu'elle leva vers le professeur tenait un autre discours que précédemment, qu'il fallait encore une fois être capable de décoder: "Je ne m'excuserai pour rien d'autre, mais je sais quand je dois admettre avoir eu tort. Pardonnez moi, Professeur."

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 19:14

Elle plongea la main dans son sac et avala une quantité totalement folle d'aspirine. A première vue je dirais que ça dépassait la migraine. Il semblait que j'avais vu juste. Inutile de feindre l'étonnement, elle souffrait, c'était déjà assez gênant d'autant que je n'y étais pour rien. Je continuais de la fixer, cherchant une réaction, il semblait qu'elle n'en avait aucune, totalement blasée. Soudain, je ne sut pourquoi une main s'approcha de la mienne, et le gant s'ôta avec une rapidité étonnante. Ma peau nécrosée lui apparu alors. Mon regard n'éprouva rien, pas même une pointe de stupeur, en revanche intérieurement je bouillais.
Sa tête se releva, ses yeux rencontrèrent les miens, mais en aucune façon il n'éprouvait du regret, ils semblaient me demander d'être indulgent. Mais cette fois elle était elle même responsable de son sort. Je l'avais prévenue, cette heure serait un enfer.
J'avais une folle envie de la gifler, mais ce n'était pas une chose que je m'autoriserais puisque ça laisserais des traces. Vu son étonnement, c'était certain, elle n'était pas de Blue Fog. Au moins cela faisait plaisir à voir.
En revanche j'entrais dans son esprit sans aucune délicatesse, en y faisant entrer une vision, la plus horrible qui soit, statistiquement c'était la seconde peur irrationnelle de l'Homme, la noyade. Elle se trouvait dans un caisson, vide, se remplissant petit à petit, impossible de sortir pour elle. Je restituais tout, la sensation de l'eau montant le long de son corps, la sensation de l'eau qui s'introduirait dans ses poumons, et bien sûre je ne lui épargnerais pas la réanimation, reprendre contact avec la vie, après la mort s'avérait être une chose extrêmement douloureuse et déroutante, en générale une personne interrogée révélait tout ce que l'on désirait savoir au bout de deux cycles. Je lui en ferais subir un seul et unique pour l'instant.
L'eau montant le long de son corps, imbibant ses vêtements, je lui faisais tout ressentir, et voir. Prise au piège dans ce caisson mortel. L'eau arrivant à sa bouche, puis l'apnée. Je me demandais combien de temps elle tiendrait. Cela dura une bonne minute. Puis le réflexe survint, la respiration forcée. Je lui fit ressentir l'eau pénétrant les poumons, le feu qui envahissait le corps à ce moment là. Je laissais le temps à son esprit de divaguer un peu, ne sachant absolument pas ce qu'elle vivrait.
Puis la réanimation, j'arrivais, devant son corps, puis lui vidait les poumons, qui se collèrent, puisqu'humide. Ensuite, la première respiration, celle de la naissance, une douleur que le corps n'oublie jamais, mais camoufle. Je la lui fis revivre, avant de la laisser à nouveau au présent.

Je me tenais devant elle, le regard lourd de reproche. Cela n'était que ma première sanction, ça aurait put être bien pire, mais celle-ci était déjà assez déroutante. Je repris mon gant et allait me remettre à mon pupitre, essayant de reprendre le dessus sur mon emportement, je ne regrettais absolument pas mon geste, d'autant qu'il était justifié. Je me raclais la gorge avant de parler.


- Bien, maintenant que c'est fait, je pense que vous aurez compris là ou est votre place et pourquoi je suis en charge de votre surveillance.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 20:40

A cet instant, Erzsébet savait que les représailles seraient terribles, mais elle ne pouvait imaginer à quel point. L'absence de réaction première du jeune professeur l'effraya, car elle savait bien que cela annonçait pire que de la part de quelqu'un qui serait devenu fou de rage, même si elle pensait qu'il l'était tout de même.
Pas un mot ne fut échangé. L'horreur se mue dans le silence.

Erzsébet baissa la tête quand elle eut la désagréable sensation d'avoir de l'eau au niveau des pieds. Et c'était le cas! Le niveau montait comme si elle était enfermée dans un caisson transparent. Instinctivement, elle se releva brusquement de sa chaise, les yeux écarquillés par la surprise. La jeune Lytaria tentait par tous les moyens de se calmer, après tout ce n'était qu'une illusion, comme les cadavres de tout à l'heure! Mais à, son Don ne lui servait à rien pour lui dire que ce n'était pas vrai! Sa raison était encore suffisamment ancrée dans la réalité pour ne pas paniquer trop, mais c'était la sensation qui allait l'achever.

L'eau montait encore, ses vêtements collaient à sa peau, tout comme ses cheveux. Erzsébet murmurait tout bas pour tenter de se rassurer: "C'est faux, c'est une illusion, ce ne m'arrive pas vraiment..." Mais il y a un moment où la raison explose complètement, pour ne laisser place qu'aux ressentis les plus primaires. Et pour celle, cet instant arriva au moment où l'eau imaginaire dépassa son menton. Et elle continuait encore de monter.

A partir de là, il n'était plus question de se persuader de la non-réalité de cette eau. Elle existait...dans seulement sa réalité...la Nécromancienne prit la plus grande inspiration qu'elle put au tout dernier moment, quand il ne lui fut plus possible de grappiller un peu du précieux dioxygène au-dehors. Elle ne pouvait pas savoir combien de temps cette torture durerait, et si Yoite la laisserait seulement sortir. Il semblait capable e tout, surtout après un tel affront!
Elle tint une minute, mais elle sentait au bout de quarante seconde ses poumons réclamer de l'air, sembler s'embraser dans sa poitrine. Elle tenait à la gorge à deux mains, les yeux fermés et le corps à la torture. Mais tout cela ne fut rien encore comparé au moment où ses poumons forcèrent la respiration. Elle croyait respirer du feu, et elle hurla, même si à ses oreilles cela ne revenait que comme un vague gargouillis. La panique était aux commandes de sa tête, et ses yeux écarquillés de peur et ce hurlement en étaient bien la preuve flagrante.

Cet instant sembla durer une éternité pour Erzsébet, une éternité de souffrance où elle n'était plus capable de penser, juste de ressentir la Douleur et la peur. Et soudain, l'eau autour d'elle disparut, et la jeune femme tomba au sol, les poumons remplis de cette eau qui n'existait que pour elle. Ils se vidèrent d'un coup, et la Souffrance ne s'en fit que plus grande d'un coup quand elle put de nouveau respirer. Sentir ses poumons s'emplir d'air à nouveau faisait si mal que dans sa folie elle en vint presque à regretter l'eau. Mais un fois cette horreur passée, elle resta allongée au sol, respirant bruyamment pour alimenter son corps.

Quand la Nécromancienne tenta de se relever, ses jambes vacillèrent et refusèrent de la porter, et sans la chaise non repoussée elle serait retombée au sol lamentablement. Elle s'étendit sur la table, respirant trop bruyamment. Elle touchait fébrilement ses cheveux, ses vêtements, mais non elle n'était pas mouillée, elle ne l'avait jamais été! Mais la Douleur ressentie, elle, était tout à fait réelle! Cette torture l'avait épuisée, son regard était brouillé et son mal de crâne atteignait des pics insoupçonnés. Coup dur de l'adversaire...

Et la respiration haletante, l'arrogance de son regard voilé par la Douleur et la peur, elle parvint juste à articuler, de façon tout juste audible:

-J'ai mal...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mar 1 Mai - 21:03

Soupirant, je m'approchais d'elle. Il semblait que cette fois j'étais aller un peu loin. Un partout, mais là... Elle souffrait vraiment. Pour qu'une femme comme elle le reconnaisse. Enfin, elle aurait sans doute compris. Je m'expliquerais tant qu'elle ne pouvait pas encore trop réagir. Je m'assis sur la table juste devant la sienne en lui faisant face. Je m'étais bien amusé de sa réaction, vérifiant que son corps n'était pas humide. S'il l'était s'était uniquement sa sueur. J'étais maintenant placé.

- J'y suis aller un peu fort. Mais garde une chose à l'esprit, je suis pire que tout ceux que tu as put rencontré. J'ai tué avec ce pouvoir, pas seulement dans une réalité, mais dans la Réalité. Ce que j'ai fait à été découvert durant la seconde guerre mondiale. La noyade est la seconde peur irrationnelle de l'Homme. Je n'hésiterais pas à te faire vivre d'autres aventures de ce genre si tu veux encore jouer avec moi. Ta santé n'est pas en jeu, tu peux cesser de t'inquiéter. Je ne suis pas non plus irresponsable.
Bien, maintenant relève la tête et accepte ton châtiment. Explique toi sur ton comportement.


C'était la seule punition qu'elle supporterait de toute façon. Et puis la forcer à rester parmi les vivants ne lui ferait pas de mal. D'autant plus que je ne voulais pas la voir dans un état de léthargie. Enfin, je me contentais de l'observer, inutile de prendre son pouls, il était affolé, et sa respiration trop bruyante pour que ce soit fiable. Je l'avais véritablement malmené, mais sans doute comprenait-elle l'ampleur de ce qu'elle avait vue.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mer 2 Mai - 9:46

Ce n'est qu'au bout d'un certain temps que la respiration de Erzsébet reprit un rythme à peu près normal. Cependant, la moindre respiration était devenue douloureuse, et ne parlons même pas de son mal de tête, qui entre le Don affolé et la noyade allait sans doute exploser, du moins c'était son impression. La voix de Yoite lui parvenait comme au travers d'un épais brouillard, et elle devait monopoliser toutes ses capacités pour comprendre ce qu'il lui disait.

Il lui ordonnait de relever la tête, d'accepter son châtiment. Mais accepter cette torture, cette punition, elle l'acceptait tout à fait!Elle savait pourquoi elle l'avait reçu, et elle n'était pas femme à fuir ses responsabilités.
Dans un geste un peu trop lent cependant, elle releva la tête, plongeant son regard bleu dans celui, impassible, de celui qui pour cette heure s'était fait son bourreau. Ce regard exprimait encore la peur qu'elle avait ressenti, enfermée dans ce caisson qui n'avait été créé que pour elle, la Douleur qui pulsait à n'en plus finir dans sa tête et ses poumons, mais également une certaine reconnaissance de la valeur de l'adversaire, toujours cette arrogance qui faisait de Erzsébet ce qu'elle était, même si elle n'était plus dirigée à l'encontre de Yoite.

-Que je...m'explique? C'est tout simple, pourtant, pour vois qui connaissez mon pouvoir. Pour moi, vous êtes à la fois vivant et mort. C'est quelque chose que ma Malédiction ne peut pas appréhender, d'où ce mal de tête et l'aspirine. j'avais besoin de comprendre, et c'est pourquoi j'ai retiré votre gant, et ce que j'ai vu explique tout.
Maintenant, je suis consciente de ce que ce geste représente, et en cela "j'accepte mon châtiment".


Yoite continuait de la fixer, et Erzsébet lui rendait son regard, reprenant peu à peu ses esprits. A cause de sa Nécromancie, elle avait les nerfs à fleur de peau, et une "expérience" telle que celle-ci pouvait bien la traumatiser. Cependant, elle était plus coriace que ne pouvaient le laisser penser ses 50 kilos toute mouillée (Ah ah U.U). Elle avait survécu à pire que cela encore, et il en faudrait plus encore pour la tuer, ou pour morceler encore plus sa raison déjà en miettes. Mais la jeune Lytaria savait qu'elle revivrait encore de nombreuses fois cette torture dans ces cauchemars, éternels compagnons de ses nuits chargés de lui rappeler d'où elle vient, et ce qu'elle est en réalité. Qu'importe combien l'intérieur pouvait être détruit, le corps restait debout et droit, le regard fier, la parole moqueuse. Il ne lui restait rien d'autre...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Mer 2 Mai - 15:09

-Que je...m'explique? C'est tout simple, pourtant, pour vois qui connaissez mon pouvoir. Pour moi, vous êtes à la fois vivant et mort. C'est quelque chose que ma Malédiction ne peut pas appréhender, d'où ce mal de tête et l'aspirine. j'avais besoin de comprendre, et c'est pourquoi j'ai retiré votre gant, et ce que j'ai vu explique tout.
Maintenant, je suis consciente de ce que ce geste représente, et en cela "j'accepte mon châtiment".


Je constatais qu'elle avait un peu de bon sens tout de même. Il ne faut pas tenter plus le diable, lorsqu'elle parle de malédiction je parles de don. Lytaria et Starth sont semblables et si différent. Bien qu'elle eut mit le temps pour reprendre contact avec la réalité, enfin, à se ressaisir je savais qu'à présent elle était bien avec nous. Son regard planté dans le mien était différent, tant mieux. Même si elle avait bougé faiblement la tête, elle était en forme. Il serait peut-être bon pour elle de s'entraîner, une heure c'était tout ce que nous avions devant nous, mais je décidais tout de même de tenter ma chance avec elle. Je ne répondis pas, elle avait tout dit, et comprenait ce qui venait de se produire. En revanche elle semblait dissimuler un lourd passé, le regard en dit long sur une personne, même s'il ne dit pas tout.
Je m'éloignais un peu d'elle, visiblement, plus j'étais loin moins elle souffrait, ce serait peut-être mieux ainsi. Tout en m'éloignant, dos à elle je pris la parole, d'un ton calme, je savais à présent pourquoi j'étais son surveillant.


- Je sais pourquoi je suis ton surveillant, ton professeur d'Histoire savait pour ton pouvoir, j'en jurerais, tout comme il sait pour moi, ça aussi je suis prêt à le jurer. Mais il y a encore plus de raison.
Il se doutait en ma présence que tu aurais un trouble, mais également part mon jeune âge, que tu écouterais sans doute plus facilement. De plus, je peux ajouter que mon passé n'est pas une chose que j'ai dissimulé, aussi il comptait probablement que je te secoue un peu.


Je n'ajoutais rien, inutile de parler plus, ce serait gâcher de l'oxygène. En revanche, il me fallait lui proposer la chose avec tact, peut-être lui proposer une revanche, lui laisser une chance. Il lui faudrait affûter ses talents.

- Erzsébet, je vais te proposer quelque chose, tu peux refuser. Mais je suis certain que tu meurs d'envie de te venger. Alors voilà une solution, je te propose de t'entraîner... Sur moi. Ma présence t'es totalement étrangère, je suis pour toi un cas de figure à part. Use de tes pouvoirs sur moi si tu t'en sens capable, prends le contrôle de ce qui est mort, si tu peux le faire. Je veux voir jusqu'où tu maîtrise ta puissance.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Jeu 3 Mai - 9:30

Erzsébet se rendit compte que sa Douleur au fond de sa tête diminua un peu tandis que le professeur s'éloignait un peu d'elle. Cette sensation de marteau-piqueur était toujours très présente et très douloureuse, mais au moins son regard était redevenu plus ou moins net. Elle se redressa sur sa chaise lentement, une main posée sur sa tête à travers sa chevelure blonde comme si allait apaiser son mal de tête.

Yoite lui expliqua alors pourquoi il avait sans doute été choisi pour être son geôlier durant cette heure de colle. La jeune femme n'était pas sûre que son professeur d'Histoire soit capable de tant de calcul, mais après tout pourquoi pas. Et il était vrai que ces arguments tenaient la route: Etant donné qu'elle supportait très mal les rapports à l'autorité, la confronter à un représentant de l'autorité qui était à peine plus âgée qu'elle pouvait se révéler une bonne idée. Et pour les pouvoirs? Alors il savait qu'elle souffrirait en sa présence? Sadique!

Cependant, la seconde partie de la prise de parole de Yoite fut beaucoup plus intéressante...bien que beaucoup plus surprenante également. Il lui proposait carrément d'expérimenter sa Nécromancie sur lui?! Il ne craignait pas que son manque de maîtrise le conduise à des dangers? Cependant, l'occasion était trop belle pour Erzsébet de pouvoir entraîner un pouvoir encore peu maîtrisé pour qu'elle se soucie de détails pratiques!

Lentement, un peu trop peut-être, Erzsébet se releva de de sa chaise, préférant la station debout. Elle s'appuya contre sa table pour éviter de tomber -on ne sait jamais-, et dit à son geôlier et professeur:

-Je veux bien essayer...Merci beaucoup, Professeur.

Tout d'abord, la jeune Lytaria se concentra, pour avoir en main la maîtrise de ses capacités. Il était très étrange pour elle "d'entraîner" son pouvoir, en effet elle l'avait toujours considéré comme faisait partie intégrante de son corps et d'elle-même, et il était difficile de le voir comme "extérieur", pour mieux pouvoir le contrôler. Cependant, tandis qu'elle calmait lentement sa respiration, les yeux clos, elle tenta de se détacher de ce pouvoir pour mieux le comprendre.
Au bout d'un certain temps, Erzsébet sentit son Don comme une sorte d'aura autour d'elle, sensation nouvelle et étrange pour elle. Y mettant toutes les force qu'il lui restait, elle tenta de renforcer cette aura, de lui donner cette puissance qu'elle ne maîtrisait pas en temps normal.

Rouvrant les yeux, la jeune femme sursauta violemment quand elle vit la vision qui s'offrait à elle:
Ils n'étaient plus seuls dans la pièce! De nombreuses personnes entraient, formant un cercle autour d'eux! Tous des défunts! Erzsébet se retournait pour tous les regarder, et ils la fixaient tous. En tête, il y avait cette ado Japonaise qui la suivait sans cesse depuis son arrivée ici. A ses côtés se trouvait un jeune homme, blond, qui semblait d'origine Russe, le visage parcouru de cicatrices, qui restait extrêmement proche de la jeune femme comme s'il voulait la protéger. De l'autre côté, un autre homme aux cheveux roux et au sourire inquiétant. Il y avait Narlyssa MacFord, celle qui avait été surnommée la Sirène, il y avait un jeune anglais aux cheveux bleu et au visage parcouru d'une étrange marque, qu'elle reconnut comme Nathanaël Anderson. A côté de lui un autre Russe, blond et souriant, avait un bras passé autour de ses épaules. Et il y en avait tant d'autres encore! Elle et Yoite se trouvaient au centre du cercle formé par tous ces défunts:

-Je dois les attirer...avec mon pouvoir...je n'en ai jamais vu autant en même temps!


Erzsébet chercha à concentrer à nouveau son attention sur Yoite, car c'était dans sa direction que son pouvoir se projetait, celui qui n'était ni Vivant ni Mort, et aussi les deux à la fois. S'approchant de lui malgré le mal de tête, la jeune femme prit avec douceur sa main gantée et ôta le gant blanc avec délicatesse, avec des gestes lents pour lui donner le temps de se dégager s'il le souhaitait. Elle sentait l'absence de vie dans ce gant, en comparaison avec sa propre main... Elle était rattachée à un corps vivant, n'y avait-il pas moyen de lui rendre la vie, d'une certaine façon?

Par curiosité, après tout c'était la toute première fois qu'elle tentait quelque chose de cette nature, Erzsébet essaya d'inverser la tendance qui nécrosait lentement de corps encore vivant, gardant toujours une étreinte délicate autour de la main de Yoite.
Cependant, elle aurait dû se douter que pour "rendre la vie" à quelque chose, cette vie devait être prise autre part! C'est avec stupéfaction qu'elle vit la main de son professeur redevenir lentement normale, mais avec meur qu'elle vit sa propre main se nécroser! La souffrance envahissait sa main en même temps qu'elle quittait celle de Yoite!
Prise de peur, elle rompit brusquement le contact. Elle ne pouvait plus bouger les quatrième et cinquième doigt de sa main, tandis que ceux du jeune homme étaient redevenus normaux!

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Jeu 3 Mai - 10:05

-Je veux bien essayer...Merci beaucoup, Professeur.

Je remarquais à peine le temps qu'elle mit à se lever. Bah, elle finirait par aller mieux. Je l'observais avec attention, inutile de me méfier, mais tout de même un sale tour pouvait vite arriver. Mais il semblait qu'elle ne cherchait pas à... Je ne savais plus. Elle semblait concentrée, emportée ailleurs. Son pouvoir était sans doute plus différent du mien, tandis qu'elle agissait sur les défunts, j'affectais le présent. Elle voyait le passé, moi le présent. Elle semblait être plus dangereuse que n'importe qui, voir les morts, n'était-ce pas effrayant?

Ses yeux s'ouvrirent et elle sursauta. Pourquoi, nous étions seul... pour moi. Elle devait voir ceux qui n'étaient plus, mais ici? Je ne dis rien, me contentant d'attendre, inutile. Pourquoi la déconcentrer, pour le moment elle semblait s'en tirer à merveille, son regard erra sur son assemblée invisible. Puis elle parla.


-Je dois les attirer...avec mon pouvoir...je n'en ai jamais vu autant en même temps!

Sans aucun doute, une réplique sarcastique me vint à l'esprit, sans doute que moi non plus, enfin surtout pas encore vivant malgré leur mort. Elle s'approcha de moi avec lenteur, faisant attention au moindre de ses gestes. Au moins elle semblait avoir compris. Elle me prit la main, j'attendis toujours sur la défensive. Elle étreignit pourtant ma main avec douceur. Puis avec stupeur je sentis un courant chaud la traverser, puis devant mes yeux je vis ma main retrouver sa couleur originelle, sans doute qu'elle ne comprit pas plus que moi. Ma main retrouva son état naturelle, enfin presque, seul les deux derniers doigts de ma main gauche étaient resté vivant. Alors que ceux de... Mais quelle abrutie! Je lui retournais une claque de la main droite. Sévère, peut-être mais mérité. Je m'éloignais d'elle avec précipitation, nerveux puis je pris la parole.

- Mais tu te prends pour quoi? Tu veux crever? Tu sais que si cette saloperie atteint ton coeur tu meurs? Tu sais que ça se répands? Trouve le moyen de te rendre tes doigts et vite!

Je lui tendis ma main gauche avec précipitation. Il n'y avait pas de temps à perdre, car bientôt ils mourraient encore, mais elle c'était sa vie qui était en jeux. L'intention était louable, je le savais, mais là...
Impossible de ne pas lui en foutre une, certes c'était inconvenant, mais tant pis.


- Désolé pour la claque, mais je pense que tu n'as pas conscience de ce que tu viens de faire. Tu vas mourir.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Jeu 3 Mai - 16:14

Ses deux doigts morts la faisaient atrocement souffrir, elle ne pouvait pas comprendre comment c'était possible. Elle était parvenue à ramener à la vie quelque chose, et l'en ôter d'autre chose! Erzsébet ne savait même pas qu'elle était capable d'une chose pareille! Sur le coup, c'était la curiosité plus que la peur qui l'emportait, et dans une sorte d'hébétude elle regardait cette main qui lui semblait presque étrangère.

Mais Yoite se chargea de la ramener bien vite à la réalité, en lui assenant une violente gifle qui la prit au dépourvu. Portant sa main blessée à sa joue, elle allait s'exclamer quand il vit le professeur s'éloigner d'elle, montrant pour la toute première fois depuis le début de l'heure de colle des signes évidents de nervosité. Il se mit à lui crier dessus, lui expliquant également que cela provoquait la mort des membres, ce qu'elle savait déjà, mais qu'en plus cela allait se propager jusqu'au coeur et la tuer!
Etrangement, cette idée ne fit pas plus réagir que cela la jeune Lytaria, qui prenait la chose avec un certain détachement. Il faut dire que quand on vit au milieu des morts, on est plus informé que les autres sur ce qu'il leur arrive après, du moins pour ceux qui restent sur Terre. Ce n'est pas le cas de tous les défunts, et heureusement. La grande majorité s'en vont, elle ne savait où d'ailleurs, et ne tenait pas à le savoir. Mais tous ceux morts de mort violente ou avec un fort sentiment d'inachevé restent ancrés à la Terre tant qu'on ne leur fait pas comprendre qu'ils sont morts, ou n'ont pas terminé leur tâche, qu'elle relève de leur vie terrestre ou de la vengeance pure et simple. La Nécromancienne n'était donc pas pourvue de cette peur irrationnelle purement humaine (une autre, n'est-ce-pas, Professeur?) de ce qu'il se passe après la vie.
Bien sûr, cela ne l'empêchait pas de tenir à la vie, et même sans doute plus que beaucoup d'autres. Elle n'a vraiment commencé à vivre qu'il y a deux ans, et Erzsébet compte bien profiter au maximum du temps qu'il lui a été offert!

Yoite lui tendit à nouveau sa main, et après s'être excusé pour la claque, lui ordonna d'inverser le processus. Mais Erzsébet ne savait même pas si elle en était capable! Elle ne comprenait déjà même pas comment elle avait réussi la première fois, alors une seconde!
Mais bien sûr, elle n'allait pas rester sans rien faire. Alors la jeune fille reprit avec autant de délicatesse d'auparavant la main gauche de Yoite avec sa propre main droite malade. Elle devait absolument réussir à refaire le processus à l'envers, sans quoi elle serait atteinte du même mal que le professeur. Et cela, il en était tout bonnement hors de question, elle n'était pas parvenue à échapper à l'orphelinat religieux, au réseau de prostitution pour mourir comme ça, tout simplement parce qu'elle ne savait pas très bien maîtriser son pouvoir!
Et, à son grand soulagement, elle y parvint. La nécrose reflua de sa main pour regagner les doigts de Yoite, la laissant de nouveau en bonne santé. En même temps, elle venait de comprendre que son Don se trouvait systématiquement à double tranchant: Elle ne pouvait pas le soigner, car cela signifierait se condamner elle-même, et que de toute façon, le mal n'était pas arraché de son corps.

Quand elle relâcha son pouvoir d'un seul coup, l'épuisement s'abattit sur elle, et elle regarda les fantômes s'en aller tranquillement, ils n'avaient pas de raison de rester puisqu'ils n'étaient pas plus attirés par son Don que ce qu'elle faisait d'ordinaire, et ils en avaient l'habitude. Même la jeune fille au cheveux noirs sortit, accompagnée par son ami, le Russe blond qui avait passé un bras en travers de ses épaules dans un geste amical.

Erzsébet s'assit sur la table, respirant profondément pour se calmer. Ce qu'elle venait de faire était extrêmement éprouvant, de plus elle ne l'avait encore jamais tenté.

-Je ne savais même pas que je pouvais faire ça...Mais de toute façon, ça ne vous sert à rien...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Jeu 3 Mai - 17:21

Rapidement, très rapidement elle reprit ma main, toujours avec délicatesse. Son état de stress était palpable, au moins la menace d'une mort éminente semblait fonctionner sur elle. Au bout d'un petit moment je sentis l'inverse, la chaleur me quitter, la douleur s'installer à nouveau dans mes mains. J'étais rassuré, au moins elle ne risquait plus rien, enfin je l'espérais. Dans tout les cas j'avais de quoi stopper la maladie si le médicament était prit à temps. Je mis une main dans ma poche pour sortir une plaquette de médicament, je la lui tendis immédiatement tandis qu'elle me parlait.

-Je ne savais même pas que je pouvais faire ça...Mais de toute façon, ça ne vous sert à rien...

Non pas que ça ne me servait à rien, durant ce temps la maladie tentait de reprendre sa place, du moins c'était une théorie. Aussi cela prolongeait sensiblement ma vie. Mais à quel prix. J'entrepris donc de lui expliquer la raison des médicaments.

- Si un signe de nécrose apparaît prends ce traitement, une semaine, deux gélules par jours. Une par midi et une par soir.

Je ne savais encore trop quoi faire, mais au moins si elle était capable de ça c'était merveilleux. Son pouvoir était d'une puissance! Je me plaçais bien en face d'elle et retirais mon gant restant. Je lui présentais mes mains avec un air de défi.

- Maintenant, tu les fais bouger sans les toucher. Si tu es capable de "prendre" la mort, tu es capable de la contrôler. Shinigami-chan. Alors vas-y, sinon il se pourrait bien que tu ais une folle envie de boire à nouveau.

Pures menaces, jamais je ne ferais une telle chose pour un simple échec, mais elle l'ignorait, du moins je le pensais. J'espérais simplement que sous pression elle saurait utiliser son pouvoir hors des limites de son mental. Car même si son pouvoir venait de son esprit, il lui faudrait apprendre à dissocier les deux pour ne faire qu'un. Etrange paradoxe, mais ce n'en était pas moins la réalité. J'attendais des résultats probant. Si elle se révélait avoir une telle puissance alors elle serait l'égal des dieux, au quel cas ils nous faudrait, à nous enseignant, lui donner la sagesse nécessaire pour s'en servir correctement.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Ven 4 Mai - 8:46

Erzsébet savait depuis longtemps qu'une trop forte utilisation de son Don lui occasionnait un fort mal de tête. Cependant, comme elle n'avait jamais poussé son pouvoir aussi loin, elle ignorait que la Douleur pouvait être aussi grande. A travers un brouillard, elle vit le jeune homme lui tendre une plaquette de médicaments et lui en expliquer la raison et la posologie. Murmurant un remerciement et l'appuyant d'un hochement de tête, la Nécromancienne rangea la plaquette dans son sac. Elle retomba alors sur sa plaquette d'aspirine, et mue par un geste stupide mais compréhensible, avala encore quatre comprimés. La jeune fille n'était pas idiote, elle savait qu'elle pouvait se ruiner la santé de cette façon, cependant elle avait tellement mal qu'il s'agissait du cadet de ses préoccupations immédiates.

Après avoir rangé les différents médicaments, elle se redressa, une main sur sa tête au niveau de ses cheveux.

-Qu'est-ce-que j'ai mal à la tête...


C'est alors qu'elle vit Yoite enlever son second gant et tendre ses deux mains devant lui, lui ordonnant de recommencer, mais sans le toucher. Erzsébet grimaça en pensant qu'elle avait l'impression que sa tête allait exploser, mais la menace qu'il rajouta ne lui donna pas envie de répliquer. Dans n'importe quelle autre situation elle n'aurait jamais laissé passer la menace, et l'aurait même planté là, mais là elle n'était pas en mesure de réellement répliquer. De plus, elle ne savait pas s'il était possible d'annuler la mort sans sans la renvoyer ailleurs, comme pour conserver l'équilibre.

Une seconde fois, la jeune Nécromancienne tenta de projeter son pouvoir comme une aura autour d'elle, avant de la projeter sur Yoite. Elle serrait les paumes de ses mains sur ses tempes, comme si cela pouvait éloigner le mal de tête. Dans sa propre représentation de son pouvoir, elle était entourée d'une sorte de halo lumineux dans lequel elle tentait d'inclure le jeune professeur.

A distance, c'était encore plus difficile que la première fois, avec en plus la fatigue qui s'accumulait. Pendant un moment qui sembla s'éterniser, il sembla à Erzsébet qu'elle n'en était plus capable. Mais, à sa plus grande surprise, encore une fois, elle vit les doigts de Yoite se régénérer! Essayant de ne pas prendre peur, elle parvint à garder le processus actif jusqu'au bout, se demandant tout de même comment allait se répercuter cette mort qu'elle ôtait de son corps. Cette Mort, elle pouvait la sentir, palpable autour d'elle. A l'aide son intuition, extrêmement développée, la Nécromancienne pouvait vaguement comprendre que si elle était plus forte encore, elle pourrait "enfermer" cette nécrose pour qu'elle n'ai pas à se répercuter autre part. Il faudrait qu'elle essaye à nouveau, quand elle serait plus en forme.

Et en effet, elle garda cette Souffrance dans son "aura" aussi longtemps qu'elle le put, mais elle devait la libérer, sans quoi elle reviendrait à Yoite ou se grefferait sur elle-même!
Jetant un coup d'oeil à la salle, elle aperçut une plante verte dans un coin de la pièce. Y jetant toutes ses forces, elle offrir cet échappatoire à cette Mort qu'elle ne pouvait plus contenir. Et cela fit plus de dégâts encore que sur un corps, car le végétal tomba en poussière sur le champ, déjà à moitié décomposé.

Aussitôt la pression se relâcha dans son corps, et son pouvoir retomba tandis que la Douleur dans sa tête atteignait des sommets. Elle regarda Yoite, se demandant si cette fois-ci, elle avait bien fait.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Ven 4 Mai - 17:07

Elle hocha simplement la tête lorsque je lui donnais mes directives. Bah, c'était tout ce qui importait. En rangeant la plaquette elle se fourra encore ses médicaments dans la bouche, elle allait littéralement se ruiner la santé. Mais si ça pouvait lui permettre de tenir pour le moment. Lorsqu'elle se releva elle avait une main lui tenant la tête. Je me doutais bien que sa douleur n'était pas feinte, mais il lui faudrait apprendre à passer outre, et le plus tôt serait le mieux.
Elle s'exprima, je l'écoutais, elle le disait à haute voix, elle avait mal. Il me sembla qu'elle eut envie de protester quant-à mes directives d'entraînement, mais son idée lui passa bien vite avec une grimace.

Une seconde fois elle se concentra, faisant je ne sais quoi, j'espérais intimement qu'elle arriverait à prendre le contrôle de mes mains, alors il lui serait possible de merveille par la suite, comme l'animation de cadavre fraîchement mort, personne ne pourrait lutter face à une armée. La chaleur revint comme la première fois dans mes mains, je les regardais étonnement surpris de les revoir ainsi blanche. Mais j'observais très attentivement son corps à elle, si jamais elle s'avisait encore une fois de subir ce que je subissais elle aurait le droit à bien plus. Un coup d'oeil m'indiqua qu'elle avait trouvé ce qu'elle voulait, lorsqu'elle relâcha son pouvoir son corps se détendit un peu. Je jetais un oeil sur la pièce et fut stupéfait de voir la seule plante complètement pourrie. Je m'en approchais d'un air songeur, puis revenait à la jeune femme.

- Ce n'est pas ce que je voulais, mais c'était tout aussi bien joué. Bravo. Ton professeur fera des miracles avec toi. J'aimerais savoir si tu as déjà songé à faire vivre les morts.

Certes ce n'était pas discret, et encore moins annoncé avec tact, mais bon, je voulais savoir, pour ce qui était des remerciements, je ne savais encore comment faire, mais je trouverais mieux qu'un simple merci, bien qu'un jour, mes mains redeviendraient comme cela. En attendant je les traiterais de la même façon qu'avant, comme si elles l'étaient, histoire de ne pas m'habituer trop à cela. Je retournais m'asseoir à ma place précédente et pris de nouveau la parole.

- Erzsébet, parles moi aussi de ton passé, après tout nous avons encore du temps, bien que pas encore bien longtemps.

Je me demandais si elle avait un passé aussi lourd que je l'avais soupçonné ou bien si ce n'était que le fruit de mon imagination débordante.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 9:05

La stupéfaction qui se dégageait du jeune professeur quand il vit le résultat fit tout de même immensément plaisir à Erzsébet, qui prenait ça dans un certain sens comme une marque de reconnaissance pour son pouvoir. Et comme le prix à payer s'avérait très lourd pour elle, c'était la moindre des choses.

Yoite s'approcha de nouveau d'elle après avoir été observer la plante desséchée et pourrie. Mais après les félicitations sur ce petit exploit, il enchaîna avec une question qui lui fit écarquiller les yeux. Retrouvant une partie de la verve qui l'avait animée au début de cette heure de retenue pour le moins étrange, elle lui répondit:

-Non, ça ne m'est jamais venu à l'esprit, tout simplement parce que les morts, je les vois tous les jours, je les côtoie et je leur parle. La plupart des défunts de cette école sont morts de mort violente, de blessure. Alors qu'ils souffrent déjà de leurs blessures en tant que fantômes, je ne me vois même pas tenter de les ramener dans leur corps souffrant! Ils ont été des êtres vivants, certains ont donné leur vie pour cette école, alors je ne ferai pas mes expériences sur eux!


A cause de cette conversation, Erzsébet s'imagina quelque chose: La jolie Japonaise qui la suivait depuis son arrivée ici, comme si elle attendait quelque chose d'elle, de son Don...Cela faisait maintenant deux décennies qu'elle était morte. Et elle remontait à la surface de sa tombe, squelette décharné, avec seulement quelques lambeaux de vêtements et de visage pour la reconnaître. La belle âme de cette fille enfermée dans ce nouveau corps cauchemardesque... Et de cette mâchoire à nu s'élevait une voix accusatrice, pourquoi?!

Chassant cette vue dérangeante de son esprit, la jeune femme concentra à nouveau son attention sur Yoite, la question suivante l'assomma plus encore que la première. Quoi, son Passé? Quel besoin avait-il de le connaître!? Son regard s'assombrit soudainement. Son Passé était sa faille, celle qui à l'intérieur avait tout détruit.Et elle ne comptait pas l'offrir comme arme à celui qui avait été capable de faire subir l'illusion de la noyade, ce serait trop facile après pour lui d'orienter ses illusions dans ce sens pour la faire encore plus souffrir!

-Je ne vous parlerai pas de mon passé, ce serait trop facile pour vous ensuite de le retourner contre moi.

Et Erzsébet n'avait cure des menaces qui pourraient s'ensuivre si elle refusait de lui obéir!

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 10:05

Elle sembla bien plus que choquée par mon intention première, après tout je n'étais mus que par un esprit pratique, lever une armée de mort. Mais c'était oublier ce que la jeune femme était. Fidèle à elle même elle retrouva son acidité.

-Non, ça ne m'est jamais venu à l'esprit, tout simplement parce que les morts, je les vois tous les jours, je les côtoie et je leur parle. La plupart des défunts de cette école sont morts de mort violente, de blessure. Alors qu'ils souffrent déjà de leurs blessures en tant que fantômes, je ne me vois même pas tenter de les ramener dans leur corps souffrant! Ils ont été des êtres vivants, certains ont donné leur vie pour cette école, alors je ne ferai pas mes expériences sur eux!

Le fait de les connaître était le seul problème pour elle? Soit, je pourrais toujours l'emmener voir des morts inconnus. Enfin, elle devait toujours me parler de son passé. Mais son regard s'assombris, rude.

-Je ne vous parlerai pas de mon passé, ce serait trop facile pour vous ensuite de le retourner contre moi.

Bien, si elle ne désirait pas en parler de peur que je lui fasse subir quelques choses de trop fort en rapport avec. Prenant une grande inspiration je me contentais de la regarder. Je ferais donc le premier pas.

- Bien, alors dans ce cas je vais te raconter mon histoire. Tu verras qu'elle est sans doute bien pire que la tienne, et en ce sens, je pense que tu n'as rien à craindre de moi.
Yoite Rokujo, anciennement connu sous le nom de Yoite Sagara. Depuis tout petit j'ai été rejeté par mes parents, je n'ai pas connu autre famille. Le jour ou l'on a découvert pour ma maladie on m'a laissé mourir à petit feu, je suis partie seul à l'hôpital. Mes parents ne sont venue que pour savoir si je revenais avec eux. J'ai refusé, j'étais décidé à mourir seul. Une femme est arrivée et m'a proposé de travailler pour elle. Je croyais qu'elle m'aimait, erreur. J'ai donc ainsi rejoins une société secrète, don je tairais le nom pour ton bien. J'ai assassiné plusieurs dizaine de personnes à travers le monde. J'ai décidé de me ranger, j'ai fui la dite société, et ai été accepté ici pour enseigner.
A toi, n'ai pas peur, tu en sais assez sur moi pour détruire ma vie.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 10:58

Erzsébet ne s'attendait certainement pas à une telle réaction de sa part. Elle pensait plutôt à des menaces, comme celle dont il avait usé pour la faire recommencer avec son Don.
Mais cela fut tout autre, puisque Yoite lui raconta sa propre histoire. Et comme il le lui avait annoncé, elle était très dure et difficile. Il se savait condamné à mourir à petit feu, rongé par cette ignoble maladie dont elle n'avait qu'entrevu toute l'horreur. Rejeté par ses parents, il avait rejoint une organisation et tué. La notion même de meurtre ne la choquait pas plus que cela, il fallait voir comment elle avait réussi à quitter le bordel français. Mais elle n'en restait pas moins profondément attristée.

-Je me disais peut-être...Si à chaque fois que votre maladie prend trop d'ampleur, je peux la transférer sur autre chose, comme je l'ai fait tout à l'heure, ça devrait sensiblement allongé votre durée de vie, non? Enfin, c'est une idée comme ça...


Mais Erzsébet avait bien compris que la contrepartie de cette vérité, était la sienne. Elle était anxieuse de devoir révéler cela, surtout à Yoite. Mais, après une profonde inspiration, elle ne recula pas et commença:

-Je suis née en Hongrie, élevée dans un orphelinat religieux. J'avais déjà de lourd problèmes de discipline, et passais mon temps à faire le mur, la nuit. Un soir, j'ai rencontré un baratineur très poli très flatteur, qui voulais une jolie serveuse pour un un café parisien. Je voulais tellement partir que je l'ai cru.
Je me suis retrouvée dans un bordel, quelque part en France. Pendant trois ans... A être utilisée comme un vulgaire joujou, frappée, violée, humiliée.
J'avais quinze ans quand mon Don s'est développé. Le premier morts que j'ai vu m'a montré où un client dissimulait son arme. Je l'ai tué, ainsi que tout ceux qui voulaient m'empêcher de sortir.
J'ai vécu dans la rue quelques mois, avant de recevoir la lettre. Je me suis embarquée clandestinement sur un bateau...et me voilà.


Tout le temps de son exposé, sa voix s'était faire posée, mais aussi vide d'émotion. On aurait dit qu'elle lisait un quelconque rapport. C'était sa façon de se détacher de tout cela, si elle avait commencer à rentrer dans les détails elle aurait sans doute fondu en larmes.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 12:20

-Je me disais peut-être...Si à chaque fois que votre maladie prend trop d'ampleur, je peux la transférer sur autre chose, comme je l'ai fait tout à l'heure, ça devrait sensiblement allongé votre durée de vie, non? Enfin, c'est une idée comme ça...

Ce fut sa première réaction, un peu surprenante, mais pourquoi pas. C'était une gentille proposition, mais impossible à accepter. D'une part parce que je ne désirais pas être sauvé, pas encore, ce ne sera que lors d'une rencontre prochaine que je retrouverais une certaine envie de vivre. Je ne dis rien attendant, et elle savais ce que j'attendais. Au moins elle était lucide quant-à mes attentes, et après un profonde inspiration elle commença.

-Je suis née en Hongrie, élevée dans un orphelinat religieux. J'avais déjà de lourd problèmes de discipline, et passais mon temps à faire le mur, la nuit. Un soir, j'ai rencontré un baratineur très poli très flatteur, qui voulais une jolie serveuse pour un un café parisien. Je voulais tellement partir que je l'ai cru.
Je me suis retrouvée dans un bordel, quelque part en France. Pendant trois ans... A être utilisée comme un vulgaire joujou, frappée, violée, humiliée.
J'avais quinze ans quand mon Don s'est développé. Le premier morts que j'ai vu m'a montré où un client dissimulait son arme. Je l'ai tué, ainsi que tout ceux qui voulaient m'empêcher de sortir.
J'ai vécu dans la rue quelques mois, avant de recevoir la lettre. Je me suis embarquée clandestinement sur un bateau...et me voilà.

Réseaux de prostitution parisien? Pas original, mais d'une tristesse à fendre l'âme. Je ne pouvais que compatir et encore, je ne savais absolument pas ce que c'était de ce faire violé, ni humilié. En revanche violenté je savais. Quinze ans, son premier meurtre déjà. Sa voix était tout simplement neutre, sans émotion aucune. Sans même une pointe de regret, elle semblait totalement détachée de cette histoire, mais sans doute pas tant que ça. Je lui sourit rapidement, et prit le temps avant de répondre.

- Non, je ne veux pas que tu utilise ce pouvoir sur moi. Je n'en ai pas besoin. Je te remercie, tout de même. Tu as un rude passé en effet. J'ai déjà été une fois en Hongrie, une fois. J'y suis resté que deux jours.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 17:51

Erzsébet avait débité tout son petit discours d'un seul coup, pour être certaine qu'elle ne s'arrêterai pas en route. Car elle savait que si elle faisait une pause, même juste de quelques secondes, elle ne pourait pas reprendre le fil de son récit. Et, l'inévitable arrivait: des images trop précises lui revenaient en tête: Des scènes précises, des "clients" précis, des châtiments donnés...

Elle entendit tant bien que mal la réponse de Yoite. Il était déjà allé en Hongrie, seulement deux jours? Il n'avait rien perdu. La jeune Lytaria ne voyait rien d'intéressant dans ce pays, elle n'en connaissait qu'une sombre bâtisse qui faisait office d'orphelinat, et le minuscule village qui le flanquait. Ce pays ne lui manquait en rien,au contraire. la seule chose qu'il lui restait, c'était cette langue, laide et disgracieuse pour ses oreilles, dont elle n'usait plus que quand il arrivait de se parler toute seule, qu'elle était tellement bouleversé par quelque chose qu'elle n'en revenait qu'à cette langue, ou qu'elle se mettait réellement en colère.
Cependant elle était surprise que le jeune professeur refuse son aide. Cela pouvait lui permettre de renter en vie et en bonne santé encore de nombreuses années! Pourquoi refuser un cadeau pareil, que personne d'autre qu'elle n'était capable de lui offrir? Erzsébet, le Corbeau qui tenait à la vie parce qu'elle savait à quel point elle pouvait être difficile, ne pouvait pas comprendre cette résignation.

-Si c'est votre choix, je n'insisterai pas. Déjà, de toute façon, avec ce que je viens de vous enlever, votre durée de vie vient déjà de s'allonger de manière non négligeable. Mais si vous changez d'avis, vous pourrez toujours me demander.


Elle laissait volontairement cette "porte de sortie" à Yoite, car dans sa vision des choses, il était inéluctable que le jeune homme finisse par vouloir rester en vie. Selon l'optique de la Nécromancienne, il n'était tout simplement pas possible de se résigner.

Détournant pour un instant le regard de son interlocuteur, Erzsébet jeta un oeil par la fenêtre de la salle de retenue. De là, elle pouvait apercevoir le Jardin intérieur, les élèves qui y flanâient tranquillement, quelques tombes parmi toutes celles qui trônaient au milieu de ce bien agréable Cimetière.
Et alors, sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, quelques larmes se mirent à couler sur les joues de porcelaine de la jeune Hongroise, larmes silencieuses que n'accompagnèrent aucun cri, aucun sanglot, seules preuves de l'état intérieur de son esprit qu'ele était sans le vouloir en train de dévoiler à Yoite. Comme elle ne portait jamais de maquillage, il n'y eut rien qui coula, simplement ces quelques gouttes d'eau salée.

En adoptant un ton le plus détaché possible, Erzsbet avait espéré pouvoir échapper à ces souvenirs qui pourtant ne cessaient de la pourchasser depuis tout ce temps. Seulement voilà, et cela le professeur devait commencer à le comprendre, cette fierté, cette arrogance, ce détachement dont elle faisait preuve sans cesse, ce n'était que la facade destinée à cacher tout ce qui n'allait pas dans sa tête. Après tout, quoi qu'elle puisse vous en dire, elle a été vendue à un bordel parisien, et à tué alors qu'elle n'avait que quinze ans environ neuf personnes de sang froid! Cela a de quoi rendre quelque peu marteau même le plus dur des esprits!

Soudain, la jeune femme se rendit compte des larmes qui coulaient le long de ses joues, et s'énerva. D'un geste rageur de la main elle les essuya, la lueur de son regard ayant repris en l'espace d'une seconde toute sa fougue, et elle défia Yoite du regard de rire d'elle une seule seconde! Car, s'il s'avisait d'agir de la sorte, il se pourrait bien qu'elle expérimente cette folie d'Armée des Morts, contre lui! Lui, à qui sans le vouloir elle venait de dévoiler la fragilité instable de son âme, ne voulait surtout pas qu'une telle chose s'ébruite, elle dont toute la réputation était basée sur sa verve et sa langue bien pendue. Car, l'intérieur n'avait beau qu'éclats de verre à l'intérieur d'un corps en latence, elle s'accrochait encore à sa fierté, qui lui permettait de mettre un pas devant l'autre, pour vivre enfin.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   Sam 5 Mai - 18:24

Ailleurs, c'est ainsi que je la qualifierais, elle était ailleurs, et sans doute plus proche que je ne le croyais. Elle ne tiqua que sur mon refus, bah elle se rendrait compte que de toute façon une personne est ce qu'elle est, avec son lot de casseroles, comme tout un chacun. Pour ma part je me remémorais la Hongrie, ce jour froid d'un mois d'octobre. J'étais un invité de marque, du secrétaire à la Défense. Un homme polie s'était présenté à moi, me donnant un dossier, contenant un nom perdu dans ma mémoire, ainsi qu'une photo, une femme. Ma mission était amorcée. Accompagné de Yukimitsu, comme toujours. Même s'il ne m'était d'une aucune utilitée. Nous avions danser toute la nuit, avec un tas de femme, lorsque l'on remarqua l'absence de la femme c'était trop tard, elle s'était jetée du haut du toit. Nous étions repartie presque sans soucis, juste un contrôle de sécurité.

-Si c'est votre choix, je n'insisterai pas. Déjà, de toute façon, avec ce que je viens de vous enlever, votre durée de vie vient déjà de s'allonger de manière non négligeable. Mais si vous changez d'avis, vous pourrez toujours me demander.

Voilà la phrase qui me sortie de mon passé. Attentionnée, mais impossible à accepter. Vivre avec la mort est une chose qui s'apprend, malgré l'horreur de le dire. En revanche j'occupais mon esprit à la détailler, pour ne pas replonger dans mon passé, elle qui fixait l'extérieur. Je ne fit rien. Je vis des larmes couler sur ses joues, je ne dis rien. Malgré toutes ses bravades elle était blessée par son passé. Jamais elle n'oublierait, et puis elle était sans doute plus marquée par la mort des gens puisqu'elle les voyait après. Et puis surtout... A ce moment alors, les gens qu'elle avait tué. Mais elle se rendit compte de ses larmes et les essuya avec violence. Son regard se fit rude, portant sur moi des menaces déplacées, surtout au vu de ce qui venait de se passer. C'est pour cette raison que je durci mon regard au point d'en paraître presque énervé.

- Tu ferais bien de ne pas me juger. Ton passé est lourd, mais tu es là, profite de ta vie, apprend à contrôler la mort, deviens ce que les légendes appellent un Shinigami, là alors tu pourras avoir un regard aussi rude, là tu pourras tenter de menacer tes supérieurs, là seulement, tu sauras te détacher de ton passé. Votre heure de colle touche à sa fin, si vous désirez quittez les lieux vous le pouvez.

Certes, je passais du tutoiement au vouvoiement, mais après tout, nous n'étions pas intime ici. Même si je la comprenais, elle devrait aussi comprendre ce que ses supérieurs attendent d'elle. Que cela lui convienne ou pas.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier contact avec les élèves, tout commence par la retenue.[FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» TNT - la télé tout numérique
» Table Match : Ryback vs Cena
» ON VA BIEN PLUS LOIN AVEC UN MOT GENTIL ET UN FLINGUE, QU'AVEC UN MOT GENTIL TOUT SEUL.
» [Présent] - Premier contact [Pv : Tenshi]
» Premier contact ~ « affaire de faussaire »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StarthClyde :: Archives RP-
Sauter vers: