Lorsque la haine se mêle à la magie, il faut savoir faire un choix.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Dim 8 Avr - 15:12

La sonnerie retentit dans la classe, signifiant la fin du cours de japonais. Pressés d'avoir un peu de liberté, les élèves s'empressèrent de fourrer leurs affaires dans leur sac et de quitter la salle. Seule une étrange jeune femme prit son temps, assise au milieu de la salle. Elle prit bien le temps de noter les devoirs à faire, et remit tranquillement ses affaires dans son sac en bandoulière, avant de sortir son lecteur de musique et ses écouteurs, et, adressant un dernier sourire à son professeur, franchit la porte qui la mena dans le couloir.
Elle savait très bien qu'elle n'avait plus cours avant deux heures, c'est-à-dire EPS. D'ici là, elle comptait bien profiter de ce temps libre, pour se reposer un peu. Et les jardins semblaient tout à fait l'endroit idéal pour prendre un peu de bon temps.

Encore une fois, le calme des jardins l'apaisa. Il y avait bien quelques élèves, ici et là, des couples ou des amis, qui se promenaient, mais de manière globale, il était plutôt désert, et cela lui plaisait tout à fait. Elle s'allongea sous un saule pleureur qui se dressait dans un coin du jardin, et démarra son baladeur. Aussitôt, la musique retentit dans ses oreilles, rien ne manquait à son bonheur. Son sac posé sous sa tête en guise de coussin, elle ferma les yeux, et se laissa bercer par la musique et le vent qui lui murmurait dans les oreilles.

Mais le sommeil ne fut pas aussi apaisant que le cadre et son assoupissement, bien au contraire. Une Erzsébet, âgée alors de sans doute 13 ou 14 ans, recroquevillée sur elle-même sur un grand lit, vêtue d'un kimono et maquillée comme une geisha. Au dessus d'elle se dressait la silhouette menaçante d'un homme, qui paraissait immense en face. Il lui envoya une gigantesque claque qui l'envoya au sol. Et la petite fille sentait les larmes silencieuses couler sur ses joues. Elle ne voulait surtout pas crier, pas geindre, hors de question de lui offrir ce plaisir-là aussi!

-Tu as refusé de le faire! Tu n'as pas le droit de refuser! Ton client est très mécontent, et il ne reviendra sans doute plus! Petite traînée, inutile, geignarde! Tu as de la chance d'avoir un peu de succès, sans quoi on t'aurait sans doute déjà dépecée pour vendre tes organes! Tu nous appartiens, alors arrête de chouiner et fais ton boulot!


L'homme l’attrapa par les cheveux et la força à se relever pour l'envoyer à nouveau sur le lit, là où était sa place, avant de sortir. Et la petite Erzsébet pleurait toujours, mais ses sanglots se firent plus bruyants. Et dans la solitude de sa chambre de passe, elle se laissait aller à son désespoir. Elle ne pourrait jamais sortir d'ici, et à jamais elle devrait faire...tout ça...sentir les mains des hommes sur son corps à la torture qui ne valait plus rien à ses yeux. Ils l'avaient également dépossédée de son identité, de son nom: Erzsébet étant trop compliqué à leurs goût, ils la nommaient Alex, qu'ils trouvaient "plus alléchant pour le client". Alex ne pleurait jamais, elle se contentait de serrer les dents et d'attendre que ça se finisse. Et quand elle était seule, Erzsébet pleurait. Les autres filles l'avait surnommée le Corbeau, car aucune d'elles n'avaient jamais vu le moindre geste de rebellion, de colère ou de désespoir chez celle qui ne portait que du noir, et que son regard bleu était toujours fermé et dur. Si elles avaient su que c'était également l'un de ses surnoms dans l'un des dortoirs de l'orphelinat religieux de Hongrie...

Erzsébet se réveilla en sursaut, les joues baignées de larmes. Ses cauchemars sur cette période de sa vie étaient nombreux, il était rare qu'elle n'en fasse pas un par nuit. A l'intérieur, elle n'était qu'un océan de larmes, mais à l’extérieur, elle était le Corbeau. Sombre et lumineuse, infiniment gentille mais violente, prête à tout et à rien, ayant tout à gagner et à perdre, voilà la nature du paradoxe Isaakovitch

Essuyant ses larmes sur la manche de sa robe. Erzsébet se releva, et, replaçant son sac sur son épaule, reprit sa promenade dans les jardins. De manière instinctive, ses pas la menèrent jusqu'à l'endroit où les morts de la guerre de StarthClyde avaient été enterrés. Erzsébet connaissait tous leurs noms, leurs âges et la raison de leur mort. En effet, la plupart des jeunes personnes décédées ici avaient été tuées, et leur mort violente les avaient ancrés sur Terre. La plupart étant restés à proximité de leurs tombes, il n'était pas rare pour elle de voir des défunts à StarthClyde, plus qu'elle n'en avait jamais vu ailleurs.
D'ailleurs, elle était encore là. La jeune fille aux cheveux noirs. Une très jolie fille, sans doute japonaise, qui n'avait pas plus de 15 ou 16 ans. Elle était vêtue d'une robe courte noir retenue à la taille par un large ruban qui avait dû être blanc. Aujourd’hui, il était rouge hémoglobine, et la jeune fille marchait avec sans cesse avec un bras serré en travers de son ventre, sans doute pour cacher l'immonde blessure qui avait mis fin à sa vie. Depuis qu'elle était arrivée, quasiment, la Nécromancienne s'était rendu compte que ce fantôme la suivait en quasi-permanence. Souvent elle faisait des petites actons de son quotidien: des devoir vieux de 25 ans, écouter de la musique, lire, manger, dormir. En deux ans, Erzsébet n'avait pas appris grand-chose sur elle: Qui l'avait tuée, qui elle avait côtoyée...Tout ce qu'elle savait, c'était que la jeune femme avait fait partie des Exilés, ce clan d'élèves qui avaient voulu protéger l'école et le fameux Nathanaël Anderson, et qu'elle avait été l'amour de la chef des Exilés, celle dont le nom était connu de tous: Alice Waste. En effet, la Nécromancienne avait un principe: Elle ne demandait pas aux défunts de lui raconter leur histoire, sauf s'ils le faisaient d'eux-même. Et l'ado aux cheveux noirs ne lui avait pour l'instant rien dit de plus. Erzsébet ne savais pas non plus pourquoi elle la suivait: Les fantômes se pressaient souvent auprès d'elle, car ils savaient qu'elle pouvoir les voir, mais il y avait sans doute plus...Elles avaient approximativement le même âge, et peut-être le même caractère alors la Hongroise supposait que l'inconnue voyait en le Corbeau un peu d'elle-même vivante.

Alors que la vivante observait la défunte, qui priait sur la tombe de Tzvetan Mikhaïlov, l'inconnue leva soudain la tête. Suviant son regard: Sur la tombe de Narlyssa MacFord, une très jolie femme était assise, et elle semblait guetter du coin de l'oeil quelque chose. Toutes les deux suivirent son regard: Une jolie femme, aux cheveux rose, passait dans le jardin, sans faire atention à Erzsébet, la seule qu'elle aurait pu voir. Le fantôme de Narlyssa se leva alors pour la suivre, et l'inconnue en fit de même. Intriguée par cette étrange scène, Erzsébet les suivit. Peut-être cette jeune femme était spéciale, pour d'une défunte semble s'y intéresser avec autant d'attention?

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 


Dernière édition par Erzsébet Isaakovitch le Dim 20 Mai - 6:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Dim 8 Avr - 16:29

Il existe des moments si long qu'on se demande s'ils auront un jour une fin.. Le plus amusant dans ces moments là c'est que dans la réalité, ils ne durent pas moment qu'une seconde ! Mais il reste en nous, dans nos esprits, ils nous hantent comme si rien ne pouvait effacer ça de notre mémoire. Pourtant on oubli des choses non ? Alors pourquoi pas ça ? Pourquoi on ne peux pas oublier ce qui a été dans notre vie ? Sûrement car c'est le passé qui fait ce que nous sommes à présent, tout comme l'homme prendra toujours pour model les morts, Ednaëlle ne pouvait pas avancer sans penser à tout ce qui lui était arrivé. Elle avait l'impression d'avoir des menottes aux mains, d'être enchaînées sans pouvoir se libérer et qu'à chaque fois où elle relevait la tête, on lui plaquait contre le sol. Puis, comme toujours, elle tentait de se redresser, continuant d'avancer. Ses poignets saignaient, ses pieds lui faisaient tellement mal.. Idiote ! Te plaindre ? Jamais ! Pourquoi ? Elle n'y pensait même pas de toute manière ! Elle relevait la tête car elle le devait, elle souffrait en souriant, toujours, jamais elle ne pouvait faire autrement de toute manière. Masochiste ? Pas le moins du monde. Mais elle était là pour ça ! Si sa douleur pouvait aider les autres, jamais elle ne penserait, ne serait ce qu'un seul instant, à ce plaindre. Jamais elle ne rejetterait la faute sur autrui, jamais elle n'oserait accuser. Et puis pour accuser .. il faut avoir une douleur, ou être victime ? Elle ne l'es pas. Elle ne l'a jamais été.

La jeune femme passa une main dans ses cheveux pour les mettre correctement, respirant calmement. Il faisait beau, vraiment beau, mais elle ne savait pas trop quoi faire. Elle entendit la sonnerie à ce moment là et observa de sa fenêtre les élèves sortir, souriant, riant, aller dans tous les sens. Trouver un endroit calme serait assez compliqué maintenant ! Mais elle allait y arriver, comme toujours. Elle réfléchit tranquille et se retourna pour regarder sa chambre dès plus sobre. Elle ne vit pas une jeune personne se diriger vers les jardins intérieurs, et si elle l'avait vue, peut être qu'elle n'aurait pas eu l'idée d'y aller également. Elle enfila une robe un peu plus légère que la sienne, une petite veste et caressa du regard le violon, un sourire sur les lèvres. Il était vraiment beau ! Un jour, elle saurait en jouer. Elle ce l'était promit. Doucement, elle sortie et ferma la porte derrière elle. Elle sentait de temps en temps des gens qui la regardaient. Oui, elle était d'une composition très fragile, même si elle ne l'était pas au point d'être totalement anorexique ! Elle aimait manger après tout, mais recevoir la douleur des autres en permanence était assez éprouvant. Mais depuis le temps, elle s'y était fait !

Elle se mit à marmonner pour elle même du théâtre. C'était une chose qui la détendait toujours avec la même efficacité, c'était incroyable. Elle connaissait à force deux ou trois pièces par coeur dont Hamlet. Le personnage d'Ophélie l'avait toujours fascinée.. Elle aussi, était elle une petite Ophélie à sa manière ?

-Être ou bien n'être pas, voilà la question. Est-il plus noble en notre for de supporter Les traits dont nous meurtrit l'outrageuse Fortune, Ou bien de s'insurger contre une mer d'ennuis De lutter et d'en triompher ? Mourir, dormir, Pas davantage, et, par un sommeil mettre fin Aux maux du cœur, aux mille atteintes naturelles, Le lot de toute chair, c'est là un dénouement À souhaiter de tout son cœur. Mourir, dormir, Dormir ; rêver peut-être: oui, c'est là qu'est le hic ; En ce dernier sommeil quels rêves l'on peut faire, Lorsqu'on s'est échappé de l'humaine bagarre, Voilà qui doit nous faire hésiter: c'est le doute Qui fait que l'infortune a si longue la vie.

Elle marcha en évitant soigneusement les endroits où il y avait trop de foule d'un pas certain jusqu'aux jardins intérieurs, réfléchissant, imaginant pas mal de chose. Elle aimait la vie, et secrètement, elle se demandait si un jour elle aussi elle pourrait se blottir dans les bras de quelqu'un. Elle observa un couple qu'elle croisa sur le chemin. Ils avaient l'air heureux ! Elle sourit un peu, un mélange d'habitude et d'envie. C'était quoi l'amour ? Ca faisait souffrir ça aussi ? Comment ça pouvait faire mal après tout, un sentiment que l'on disait si beau, si grand ! Naïve, oui parfois elle l'était, mais à force de prendre la douleur des autres, si elle n'avait pas cette capacité à la rêverie, voilà longtemps qu'elle serait perdue.. Ednaëlle continua de marcher et s'arrêta un moment, observant un peu éloigné les tombes des personnes mortes pendant l'ancienne guerre. Dire que son père n'était même pas là, mais avec cette fameuse kagami dans un jardin que presque plus personne n'entretenait. Enfin si, de temps en temps en y allant, elle remarquait que des gens venaient sur sa tombe.. mais personne ne venait jamais sur celle de son père. Elle était la seule à venir y enlever la poussière et les plantes, à essayer de lui donner un minimum d'allure. Et si un jour elle meurt, qui s'en chargera ? Personne. Il finira par se fondre avec la nature. Elle soupira et s'aventura un peu plus loin, longeant les murs. Subitement, elle vue non loin passer une fille assez étrange.. suivit d'une autre ! Pourquoi donc ? C'était assez amusant, et elle eu l'idée un moment de les suivre, cela pouvant parfaitement l'occuper.. et bien aller, pourquoi pas ?!

Quand elle s'approcha discrètement assez près de la première, elle ressentie une violente douleur dans le ventre. Un tiraillement, non pire, une déchirure. On lui planta une lame dans le corps, une lame qui descendit, lui ouvrant les entrailles, extirpant la vie et l'espoir. La douleur se rependit dans son corps alors que la surprise la paralysa en même temps. On tuait ! On tuait et on l'a tuait en même temps..

Elle poussa un cris de souffrance et tomba à genoux entre les deux filles. D'où venait cette douleur ? Elle disparut aussi vite qu'arrivée.. impossible ! Personne de vivant ne pouvait ressentir un mal aussi grand une fraction de seconde. A moins que la douleur ne vienne pas de quelqu'un de vivant ? Les mains contre le sol, elle respira difficilement, essayant de récupérer son souffle. La jeune femme blonde avait encore mal, le regard dans le vide. Elle le savait, s'approcher des cimetières étaient dangereux, parfois des gens avaient des liens avec les morts, il suffisait que son pouvoir en capte un pour qu'il s'y engouffre. Elle devait partir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Sweet

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 31/03/2012

Journal de bord
Age:: 18 ans
Pouvoir:: Contrôle Météorologique
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Dim 8 Avr - 21:47

J'avais sécher la dernière heure de cours. Je n'avais tout simplement pas. De plus, je n'avais pas dormis de la nuit et la fatigue commençais à devenir pesante... Pas le moral, envie de rien. Si je ne me calmais pas, j'allais de nouveau déclencher un orage sur l'école. Alors je m'étais réfugier dans les toilettes des filles. Assise dans une des cabines, j'avais sortit une lame de rasoir de mon sac et j'avais commencé à tailler ma peau sur le bras gauche. Serrant les dents, je regardais le filet écarlate longer mon bras et couler au sol. Je m'étais pas louper. Mais tant mieux, plus j'avais mal et mieux c'était. la souffrance était devenu vitale pour moi. Oui, avoir mal me permettais de me sentir en vie, j'avais l'impression d'avoir pleine possession de mon corps et pendant ce cours laps de temps, j’oubliais les misères que ma mère me faisait subir. Au bout de quinze minutes, j'arrêtais mon massacre. je rangeais la lame de rasoir et je me levais, sortant de la cabine. J'étais pâle comme un mort, la sueur perlant sur mon front... Avec la dose de sang que j'avais perdu... J'étais pas vraiment fraiche. Je me retint au mur et me mis rire sans raison. J'étais euphorique... Merci endorphine.

Les minutes passèrent et je traversais l'école. Je marchais pas vraiment droit et il était facile de me croire ivre ou défoncé. Rapidement je me retrouvais dehors et je pris une longue bouffée d'air, respirant à pleins poumons. je glissais ma main dans mon sac et en sortit un paquet de cigarette, l'allumant d'un geste tremblant. En plus je voyais trouble. Un malaise ? Tant pis si cela arrive, je m'en tape. Je ris de plus belle et je retirais la clope de mes lèvres, crachant la fumée que je venais d'inspiré. Je fixais le ciel azure... Belle journée en perspective. Hein ? fin de journée ? déjà ? je perd le nord je crois...

Je me remis en route, descendant les quelques marches qui permettait de quitter le perron de l'école pour se diriger vers le jardin intérieur. Je continuais de fumer , ne me souciant pas du regard des élèves et les pions, je m'en foutais royalement de toute façon. je souffre okay ? pas physique... quoi que peut être un peu, ça me lance dans le bras mine de rien... L'odeur de la cigarette à remplacer l'odeur du sang. je jette un vague regard à mon bras nu et tâcher de sang avant de remarquer deux silhouette près de moi et un cri. Un cri long et douloureux. Je me stop, fixant le vide puis je pivote doucement, fixant l'inconnu à mes pieds qui semble se tortiller de douleur. Et une autre, plus glauque tu meurs. Ma vue est toujours trouble mais j'arrive à distinguer leurs visages. l'un comme l'autre ne semble pas en forme. Super, des copines de jeux ! La souffrance c'est à la mode maintenant ? Faut croire. Je reste immobile, abaissant le bras, ma main tenant la cigarette continue de tremblant alors que de léger filet de sang s'échappe de mes plaies, goutant jusque de dans l'herbe. Je ne sais pas ce qui se passais... mais visiblement, la situation était grave.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Lun 9 Avr - 10:49

En quelques secondes, tout s'accéléra. Erzsébet se retourna vivement quand elle entendit une jeune femme pousser un cri, un cri absolument horrible et déchirant. Un être humain était capable d'émettre un tel hurlement?
Son attention momentanément détournée de la fille aux cheveux roses et des deux fantômes, elle se précipita vers celle qui était tombée au sol, qui se tenant le ventre de ses mains. Attrapant un de ses bras, elle le passa sur son épaule pour l'aider à se relever. C'est à ce moment que son regard croisa celui de l'ado aux cheveux noirs: Elle avait les yeux écarquillés, et fixait celle qui hurlait: Elle avait cessé de tenir sa blessure, immonde et énorme, et son visage exprimait à la fois une grande surprise et un grand soulagement. Erzsébet compris alors qu'elle devait traîner cette indicible souffrance depuis son décès, et qu'elle en avait été momentanément soulagée...Par cette fille qui était tombée au sol?

Comprenant que la proximité du fantôme avait sans doute quelque chose à voir avec la souffrance soudaine de la blonde, la Nécromancienne fixa le fantôme et lui lança:

-Va t'en! Va t'en!


Erzsébet se rendait tout à fait compte qu'elle devait passer pour une folle, à ainsi parler dans le vide, mais elle en avait l'habitude. On ne pouvait pas voir les morts et être capable de rentrer en contact avec eux sans s'exposer à quelques...effets indésirables, de ce genre. Mais elle ne s'en occupait pas plus que cela, où qu'elle au pu se trouver,elle était passée pour "bizarre", "différente", et au fond elle s'en accommodait très bien.
Toujours est-il que, au moment où la Nécromancienne lui lança cet ordre, la jeune fille aux cheveux noirs ne prit pas mal cet injonction, et recula de plusieurs pas, se retrouvant au niveau de la tombe de Tzvetan. Aussitôt, son visage se tordit en une grimace de douleur, et elle pressa de nouveau ses bras contre sa blessure. Erzsébet supposa qu'elle avait suffisamment reculé pour sortir de la zone d'influence de la jeune fille, et que la Douleur lui revenait d'un seul coup. Elle supposa également que cette dernière devait se sentir mieux. Elle récupéra une bouteille d'eau dans son sac de cours et lui donna pour qu'elle puisse boire un peu et se passer un peu d'eau sur le visage.

-Ca va, tu te sens mieux?

Simultanément, elle voyait que la fille aux cheveux rose que suivait Narlyssa s'était arrêtée à côté d'elle, et qu'elle les regardait? Du sang coulait de son bras, mais elle ne semblait pas s'en soucier. Qui étaient donc ces deux filles, l'une qui semblait sentir la souffrance d'une morte, et une autre qui intéressait au plus haut point un fantôme?

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Lun 9 Avr - 11:14

Le souffle court, Ednaëlle n'eu même pas le temps de réagir quand elle sentie des mains venir contre elle et la soulever doucement, passer son bras autour d'épaule inconnu. Avec la douleur, elle avait totalement oubliée qu'elle suivait deux personnes. Laquelle était ce à présent ? Elle voulue se relever en s'appuyant le moins possible sur l'inconnu, mais c'était incroyablement compliqué. Sans méchanceté, elle repoussa doucement la jeune personne. La douleur était toujours là, incroyablement présente. Puis soudain... plus rien. La brusquerie de la chose fut telle qu'elle se retrouva à genoux, les yeux écarquillés. Bien sur, elle avait entendue le cris proche de la personne qui voulait l'aider, mais il n'y avait personne, et on ne peux pas demander à la douleur de partir comme ça ! Mais pourtant, elle n'avait plus mal. Plus autant disons alors. Elle se sentait en sueur, le souffle court et difficile.. mais ce n'était que les restes d'une grande douleur. Elle ne comprenait pas, vraiment pas. Elle baissa son regard sur son ventre, le touchant. Rien, aucune blessure. Absolument rien ! Les douleurs étaient toujours que mentalement.. elle les ressentait, mais elle ne les vivait pas vraiment. Si quelqu'un avait le bras cassé, elle pourrait prendre sa douleur sans que son bras ne se casse. Point positif malgré tout, sinon elle serait morte depuis longtemps.

La jeune femme blonde leva les yeux quand elle entendit à nouveau une voix. Elle l'a vit alors pour la première fois, la jeune fille qu'elle avait vue de loin. Elle pouvait voir sur son visage de l'inquiétude. Pourquoi s'inquiéter pour elle, voyons, ce n'est pas la peine. Elle était vraiment belle ! Elle avait des cheveux qui tiraient un peu sur le blond comme elle, mais avec des reflets argentés assez surprenant qui rajoutait une sorte de mystique, de magie spécial. Sur le coup, elle eu un peu honte de penser une chose pareille, surtout dans un moment comme celui ci et elle baissa les yeux à nouveau et vue la bouteille d'eau qu'elle lui tendait. Elle sourit doucement et la prit d'une main tremblante.

- M-merci beaucoup ..

Elle ouvrit la bouteille doucement quand elle s'arrêta. Il y avait une autre douleur, très très proche. Celle ci était à la fois mentale et physique, c'était étrange ! Elle n'aspira rien du tout, elle savait contrôler un minimum son pouvoir. Elle se retourna alors pour voir la femme aux cheveux rose. Pourquoi ne faisait elle rien pour le sang qui coulait ? Par réflexe, elle prit son bras doucement de sa main, toujours à genoux, et regarda les blessures avant de lui tendre la bouteille d'eau

- Tiens, tu en as plus besoin que moi

Elle se sentait encore faible oui. Mais .. elle n'en avait pas besoin. Elle avait l'habitude. Les autres devaient aller mieux, car après tout, c'était son boulot de réceptacle. Elle parlait encore doucement, ne voulait pas se relevait de suite de peur de tomber car elle était faible, mais qu'importe. C'était les autres avant elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Sweet

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 31/03/2012

Journal de bord
Age:: 18 ans
Pouvoir:: Contrôle Météorologique
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Lun 9 Avr - 11:56

Les évènements s'enchainèrent bien trop vite pour moi. La gothique accourut pour aider la jolie blonde qui hurlait de douleur et moi... Moi je restais là, fixant la scène avec un regard vide. La gothique aida la blonde avant de hurler à quelqu'un de partir.... Mais à qui ? Une perle de sueur roula le long de ma nuque avant de disparaitre sous mon t-shirt noir et court. J'avais la nausée... Une bonne transfusion de sang m'aurait fait du bien... Mais c'est en souffrant que je me sentais vraiment bien. Étrange, non ? Sans doute avais-je fini par devenir complètement maso avec le temps. Il fallu peu de temps pour que la blonde cesse de crier, comme si la raison de sa douleur venait brusquement de disparaitre. Par curiosité, je scrutais les alentour du regard. Rien. Rien de visible en tout cas... Mais combien de fois-je avais-je vu ma mère discuter avec des choses invisibles qu'elle même qualifié de "morts" ? J'avais comme l'impression qu'ici aussi, les morts continuaient de vivre. Un frisson remonta le long de mon dos et ce qui me sortit de mes pensées, fut la blonde qui attrapa mon bras, me tendant une bouteille d'eau. Mon regard se durcit, devenant glacial, effrayant et je fixais la blonde avant de la pousser violemment au sol.

"Ne me touche pas."

Qui était-elle pour se permettre de me toucher ? J'avais pas besoin de sa pitié. Cette foutu douleur j'en avais besoin, je ne laisserais personne me la prendre. Je relevais le bras, portant ma cigarette à ma bouche avec une mine crispée. Je ne dis rien d'autre. Je n'étais pas d'humeur à parler. je l'étais rarement à vrai dire et je me fichais éperdument d'attirer la rancœur de ces deux filles à mon égard. J'aime pas les gens. Il me le rendent bien. Et ça me conviens. Je pivotais doucement et me remis en route, m'éloignant des deux inconnus.

¤¤¤

Elle la suit. Lentement, mais surement. Elle observe son geste brutale à l'égard de la jeune fille blonde. Mauvaise. Très mauvaise. Souffrante, demi-âme, esseulée. La maudite, comme lui. Elle l'ignore encore... Lentement, la sirène croise le regard de la médium. Un faible souris se dessine sur ses lèvres, un sourire qui se veux rassurant puis doucement, elle flotte jusqu'à la fille aux cheveux rose et l'enlace, la serrant dans ses bras bien qu'elle semble incapable de le sentir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mar 10 Avr - 17:21

Une fois que la jeune fille aux cheveux noirs se soit sortie de l'influence de la blonde, cette dernière sembla aller beaucoup mieux. Elle paraissait encore faible, mais la Douleur qui pendant quelques secondes l'avait secouée était tellement forte que cela semblait normal. Sa main tremblait quand elle lui pris la bouteille, tout comme sa voix quand elle la remercia. En réponse Erzsébet lui adressa un sourire, pour lui montrer qu'il n'y avait pas de mal. Elle lâcha doucement la jeune fille pour lui permettre de retrouver son équilibre, et son attention revint sur celle aux cheveux roses, qui n'avait pas bougé durant tout l'incident, pourtant pour le moins étrange. Elle ne semblait pas choquée, ni même surprise par ces évènements, et les regardait comme si elles n'étaient pas là. Dans un geste de bonté, malgré son propre état, la blonde lui tendit la bouteille d'eau, car manifestement elle aussi avait besoin de soin. Le sang continuait à couler le long de son bras, mais elle semblait n'en avoir cure...Et le fantôme de Narlyssa qui était toujours présente, quel lien pouvaient-elles bien avoir?

A sa grande surprise, la fille aux cheveux rose se montra très agressive envers son interlocutrice, qui pourtant ne souhaitait que lui apporter son aide, et alla même jusqu'à l'envoyer au sol. Aussitôt, Erzsébet se rapprocha de la jolie blonde pour l'aider à se relever. Elle n'était déjà pas au meilleur de sa forme, et pourquoi l'autre se comportait elle de cette façon? Soutenant la jeune fille pour l'aider à se relever, elle lança à l'autre, d'une voix sans réelle inflexion, mais qui ne recelait non plus aucune gentillesse à son égard:

-Tu n'as besoin d'agir comme ça, elle ne faisait que s'inquiéter pour toi!


Et, alors qu'elle lui parlait, une étrange scène se déroula sous les yeux de la Nécromancienne, qui en resta interdite durant quelques secondes. Narlyssa s'était de nouveau mise en mouvement, et la fixait dans les yeux. Sans peur, le Corbeau lui rendit son regard, et elle regarda un sourire s'épanouir sur les lèvres de celle qui avait été surnommée la Sirène, et la défunte s'approcher de celle aux cheveux rose, avant de l'enlacer. Manifestement, cette dernière ne possédait pas de sensibilité psychique avec les morts, car même quelqu'un qui ne possédait pas la Malédiction de la Nécromancie pouvait être capable de sentir un contact physique avec eux, pour peu qu'on y soit un peu sensible.

-Pourquoi tiens-tu à elle...? Pour quelle raison agis-tu de la sorte?

Pour n'importe quel observateur non avisé, Erzsébet s'adressait à Charly, bien que sa question, dans cette situation, n'ai pas de sens. Quelqu'un qui y regarderait de plus près remarquerait que la jeune Hongroise ne regardait pas Charly, mais un point très proche d'elle. Même en admettant que la blonde ai compris que la Douleur qu'elle ai capté soit celle d'une défunte, comment pourrait-elle comprendre qu'il s'agissait d'une seconde personne à laquelle elle s'adressait?

Mais le plus étonnant n'était pas là. Une dernière personne vint s'ajouter à ce tableau pour le moins étrange. Un jeune homme aux cheveux rouges, vêtu élégamment malgré les blessures qui le parcouraient. Celui-ci ne regardait que deux personnes, les autres ne semblant pas exister à ses yeux: L'ado aux cheveux noirs, par qui tout avait commencé, qui le regardait d'un regard complètement indéfinissable. Là encore, tout restait sous silence, comment Erzsébet pourrait-elle comprendre qu'il s'agissait de l'assassin de la Japonaise, celui contre qui elle avait livré combat dans le Jardin des Coquelicots jusqu'à emporter sa vie en échange de la sienne...? Et la seule autre personne que ce jeune homme regardait, c'était la blonde, bien qu'il en restât à distance respectable, il avait sans doute compris qu'il risquait de la faire souffrir. Il la dévorait des yeux, mais comme pour la Japonaise, il était bien difficile de savoir ce qu'il pensait.

Erzsébet sa prit la tête entre les mains. Elle ne comprenait pas ce qui se passait, et devoir concentrer son attention sur trois défunts en même temps lui donnait la migraine. Pourquoi trois vivantes attiraient l'attention de ces fantômes? Ces derniers avaient-ils un lien entre eux, ou n'étaient-ils intéressés que par elles?

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mar 10 Avr - 20:05

Il y avait plusieurs choses inattendu. La fille pouvant voir des fantômes, ici se nommant Erzsébet, vous direz sûrement que la chose la plus étonnante est l'attention des morts pour les vivantes ici présente. L'inconnu au cheveux roses et qui faisait preuve d'une violence assez prononçait vous direz peut être que c'est la volonté d'Ednaëlle à vouloir encore l'aider même après l'avoir pousser durement contre le sol qui est assez hors norme, tant qui que la fameuse Ednaëlle, demoiselle blonde, vous direz sûrement que c'est un jour habituel à Starthclyde. Elle ne pu se pendant cacher sa surprise face au geste de l'inconnu, chutant royalement vers le sol, avec une retenue bien pauvre. Elle gémit très faiblement, et se sentie honteuse de sentir à nouveau l'aide de la jeune femme au cheveux d'argent. Elle n'avait pas besoin de temps d'attention, c'était exagéré ! Elle releva les yeux pour regarder la cause de sa chute. Ce n'était qu'une proposition, elle aurait pu tout aussi bien dire un "nom" plus ou moins méchamment sans avoir pour autant ce mouvement de .. peur ? Oui. On dirait une volontaire de fuir.

La jeune blonde se releva grâce à l'aide précieuse de l'élève près d'elle qu'elle remercia à nouveau doucement, gênée. Elle fixait toujours cette femme devant elle. Elle ne fuyait personne qui avait pu lui faire mal, elle savait reconnaître avec le temps les gens persécuter, alors c'était elle blessée elle même ? Et pourquoi ? Avait elle peur que l'aide des autres lui enlève les marques qu'elle se donnait ? Il ne fallait pourtant pas la laisser perdre du sang de cette manière là. Sans remarquer l'étonnement de la Nécromancienne face à une scène qu'elle ne pouvait de toute manière absolument pas voir, elle s'approcha à nouveau, tenant toujours la bouteille d'eau. Elle avait parfaitement conscience que n'importe qui, à elle, pouvait lui faire mal vu sa faible constitution, mais elle n'en avait pas grand chose à faire. Elle lui sourit doucement.

- Je ne veux pas te prendre quoi que ce soit tu sais... juste que le sang arrête de couler. Sinon tu vas finir par te vider de ton sang et mourir totalement.. Et rejoindre les gens de ce cimetière. Ce n'est pas très agréable comme pensée non ?

Malgré sa faiblesse, elle avait parlée avec une simplicité déconcertante, son sourire présent comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Sauf qu'ici elle évoquée une mort certaine, une mort lente et douloureuse.. mais il est vrai qu'il faisait beau également. Elle lui tendit à nouveau la bouteille en souriant, confiante et rassurante. Il ne fallait pas ce laisser avoir par les apparences.. si sa propre mère l'avait rejetée à sa naissance ce n'était pas parce qu'elle avait vue dans les yeux du bébé de la pureté sans fond. Ce n'est pas parce qu'elle a sacrifier plus de la moitié de sa vie aux autres qu'elle est inoffensive. Rarement, elle se mettait en colère que très rarement. Son pouvoir avait alors l'incroyable faculté de montrer son autre facette. Elle ne voulait pas faire de mal, elle existait pour libérer les gens de leur douleur.. pas l'inverse.. non....

Ednaëlle déposa la bouteille à ses pieds pour lui montrer qu'elle n'avait définitivement rien de méchant, et c'est en ce retournant qu'elle vit celle qui l'avait aider se tenir la tête. Par réflexe, elle vint près d'elle, passant un bras autour de ses épaules.

- Hey.. qu'est ce qu'il y a ?

Elle ressentie la douleur de la jeune fille et sourit. A son tour de l'aider. Elle aspira un peu de son mal, pas trop pour qu'elle ne s'en rende pas compte, assez pour que cela ne reste plus qu'une chose vaguement gênante, mais sans plus. Elle rit un peu

- Et bien.. on peut dire que ce n'est pas notre journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Sweet

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 31/03/2012

Journal de bord
Age:: 18 ans
Pouvoir:: Contrôle Météorologique
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mer 11 Avr - 10:36

J'aurais du m'attendre à ce que la gothique prenne la défense de la blonde. C'était couru d'avance, comme dans les films, les deux gentille filles liguées contre la méchante. Je cessais de marcher, fixant le ciel un instant , un sourire se dessinant sur les lèvres.

"Mais qui a dit que j'avais besoin d'aide ...? Si c'était le cas je serais à l'infirmerie ou à l’hôpital."

Je jetai le mégot de ma cigarette au sol, l'écrasant de la pointe de ma Doc Martens? lentement, je pivotais sur moi même, toujours inconsciente qu'un fantôme s'éclatait à me faire des câlins. En même avec juste une moitié d'âme, j'étais devenue insensible à beaucoup de choses... Ces deux filles s'en rendrait-elle compte ? je l'ignore complètement, je ne savais même pas si c'était humainement parlant, possible, pour quelqu'un de sentir que la moitié de l'âme d'une personne c'était envolée. je posais mon regard sur la blonde et répondis.

"Je me suis moi même infliger ces blessures, je le fait pour une raison qui ne regarde que moi, je le fais même très souvent. Elles ne sont pas si profonde et arrêterons bientôt de saigner."


La blonde soutins la gothique. Je ne savais toujours pas leur noms et je m'en tapais comme de la dernière pluie. Franchement, je les trouvais niaises.On se serait cru dans un épisode le petite maison dans la prairie. Tiens maintenant que je le remarquais, le sang avait cesser de couler. Je relevais le bras et l'agitait en fixant la blonde, histoire de montrer que j'avais vu juste.

¤¤¤

Elle la suivait toujours. Une fois que la demoiselle aux cheveux roses faisait demis-tour, la sirène s'approcha encore, restant à ses côtés, fixant le sang glissant le long de son bras. Son regard argenté se posa sur la jeune fille et doucement, elle caressa ses cheveux roses puis ouvrit la bouche, libérant son chant envouteur.


¤¤¤

Je me figeais brusquement. Les sourcils se froncèrent alors que je fixais le vide. C'était quoi ? J'avais pas se genre de musique sur mon i-pod. Par réflexe je le sortit de ma poche, vérifiant qu'il était bien étant et... Oui, il l'était. Bon, peut être que la blonde avait vu juste... J'entendais une mélodie bizarre... j'avais peut être perdu trop de sang au finale et je me tapais une hallucination auditive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Ven 13 Avr - 6:41

La scène prenait des tournures de plus en plus étranges. Erzsébet regardait à travers le brouillard de sa vision troublée la jeune fille aux cheveux rose répondre vertement à la blonde, qui pourtant ne voulait que lui apporter son aide. Elle s'était insctinctivement rangée de son côté, car elle n'aimait qu'on puisse mal se comporter sans raison avec autrui, surtout quand l'autre ne manifestait aucune intention belliqueuse. Et elle ne regrettait pas son choix, l'autre répondait que cette douleur était de son propre chef. Erzsébet considérait que ce que faisaient les autres de leur vie ne la regardait pas -c'était de là que venait sa résolution de ne pas questionner les morts- et la seule exception à cela étaient les Amis. Depuis deux ans qu'elle se trouvait dans cette bien étrange école, qui à côté de tout ce qu'elle avait vécu lui paraissait un véritable paradis, elle ne s'était pas encore fait de vrais Amis. Enfin...elle connaissait plusieurs personnes avec lesquelles elle s'entendait bien, avec lesquelles elle aimait passer du temps. Mais n'avait encore rencontré personne qui ne corresponde à sa définition d'un Ami. Elle cherchait toujours, à moins qu'elle ne soit pas faite pour connaître ce qu'elle n'avait encore jamais, ce qu'elle n'avait jamais que rêvé, imaginé...?

A cet instant, Erzsébet sentit la pression sur son crâne s'alléger un peu, ce qui lui fit énormément de bien. Sa vision redevint nette, et la Nécromancienne put de nouveau distinguer les vivantes et les défunts. Elle se demanda ce qui avait créé ce soudain soulagement, mais ses idées étaient encore un peu trop embrouillées pour comprendre que la blonde avait absorbé sa Douleur. Elle voyait que le jeune homme et l'ado se parlaient, trop bas pour qu'elle puisse entendre la teneur de leur conversation, mais cela avait l'air important. La Japonaise avait un regard extrêmement étrange, mélange de compassion et de colère. Peut-être qu'un jour, elle raconterait à la Nécromancienne la nature de leur relation, et la raison de leur rencontre...
Quant à Narlyssa, elle se tenait toujours contre la fille aux cheveux rose, mais que lui voulait-elle? La surprise de la gothique fut encore plus grande quand elle l'entendit se mettre à chanter.

Cette fois-ci, tout le monde put l'entendre. D'ailleurs, la jeune femme vérifia que son baladeur était éteint, puisqu'elle ne pouvait pas savoir d'où venait la voix. La jolie blonde non plus, mais elle aussi pouvait l'entendre, cependant seule Erzsébet pouvait savoir ce qu'il se passait, du moins en partie. Elle savait que Narlyssa était surnommée de son vivant la Sirène, en raison de son Don, qui se trouvait être le Chant de la Sirène. Et ce nom n'était nullement usurpée, la gothique était totalement pétrifiée sur place, complètement obnubilée par la musique. De plus, elle devait y être plus sensible que les autres, en raison de son lien avec le monde des Morts. Les deux défunts avaient arrêtés leur conversation à voix basse et avaient les yeux rivés sur Narlyssa, la fille aux cheveux noirs avait des larmes silencieuses qui coulaient le long de ses joues. Une telle voix...Aurait-elle jamais cru entendre une voix pareille, véritable pont entre les deux mondes?

Cet instant d'immobilité totale dura un certain temps, que Erzsébet n'était pas capable de quantifier. En cette minute, elle n'était même plus capable de faire la différence entre des secondes et des heures. Quand la Sirène cessa son chant, elle tenta d'expliquer aux deux jeunes femmes ce qu'elle, voyait:

-Nous sommes en compagnie de trois défunts, qui semblent s'intéresser à nous. Le Chant que vous venez d'entendre provient d'une jeune femme à côté de toi (elle désigna la fille aux cheveux rose d'un vague geste de la main), nommée Narlyssa MacFord, qui possédait vivante le don du Chant de la Sirène. Tu ne le sentais pas, mais avant de chanter, elle t'observait, et t'a même enlacée. Je connais son nom simplement parce qu'elle était assise sur sa tombe, un peu plus tôt.
Il y a également un jeune homme aux cheveux rouge feu, qui t'observe particulièrement toi (geste de tête en direction de la blonde, dont elle ignore toujours le nom). Il porte des traces de combat, qui l'ont sans doute tuées, des blessures au couteau je pense. Il ne doit pas avoir plus de vingt ans, et sans cesser de te regarder il parle à une Japonaise, quinze-seize ans pas plus. Celle-ci à une blessure au couteau énorme sur tout l'abdomen, qu'elle cache avec un bras. Malgré cela, elle se tient très droite, et ne baisse jamais le regard. Celle-ci me suit depuis mon arrivée ici, je sais juste d'elle que c'était une Exilée.
Maintenant, si l'une de vous connaît l'une de ces personnes, je vous serai reconnaissante qu'elle s'explique, car moi je ne comprends plus rien...


___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mar 17 Avr - 12:28

En absorbant une partie de la douleur de l'inconnue, Ednaëlle ne s'attendait pas à ce qu'elle soit aussi importante. Disons qu'elle en avait connu des maux de tête, mais aucun aussi violent. Ce ne pouvait être qu'une douleur provoquer par son pouvoir. A force de prendre la douleur des autres, elle avait apprit à faire les nombreuses différences qui existent entre les douleurs naturels, volontaires ou dû à une utilisation trop prononcée d'un pouvoir. Cette fille était donc bien comme elle une personne a pouvoir.. Et, sans trop pouvoir dire pourquoi, elle sentait que celle aux cheveux roses aussi. Il y avait quelque chose dans son allure qui n'allait pas, qui sonnait faux. Et c'est pour ça qu'elle se disait qu'elle devait avoir un pouvoir. Sa présence la titillait car elle savait qu'elle avait de la douleur, mais par respect à tout ce qu'elle venait de lui dire, elle n'y touchait pas et ne cherchait pas à la ressentir à son tour. Après tout, c'était son choix. Des raisons qui ne regardent qu'elle.. Etait elle triste ? Avait elle envie de mourir ou, au contraire, avait elle envie de vivre ? Etrange quand même de chercher la vie par la douleur .. mais peut être qu'elle avait besoin de ressentir des choses extrêmes pour prendre conscience de sa vie. Mais alors pourquoi la douleur à la place d'un sentiment de bonheur ? Tout ça était un peu trop compliqué pour elle, surtout qu'elle ne pouvait faire que des suppositions, et donc se tromper.

Une chose assez surprenante arriva alors. Une musique.. non un chant ! La jeune blonde regarda autour d'elle sans voir une quelconque présence féminine qui aurait pu pourtant expliquer l'apparition soudaine de la voix. Le chant était beau, vraiment beau, mais d'une tristesse sans nom pourtant une grande lourdeur. Paradoxalement, la voix était envoûtante. Elle frissonna en y pensant. Que pouvait faire une telle voix si elle était plus "là" ? Il y avait l'impression étrange qu'elle ne pouvait déployer la totalité de ses pouvoirs. Sur le coup, elle pensa aux sirènes des mythes.. mais cela n'existe pas ! N'est ce pas ? Pendant un moment, elle ne se sentit même pas l'envie de bouger, voulant seulement écouter et savourer la douce voix qui venait dont ne sait où. C'était si.. beau. Combien de temps passa pendant qu'elles écoutèrent avec une grande attention ? Aucune idée ! Mais le chant finit par s'arrêter, et elle eu l'impression d'avoir était privée de ses moyens pendant un instant. Par un simple chant ?! Un chant qui venait dont ne sait où en plus ! Non ..

Ednaëlle se retourna vers l'inconnue quand elle commença à parler et son pouvoir s'imposa rapidement à son esprit. Elle pouvait voir les morts.. dans un lieu ayant habitué guerre et autre atrocité comme ici, ce n'était vraiment pas de chance. C'était donc ça sa douleur de tout à l'heure ! Si proche du cimetière intérieure, elle devait voir beaucoup de fantôme, et son pouvoir était en .. "surchauffe" si on peut dire. Elle fut incroyablement surprise par la précision des explications, mais également que le pouvoir de la sirène est réussit à passer jusqu'à leur monde ! Mais s'il y avait eu des fantômes.. c'était de là qu'elle avait eu sa grande douleur de tout à l'heure ? Il lui avait semblait que rien ne pouvait l'arrêter, et tout s'expliquait maintenant : Un mort n'arrête jamais de souffrir de ses douleurs de vivant. Absolument jamais. Et son impression première était la bonne.. Une sirène ! La suite par contre fut beaucoup plus surprenante. Un fantôme la suivait elle ? Mais pourquoi ? Au fur et à mesure de la description, elle ouvrit des yeux de plus en plus grand. On aurait dit son "père".. mais non, ce n'était pas possible, les fantômes n'existent pas ! Pourtant, quand elle parla de la japonaise et de sa blessure, elle se rappela avec trop d'exactitude son ressenti malheureux. C'était à elle qu'elle avait prit la souffrance alors ? Sans lâche un instant la fille des yeux, elle se hasarda à s'approcher d'elle un peu plus, en souriant comme si de rien était.

- Il faut croire qu'on ne peux venir ici sans avoir un lien avec la guerre passée..

Elle n'osait pas parler de son père, elle n'était même pas sur que c'était lui après tout, alors elle garda tout cela pour elle. Mais la descriptions de la jeune fille lui rappela quelqu'un.. Elle avait vue une image, une photo de la fille morte à côté de son père, celle dont la tombe est tant aimée. Peut être .. ?

- Je ne sais pas, ce n'est qu'une supposition.. Mais l'exilée dont tu parle, ne serait ce pas Kagami ? Celle qui était la petite amie d'Alice, chef des excilées.. Je te demande cela car elle est morte pendant la guerre, et sa tombe est à côté de celle de mon père, il y avait une photo d'elle un jour.. C'est peut être un membre de ta famille ? Ou en bonne exilée, elle veut être sur que tout est en sécurité ici

Supposition, encore et toujours. Elle avait l'impression de parler dans le vide, ce qu'elle faisait d'ailleurs en parti vu qu'elle n'était absolument sur de rien. Mais bon, au moins elle pouvait aider. Son père.. elle ne savait pas du tout à quoi il ressemblait, elle savait juste ce qu'on avait bien voulut lui en dire : manipulateur, monstre ! Ou bien gentil et loyal... elle était perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Sweet

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 31/03/2012

Journal de bord
Age:: 18 ans
Pouvoir:: Contrôle Météorologique
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mer 18 Avr - 17:20

Je ne sais pas dans quoi je venais de m'embarquer mais ça sentais mauvais. La gothique me semblait un peu plus louche à chaque seconde qui passaient et quand elle fit mention de présence de fantôme, je lâchais un rire nerveux en allumant une nouvelle cigarette puis je fourrais le briquet dans la poche de mon jean déchiré. Je crachais la fumée de ma cigarette avant de déglutir et de secouer la tête.

"Comme si j'avais pas déjà assez avec ma tarée de mère... faut aussi que je me trimballe un fantôme à l'école."


La blonde prit la parole, questionnant la gothique concernant une certaine exilée. Je fronçais sensiblement les sourcils en la fixant. Visiblement l'une comme l'autre en connaissait un rayon sur cette vieille guerre qui remonte à trente-cinq ans... Et moi je ne savais quasiment rien parce que ma mère faisait tout pour me cacher les détails de celle-ci. Étrangement, cela m'intéressais, je ne saurais dire pourquoi mais comme beaucoup, je me sentais liée à cette école et je mourrais d'envie d'en savoir plus. je basculais la tête en arrière, crachant la fumée en l'air et je ricanais un instant.

"C'est des conneries tout ça... vos fantômes là... sérieux vous y croyez ? qui nous dit que tu fais pas ça pour te rendre intéressante ?"


Je penchais la tête vers l'avant, sourire en coin et fixais la gothique.

"Sérieux regarde toi ... t'as tout d'une pseudo gothique... tout le monde sait que les gothique ont des idées morbide et aime se faire peur... tu me feras pas croire qu'un fantôme est près de moi. Et même si c'était vrai, j'en ai rien à foutre."

Je réajustais mon sac sur mon épaule et tapotais la clope de mon doigts, faisant tomber la cendre dans l'herbe.

"Sur ce les mioches, je vous laisse à vos histoire de fantôme, j'me casse."


J'avais pas que ça a faire que d'écouter ces foutues balivernes. Sérieusement, dans le genre glauque j'avais déjà assez avec ma mère, pas envie de me coltiner ce genre d'emmerde à l'école. Sur ces mots, je tournais le dos aux deux jeune filles et m'éloignais comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Jeu 19 Avr - 18:41

La situation commençait à échapper à tout contrôle, et à chaque seconde pouvait menacer de partir en vrille. La jolie blonde sembla prendre en sérieux ce que disait Erzsébet, ce qui la soulagea déjà. Elle avait l'habitude d'être prise pour une folle, là n'était pas le problème, simplement elle avait besoin d'être crue, être crue pour mieux comprendre le monde de cette guerre vieille de plusieurs décennies, pour comprendre ce monde dans lequel elle avait déjà un pied, même si ce n'était pas de la façon dont on l'netendait d'ordinaire. La jeune femme émis une hypothèse quant à l'identité de la Japonaise au cheveux noirs qui la suivait depuis tout ce temps. D'ailleurs, à l'écoute de ce qui semblait être son prénom, la défunte releva la tête, comme si elle s'était reconnue. L'un des grands mystères de la vie à StarthClyde de la Nécromancienne venait de s'élucider: L'Exilée avait pour nom Kagami. Avec cette simple clef que constituait son nom, elle allait pouvoir faire quelques recherches plus approfondies si le besoin s'en faisait sentir où que la défunte ne souhaitait pas être plus loquace sur sa vie humaine. Même si la plupart du temps elle respectait cette pudeur des morts vis à vis de leur vie, Erzsébet commençait à penser que la suivre en quasi permanence durant deux ans lui donnait le droit d'en savoir un peu plus sur elle, alors que Kagami devait savoir beaucoup de choses d'elle.

Cependant, la jeune femme aux cheveux roses ne la crût pas, et prit même la situation à la rigolade. Après une allusion à sa mère que Erzsébet n'était pas en position de comprendre, elle accusa tout simplement la jeune Hongroise de vouloir se rendre intéressante. Alors celle là, on ne la lui avait encore jamais faire! Se rendre intéressante! S'il y avait bien quelque chose dont la Nécromancienne avait cure. Il y a des gens qui ont ce besoin maladif d'être regardé, admiré, au point que cela peut parfois tourner à l'obsession, à la course sans fin à la réussite et à la reconnaissance. Elle savait que ces gens existaient, mais elle ne faisait pas partie de ceux-là! Si les fantômes n'avaient pas attiré son attention sur ces deux jeunes femmes, elle aurait sans doute passé son chemin, et serait retournée dans sa chambre avant le début de son cours d'EPS!
Les gothiques aiment se raconter des histoires morbides...Oui,et faire des sacrifices nus les nuits de pleine Lune, aussi! Bon, d'accord, cette dernière remarque intérieur était inutile, mais les propos de la fille aux cheveux rose avaient le dont de mettre la jeune fille assez sur les nerfs. Prouver ce qu'elle avançait...Cela elle ne le pouvait pas, il faudrait pour cela que l'un des défunts se manifeste de manière plus claire encore, pour que même quelqu'un qui n'avait aucune sensibilité particulière avec le monde des morts puissent comprendre qu'il ne s’agissait pas d'un vague canular. Mais cela, Erzsébet ne le demanderait pas. Ce n'étaient pas des bêtes de foire, c'étaient pour la plupart des êtres qui avaient profondément souffert durant leur vie et au moment de leur mort. Si l'autre voulait rester dans ce déni stupide, c'était son choix, et surtout son droit. Erzsébet était bien placée pour savoir que la vérité peut être horrible, et préférer à cela une illusion édulcorée pouvait...peut-être...être compréhensible.

Mais manifestement, la dénommée Kagami ne l'entendait pas de cette oreille. Etait-ce une sorte de volonté de protection envers elle qui la poussa? Après tout, elles se "connaissaient" depuis deux ans maintenant, elle pouvait bien lui rendre ce service!
Alors que la fille aux cheveux rose s'éloignait d'un pas décidé, Kagami la suivit, et se planta droit devant elle. Erzsébet avait toujours senti qu'elle possédait plus d'énergie que de nombreux autres fantômes. Elle avait mis alors ça sur le compte du fait qu'elle était morte avec une sentiment de tâche jamais terminée, ce qui rendait son ancrage sur Terre extrêmement fort. Et ce qui se passa ensuite lui apporta une preuve supplémentaire.
Fermant les yeux, Kagami sembla se concentrer. Et, juste avant que celle aux cheveux rose ne lui rentre dedans...Elle apparut!
Cela ne dura que quelques secondes, elle fut tout à fait visible pour toutes les vivantes présentes dans le jardin. La Nécromancienne avait compris cela au à l'expression de stupéfaction qu'elle pouvait lire sur leur visage, au petit sourire amusé présent sur les lèvres de la Sirène, et à cette impression que Kagami était encore plus lumineuse qu'auparavant, surtout pour une défunte. Cela ne dura que quelques secondes, mais l'expérience fut frappante. Erzsébet n'avait jamais vu cela auparavant, une défunte capable de se faire voir du commun des mortels! Cela signifiait qu'elle possédait une sorte de "puissance" très élevée, une volonté sans limite de conserver sa place en ce monde. Et tant que sa tâche ne sera pas achevée, elle ne pourrait jamais quitter cette Académie. Si elle avait pu comprendre que Nathanaël était mort, tout comme Viken, elle aurait su alors que sa tâche était vaine, car elle avait irrémédiablement échoué...

Manifestement épuisée, Kagami revint sur ses pas, entre les autres fantômes. Erzsébet aurait voulu interpeller celle aux cheveux rose, mais finalement elle ne le fit pas. Le tour de passe-passe qu'elle venait de voir allait sans doute lui donner déjà beaucoup à réfléchir...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mer 25 Avr - 15:16

Il y a des choses qui se passent si vite qu'on se demande si elles ont réellement eu lieu. Des choses aux quelles on repensent en ouvrant les yeux, et alors on se demande si tout cela n'était qu'un doux ou triste rêve. Mais dans la situation présente, personne ne dormait. Et c'était bien le problème. Ednaëlle avait crue presque immédiatement la jeune femme d'allure un peu Gothique quand elle avait parlait de fantôme, elle avait même voulue lui en parlait, avait cherché l'identité de l'inconnue. Mais au fond d'elle, elle avait une petite voix qui lui disait que ce n'était peut être pas totalement vrai, que la jeune femme aux cheveux roses n'avaient peut être pas tord elle aussi. Elle ne voulait pas y croire ! Pourquoi être dans un état pareil si c'était pour mentir ? Le fait est tant que cheveux - roses n'avait pas à parler à l'autre inconnu de cette manière là. Ca lui rappelait trop de chose. Les critiques des élèves.. les regards en biais, les rires sur son passage. Personne ne devrait avoir le droit de parler sur se ton à une autre personne. Et pourtant tellement le faisait.. Pourquoi ?

Coup de coude dans les cotes, on pousse quand elle passe, on rit un peu. On vient la voir, on lui parle gentiment, puis dès qu'elle tourne le dos, on détruit ses rêves et ses espoirs. Ednaëlle connaissait la cruauté du monde, de se monde si, des gens dans cette école, des gens en générales qui ne savaient que sourire et parler gentiment quand ils y voyaient un intérêt propre. Et c'est pour cette raison là que la Réceptacle n'a jamais eu de vrai ami, qu'elle n'a jamais eu de lien avec quiconque à part la douleur en réalité. Elle ne peut pas dire non quand une personne, pleurant, se tordant de douleur, lui supplie de l'aider. Mais eux, ils le peuvent, ils l'ont toujours fait. Quand ils la regardent tomber à terre, qu'ils se relèvent et qu'ils rient. Pourquoi ? Alors non, elle trouvait sa révoltant ! En même temps, qui écouterait une fille aussi fragile qu'elle, une fille dont la force est égale à celle d'un lapin ? Pourquoi, la jeune fille aux cheveux d'argent étaient plus forte .. elle semblait plus forte. Pourquoi elle aussi ?

Ednaëlle fit un pas, puis un deuxième, bien décidée à arrêter la jeune femme aux cheveux roses dont le nom lui était toujours inconnu pour lui demander des comptes. Oh, elle ne pouvait pas lui demander avec menace, mais elle savait s'énervée. Comme n'importe qui après tout, n'est ce pas. Elle leva le bras, prête à l'attraper quand elle s'immobilisa. K... kagami ! Elle poussa un petit cri sans pouvoir se retenir, portant une main à sa bouche. Une main tremblante. Qu'est ce que c'était que ça encore ? Kagami était morte, morte ! Et pourtant, elle répondait à la description du fantôme que lui avait fait l'inconnu numéro un, et elle était exactement comme sur la photo. Si on enlevé le sang et la douleur dans son ventre. Pendant la courte seconde où elle resta dans le monde humain, le pouvoir de la blonde s'affola. Elle ressentait tant de douleur à travers elle, tant de souffrance qu'elle ne pouvait même pas imaginer.. C'est ça être mort ? Souffrir les erreurs de sa vie à jamais ? S'en était terrifiant. Elle recula, arrivant à côté de la Gothique. Mais .. Kewoua ?! Elle la regarda, décidément trop surprise

- C'est .. c'était Kagami non ? J'ai raison, c'était elle ?

Elle se mordilla la lèvre. Elle avait tellement de mal à comprendre ! Mais elle ne fuierait pas pour autant. Elle s'obligea à ne plus trembler pour rester correcte devant elle qui devait sûrement être tout aussi surprise, bon moins mais surprise quand même. C'était une journée vraiment étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Mar 15 Mai - 7:29

En cet instant, Erzsébet était totalement perdue. Elle ne put que voir la jeune fille aux cheveux roses s'éloigner, sans pour autant qu'elle ai réagir le moins du monde au prodige qui venait de se réaliser sous ses yeux! La Nécromancienne ne pouvait vraiment savoir quoi, mais il devait "manquer" quelque chose à cette jeune femme, pour qu'elle soit en quelque sorte...aveugle, comme privée d'un oeil.

En revanche, la jolie blonde qui avait prit son parti depuis le début de cette histoire avait parfaitement vu Kagami apparaître au milieu d'elles, et cela lui avait même arraché un cri de stupeur. Il était vrai que, quand on y était pas préparé, la vision avait de quoi choquer! Mais cela n'avait pas eu l'effet escompté, puisque la fille aux cheveux rose s'en était allée, confortée dans son ignorance, volontaire ou non.

La jeune femme blonde revint vers elle lui demanda si la personne qu'elle venait de voir apparaître au milieu du jardin était bien Kagami. Les yeux fixant l'endroit où elle était apparue quelques instants plus tôt, toujours stupéfiée, Erzsébet répondit presqur tranquillement:

-Oui, c'était bien Kagami. J'ignorais qu'un fantôme pouvait avoir conservé suffisamment de pouvoir pour apparaître impunément même à des gens dépourvu de Sensibilité (par ce terme précis elle entendait simplement une Sensibilité particulière avec le monde des morts). Incroyable, cette fille devait avoir beaucoup de force de son vivant, et surtout une envie de vivre dépassant tout...

La voix du Corbeau finit par s'éteindre, et le silence retomba autour d'elle dans le Jardin Intérieur. Elle était perdue dans ses réflexions, elle se demandait quelle vie avait pu à ce point ancrer la Japonaise dans leur monde, pour qu'elle ai encore la possibilité d'apparaître au commun des mortels. Et surtout: Comprendrait-elle un jour que sa quête resterait à jamais inachevée, quelle qu'elle puisse être, et que son décès ainsi que les décennies déjà écoulées lui avaient coupée toute chance de réussite? Serait-elle seulement capable de l'entendre? Si Erzsébet lui annonçait que le fait de rester à jamais sur Terre n'avait aucun sens, comment réagirait-elle? Probable que, comme le jour où un ami passé chez les Black Rose lui avait plus ou moins fait comprendre que son combat chez les Exilés était vain, elle se serait jeté sur elle, pour lui crier qu'elle ne pouvait plus reculer maintenant, pas avec tous les sacrifices fait jusqu'à présent...Refus total de comprendre que son existence même est vaine.

Erzsébet reporta alors son attention sur les trois fantômes. La Sirène, après lui avoir fait un petit signe de la main accompagné d'un sourire en au revoir, marcha sur les traces de la file aux cheveux roses, la Nécromancienne ne serait manifestement pas de sitôt ce qui l'intéressait chez elle. Kagami elle, était assise au sol et semblait chercher à reprendre sa respiration, toujours observée par le silencieux spectateur de tout cela, le jeune homme roux au sourire enjôleur. De celui-là non plus, la Lytaria non ne savait rien. Il ne lui accordait pas le moindre regard, toute son attention était totalement absorbée par Kagami...et par la jolie blonde qu'il couvait d'un étrange regard.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Jeu 17 Mai - 11:39

Pourquoi moins surprise ? Car elle avait bien vu comment l'inconnue avait réagit. Oh, oui, elle avait été surprise de voir une femme apparaître ainsi, mais elle voyait des fantômes tout le temps il semblerait ! Alors ce ne devait pas être une grande découverte pour elle. Une surprise passagère disons alors. Elle sentait encore le mal de tête qu'elle lui avait prit lui faire mal.. tout cela allait bientôt passé, mais il fallait tenir pour le moment. Son pouvoir lui donnait toujours une incroyable envie de dormir ! Bon moyen pour vaincre la douleur, on ne se rend pas compte des souffrances lorsque l'on rêve tranquillement. Enfin, pas toujours. Ednaëlle regardait à présent l'inconnu qui regardait toujours le lieu de l'apparition, prise de stupeur, tout en se retenant encore de trembler. Elle n'avait pas forcément peur facilement, mais disons qu'elle ne s'attendait pas à voir une morte ! Son propre pouvoir s'affolait. Il avait eu le temps de sentir, rapidement, une personne avec une grande douleur, et l'avait perdu si vite ! Il recherchait Kagami, sans pouvoir la trouver. Son pouvoir non plus ne comprenait pas tout, et cela était assez désagréable à ressentir.

La jeune blonde l'écouta avec attention quand la jeune fille aux cheveux presque argent parla à nouveau. Maintenant, elle était sur que c'était Kagami.. A vrai dire, elle le savait déjà. Elle n'attendait qu'une confirmation ! Et la voir.. C'était la même femme que sur la photo, à côté de la tombe de son père. Mais l'inconnue le savait elle ? Peut être, mais elle ne risquait pas grand chose en lui disant. Au pire, elle ne lui apprendrait rien de très important. Elle fit un petit pas vers elle, effleurant son épaule de son bras pour attirer son attention. Il n'est pas bon de fixer ainsi un même lieu trop longtemps en bousculant ses pensées. Elle sourit un peu, comme pour apaiser des tensions inutiles dans le corps de la jeune femme.

-Elle est bien loin de sa tombe. Peut être faudrait il l'y conduire, vous ne pensez pas ? Pour qu'elle puisse le voir... je sais où elle est.

Elle ne préféra pas dire une seconde fois qu'elle était à côté de la tombe de son père.. Dans un jardin de fleur et de calme, deux tombes.. une ornée de fleur, de joie et de bonté, l'autre laissé depuis si longtemps à l'abandon qu'on jurerait voir encore des traces de sang par endroit. Elle aurait bien aimée mettre un sol pleureur au dessus de la tombe de son père, pour que quelqu'un le pleure à jamais, qu'il ne soit pas tout seul. Que quelqu'un d'autre qu'elle le regrette également.. Mais tout cela, elle le garda dans sa tête, n'en dit rien et ne montra pas le moindre petit signe de peine. Au contraire, elle sourit un peu, attendant une quelconque réaction de la part de la jeune femme

- Je ne peux pas la voir comme vous, je ne sais peut être pas ce qu'elle veut, mais peut être aimerait elle voir que sa tombe est entretenue par des gens depuis si longtemps.. fleurit, elle est magnifique.

Ednaëlle se dit que Kagami devait savoir qu'elle était morte. Sinon elle n'aurait pas pu apparaître comme ça devant elles volontairement. C'était logique à ses yeux ! Mais elle se disait que, si elle était morte, elle aurait bien voulu savoir que des gens prenaient toujours soin de sa tombe, même si longtemps après .. Alors pour Kagami aussi, cela devrait lui plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Jeu 17 Mai - 15:11

La douce voix de la jolie blonde finit par arracher Erzsébet à ses pensées lointaines. Cette dernière lui proposait de l'emmener sur sa tombe. La Nécromancienne ne répondit pas tout de suite, soupesant les différents avantages et inconvénients de cette idée.
Cela pourrait effrayer plus d'un de voir sa tombe, même pour un défunt. Cependant, beaucoup des fantômes de StarthClyde erraient dans le Jzrdin Intérieur, où la plupart des tombes avaient été disposées. Pourtant, Erzsébet avait bien remarqué qu'aucune des sépultures présentes, sur lesquelles étaient gravées certains des noms célèbres restés dans l'histoire de l'acamédie, ne pouvait correspondre à celle de cette étrange amie fantôme. Conclusion: elle avait été enterrée autre part. Ce qui conduisait aux deux questions qui suivaient logiquement; Dans ce cas, où était sa tombe? Et pour quelles raisons n'avait-elle pas été enterrée avec le autres Exilés, alors de sa figure, en tant que grand amour de Alice Waste et amie de Natanaël, était sans doute restée célèbre pour ceux qui étaient sortis de cet Enfer? La question méritait qu'on s'y intéresse, et si la jolie blonde disait connaître l'emplacement de sa tombe, ce qui surprenait tout de même la jeune Lytaria, il n'y avait à priori aucune raison de refsuer! De toute façon, la Japonaise était tout à fait consciente d'être morte, même si d'une certaine façon elle le refusait, puisqu'elle restait sur Terre pour accomplir un devoir envers des Amis qu'elle ne pourrait plus jamais sauver. Mais ce n'était pas la vue de sa sépulture qui allait la traumatiser, comme Erzsébet l'avait déjà vu.

La jeune femme sortit une seconde fois de ses réflexions en entendant l'inconnue parler de nouveau, expliquant de la tombe de cette jeune fille était toujours très bien entretenue, et que cela lui ferait sans doute plaisir de la voir.
Hochant la tête en réponse à cet argument, le Corbeau se tourna vers le fantôme, qui restait tout de même la principale intéressée, afin de requérir silencieusement son avis. Kagami sembla réfléchir quelques instants, et finit par hocher la tête. Sans doute qu'elle n'était pas retournée d'elle-même à cet endroit depuis longtemps, et qu'elle considérait qu'avec l'aide de cette Nécromancienne qu'elle suivait depuis son arrivée en ces lieux, et cette inconnue à la fois lumineuse et sombre, c'était sans doute le bon moment.
Et pour appuyer cette acceptation, elle s'approcha de Erzsébet, pressant toujours sa main contre sa blessure. Cette dernier lui adressa un sourire à la fois d'encouragement et de remerciement, avant de se tourner de nouveau vers la blonde et lui dire:

-Kagami est d'accord, et je le suis aussi. Si tu connais le chemin, je te fais confiance, et nous te suivons!

Et la Nécromancienne ponctua cette phrase d'un doux sourire, fait aussi pour encourager cette femme, à la fois si belle et qui semblait si peu sûre d'elle! Et puis, il était vrai que Erzsébet était dotée d'une certaine présence, et qu'à côté d'elle il était parfois difficile de se faire remarquer! Mais il ne s'agissait là que de l'armure dont elle s'était elle-même dotée afin de résister à toutes les épreuves qu'elle avait subie au cours de sa jeune vie, un vernis, tout comme l'arrogance dont elle faisait preuve, et qu'un certain professeur de maîtrise Starth ferait tout pour mettre à rude épreuve, au cours d'une bien étrange heure de colle. Tout comme cette indifférence qu'elle semblait rendre à toutes les critiques et moqueries qu'elle avait reçu sur son caractre ou encore sur sa manière de s'habiller. Tout comme aussi cette hargne, cette rage de vie dont elle faisait preuve sans cesse, et qu'elle s'était au tout départ, elle-même créée pour s'empêcher de commettre l'irréparable...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   Dim 20 Mai - 4:21

Ednaëlle était un peu beaucoup perdue, elle ne savait pas quoi penser de tout ce qui était entrain de lui arriver. Mais en réalité, elle n'avait plus trop envie de penser en se moment. Elle voulait justement penser à autre chose si elle le pouvait, le temps disons de se remettre de ses émotions là qui se bousculait dans sa tête et dans son coeur. Quand Erzsébet lui répondit pour elle et pour Kagami, elle ne pu se retenir de faire un petit sourire. Elle se demandait bien ce que cela pouvait faire de voir et de pouvoir parler avec les fantômes. Cela devait être vraiment super parois, enfin, elle pensait, car il y avait sûrement le côté dérangeant de ne jamais pouvoir être totalement seul, pouvant voir un fantôme apparaître à n'importe qu'elle moment d'un mur ou autre. N'est ce pas ? Allait savoir. Elle ne pourrait sûrement pas le supporter elle de toute façon. Elle avait ressentie une douleur absente, qui était sûrement la douleur de Kagami. Elle l'avait vue, elle avait vue la blessure incroyablement moche et sûrement douloureuse qu'elle avait dans le ventre.. Elle ne pourrait pas. Elle souffrirait de ne pas pouvoir les aider.

Mais autant parler de chose plus joyeuse non ? Tachons de le faire alors. La jeune élève blonde approuva d'un signe de tête et regarda autour d'elle pour réfléchir au chemin le plus rapide pour la conduire là où ils devaient aller. Déjà, première chose, elles devaient sortir de l'école car les deux corps n'avaient pas été mis avec les autres. Chose assez étrange quand on y pense, alors que tous les black rose étaient ici ainsi qu'une bonne partie des Exilés, sauf ceux mort pendant la bataille qui ont été mis au même endroit généralement.. Ce qui nous fait deux véritables cimetières. Et il lui fallait un petit objet aussi si elle avait le temps.. mais bien sur qu'elle lavait !

- Nous y allons alors. Tout de suite même ! Cela ne vous dérange pas de passer avant rapidement par ma chambre ? Je dois prendre un objet.

Elle sourit, s'inclina doucement, et lui fit signe de la suivre, reprenant les chemins vers les chambres. Elle voulait prendre son violon. Pourquoi ? Car c'est en découvrant la tombe de son faux père qu'elle avait reçu ce petit bijoux, et aussi parce qu'elle jouait presque uniquement que là bas. C'était ça manière de fleurir la tombe..



suite : http://starthclyde.forumactif.com/t114-rencontre-avec-le-passe-pv-erzsebet#641
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Corbeau, la Maudite et le Réceptacle [Erzsébet, Charly, Ednaëlle][Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar
» The Crow, Le corbeau et la mythologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StarthClyde :: Archives RP-
Sauter vers: