Lorsque la haine se mêle à la magie, il faut savoir faire un choix.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Echo Neil Sayuri † Adorable Damné

Aller en bas 
AuteurMessage
Echo N. Sayuri
ADMIN - PainღPleasure
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 15/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Echo Neil Sayuri † Adorable Damné    Mar 3 Avr - 20:01


INFORMATIONS



† Sayuri, il a préféré reprendre le nom de sa mère pour honorer sa mémoire.
†Echo, son vériable prénom étant Neil, il n'utilise plus ce dernier depuis son enlèvement. Il est surnommé le Maudit également.
†18 années.
† Masculin.
† Homosexuel.
† Né à Cambrige, un jour d'hiver 1993, il est en réalité Anglo-Japonais.
† 8e Année, ayant changé de cursus entre deux.
† Lytaria.

DON


Don : Darkness Touch'

C'est un don unique qui sonne plutôt comme une malédiction. Echo est devenu semblable au manipulateur d'antan et accueille en lui, un morceau de son âme mêlée à la sienne. La marque sur son visage et ses cheveux blancs en témoigne. Passées les particularités physiques, on se rend compte qu'il a également hérité d'une partie de ses pouvoirs : En effet, Echo -et Darkness par extension- a la possibilité de pouvoir utiliser son aura qui n'a pas d'égale et sa puissance enfouie, mais dévastatrice en cas de forte émotion comme la colère ou la tristesse. Darkness se nourrit de la rancoeur au fond de l'âme d'Echo et il en fait un combustible pour son pouvoir. Grâce à son aura donc, il a la capacité d'envoyer les gens à plusieurs mètres par un simple geste, de les plaquer au sol par la pression de l'aura ou encore d'en faire un bouclier mental.

Etant Clyde jusqu'à ses 15 ans, Echo n'a pas encore acquis le pouvoir et la maitrise nécessaire pour combattre la très forte volonté de Darkness en lui, sa rancoeur et son désir de vengeance. Ainsi il lui arrive d'avoir des moments d'absences ou Darkness prend pleinement possession de son corps, où il ne peut plus lutter. Chaque fois qu'il prend son corps, Echo en ressort passablement fatigué si bien qu'il est obligé de dormir pendant deux jours minimum. Et le pire, c'est qu'il se sent de plus en plus faible à chaque fois.


PHYSIQUE


Echo c'est le petit là-bas, toujours au détour d'un couloir, qui se cache parfois pour ne pas dire quasiment tout le temps. Un jeune homme pas trop trop mal foutu, certes, avec son petit mètre soixante-deux qui lui donne un air de gamin fragile, avec son corps mince - peut-être même trop maigre en y repensant -, avec sa peau douce et pâle de petite poupée. Echo c'est cela : une fragilité de corps et d'âme plus qu'apparente, une douceur presque trop féminine. On pourrait le caractériser d'androgyne mais rassurez-vous, il en reste pas moins un homme sous toutes les coutures. Le genre de type bien plus doux qu'agressif avec sa beauté ni outrageante ni superficielle. Il peut paraitre un peu jeune, mais ne vous fiez pas seulement à ce que vous voyez, derrière son petit minois d'enfant et sa taille minuscule, il n'en reste pas moins un gosse mature à l'aube de l'âge adulte.

Echo est particulier. Derrière sa capuche qu'il garde presque toujours se cache une cascade de cheveux blancs éclatants, coupés de façon assez archaïque, sans réel modèle d'ailleurs, retombant jusque entre ses omoplates. Des mèches sans aucune couleur qui s'ajoutent à un visage déjà très pâle et qui l'encadrent parfaitement comme s'ils avaient toujours eu cette couleur. Des mèches tombent sur son front et ses grands yeux gris qui mangent la moitié de son visage, ajoutant de l'effet à son innocence... s'il n'avait pas été baigné de rancoeur et de tristesse. Il y a des choses qui ne s'oublient pas. Ses lèvres sont tout aussi dénuée d'une quelconque couleur, peut-être vaguement rosées parfois et finement dessinées. Une rumeur dit qu'elles seraient agréablement sucrées. Elles sont en corrélation avec le reste du visage. Il n'y a vraiment qu'une chose qui tranche avec le reste de son visage : la marque de sa honte, sa malédiction qui traverse son oeil pour finir en étoile d'un côté et en une simple ligne mourante sur sa joue.

Comme il n'y a pas d'uniforme à StarthClyde, Echo garde son style un peu rock, mais surtout décontracté. Il n'est pas du genre à porter réellement d'attention à ses habits bien qu'il soit toujours propre sur lui. Un peu je-men-foutiste sur les fringues, il ne met néanmoins pas n'importe quoi avec n'importe quoi non plus. Il ne passe déjà pas très inaperçu alors s'il s'habille comme un clown, je vous laisse imaginer. Souvent en noir, la seule exigence à laquelle il se plie quel que soit le temps qu'il fait c'est celle d'avoir une capuche en permanence pour masquer ses cheveux blancs. Il porte parfois un peu de rouge ou de violet. En guise de signe particulier, outre des marques assez éloquentes sur ses poignets, il a un piercing à la langue et plusieurs sur l'oreille droite. Le reste de ses cicatrices, cela ne tient qu'à vous de les découvrir.


CARACTERE


« Eteins la lumière, montre moi ton côté sombre »
Echo est horriblement lunatique. Tant qu'il est parfois impossible de le suivre ou de le comprendre si vous ne cherchez pas plus loin. Et parmi tous ces sentiments qui se bousculent en lui comme une tornade, on en compte trois qui reviennent souvent, enfin plutôt trois attitudes qui ressortent de lui.

La première est la plus calme disons. Cette partie de lui, la plus posée, où il apparait comme quelqu'un de très calme, voulant toujours adoucir le débats - s'il y en a un -, apparaissant comme quelqu'un capable d'agir en anti-stress. Dans cet état, il est particulièrement présent pour ses amis, enfin le peu qu'il en a, particulièrement protecteur et à l'écoute, cherchant même à faire sourire, à soulager les peines des autres. Car s'il y a bien une chose qu'il déteste en ce bas-monde c'est l'idée d'être un sujet d'inquiétude pour autrui. Il préfère encore subir et souffrir en silence. Il n'apprécie pas non plus la violence gratuite que ce soit envers lui ou même envers les autres. Cette attitude est celle que préfère ses amis. Mais malheureusement, c'est celle qui est plus instable et la plus susceptible d'être mise de côté car Darkness est toujours susceptible de tout faire basculer d'autant plus qu'Echo fait très peu confiance et qu'il est très susceptible.

La seconde est bien moins glorieuse j'en conviens mais n'oublions pas qu'il a hérité d'une partie de l'âme de Darkness et que le mot « Gentillesse » ne fait pas partie pas partie de son vocabulaire. Ainsi, quand il est possédé il devient rapidement quelqu'un d'insupportable. Voire même carrément tout l'opposé de ce qu'il peut être habituellement. L'âme de Darkness exploite l'ombre dans le coeur d'Echo, cette part de lui qu'il garde bien enfoui derrière ses sourires, mais que son homologue utilise sans vergogne. Elle le rend rapidement exécrable, impulsif, sadique. Tout ce qu'était le manipulateur d'antan et qui le rend d'ailleurs très dangereux puisqu'imprévisible. Echo ne s'en rend même pas compte et pourtant, dans ces moments-là, son aura sombre n'a d'égale que celle de son coeur. Il ne mâche absolument pas ses mots, est volontairement violent avec les autres même si ce n'est pas toujours -voire même jamais- de sa faute. Darkness n'a pas perdu de sa superbe quand il s'agit de manipuler les gens.

La troisième et dernière de ses modes de pensées dirons nous, survient le plus souvent après l'une des crises. Il se renferme totalement sur lui-même tel une huître et préfère rester seul de peur de refaire du mal à quelqu'un, se fermant à toute aide venant de ses amis si bien que ceux-ci n'insistent souvent pas du tout. Echo fait déjà difficilement confiance à l'être humain qui l'a mainte et mainte fois trahi - en commençant par son propre père - si bien que parler de ce qu'il ressent et déjà un exploit en soi. Il ressemble vaguement à une poupée sans âme dans ses moments-là, ayant à peine du goût pour les choses qui l'entourent. Avoir des amis pour rire c'est bien, mais de là à leur confier ses états d'âme, il ne s'en sent parfois -voir tout le temps- pas capable. Il croit toujours qu'on va jouer avec ses sentiments. Peu de personnes arrivent à ouvrir son coeur et pourtant, en le voyant comme ça de loin, on ne saurait pas dire le poids qu'il a sur les épaules parfois.


HISTOIRE


« Tout est noir, tout est sombre... Où suis-je, que fais-je ici... ? Où sont mes parents, que me veulent ces hommes ? Ca fait mal... Qu'est-ce qu'ils me font ? Non, LACHEZ-MOI !»

Voilà quinze jours que ce garçon est à l'hÖpital et qu'il n'a pas daigné desceller les lèvres. Voilà quinze jours que les autorités l'ont trouvé par hasard quand il cherchait un couple de pédophile qui sévissait déjà depuis longtemps dans la région. Cela arrive qu'aux autres voilà ce qu'on dit le plus souvent, mais le vieil homme que je suis sais bien que non, ce qu'on voit à la télé ou ce qu'on lit dans les journaux n'arrivent pas qu'aux autres. Ce garçon est le cas typique d'un gosse de riche dont les parents croient qu'il ne va rien leur arriver parce qu'ils sont riches, ça, j'en suis certain. Quant à ce qu'il a vécu, je ne peux pour le moment, seulement l'imaginer. Vous devez vous demander qui je suis, je me trompe ? Et bien, je suis un vieil homme un peu fou répondant du nom d'Aeron. Aeron Zavatteri. Ce gosse est arrivé tout tremblant à l'hôpital où je suis alité de force depuis quelques mois. D'après les médecins, son état physique n'est plus en danger - normal direz-vous après être passé des heures sur le billard - mais son état mental les préoccupe. Je crains de ne pas être le compagnon que ce garçon espère malheureusement.

« Quand je ferme les yeux, je les vois en train de me toucher, de me faire du mal... je vois leur sourire, leur façon de me parler... Je me souviens de tout et j'ai seulement envie de disparaitre. Je me sens sale, je me sens souillé... Mon innocence ? Envolée. Mon sourire ? Disparu. Il ne reste que les regrets et les pleurs »

Le revoilà qu'il pleure. Je me sens vraiment inutile pourtant je sais que ce dont il a besoin ce n'est pas de tous les infirmiers et les médecins que la terre ait portés mais simplement d'une présence neutre et affective. Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi personne ne vient le voir. N'a-t-il donc aucune famille ? Aucun ami qui pourrait s'inquiéter pour lui malgré le fait qu'il ait quoi... sept ans à tout casser ? Cela me désole cette façon de penser de certains. Comment peut-on abandonner délibérer un fils, un enfant de cet âge ? Cela me révolte, tout simplement. Cela me rappelle presque mon histoire déplorable. En fait non. Je pense que ce qu'il avait vécu c'était pire. Il ne fait que pleurer pour le moment. Pleurer nuit et jour, soir et matin, pleurer sans pouvoir s'arrêter. Des cauchemar hantent ses nuits, des hallucinations ses journées. C'est horrible de se sentir si démuni. Finalement je m'étais levé même si je n'avais pas le droit et avait simplement pris le gamin contre moi, faiblement, en lui murmurant « Si tu n'as plus de famille, laisse-moi l'être. »

[i]« Je n'ai plus peur désormais. Je sais que je ne suis plus seul... Je veux vivre normalement maintenant, oublier ce qui s'est passé même si mon corps ne cessera jamais de me renvoyer l'image de ma propre faiblesse. »


J'avais dû attendre une semaine de plus avant qu'il accepte enfin de me parler. Mais je n'avais pas perdu espoir, je savais qu'un jour il sortirait de son mutisme. Et j'avais bien raison, il n'avait pas besoin de médecin, mais juste d'une oreille douce et attentive. Il m'avait raconté son histoire, depuis ses premiers souvenirs -qui restaient flous ceci dit- qui consistait à la mort de sa mère, abattu par la maladie, à a descente aux enfers du père et à cet évènement qui a tout fait basculé : son enlèvement. Je crois qu'à côté, avoir été jeté dans le fleuve par son père ressemblerait à une promenade de santé. Être enlevé à à peine cinq ans c'est assez... éprouvant. Enfin j'imagine. De là, il m'avait raconté les horreurs qu'il avait subies, les coups, les blessures, les fois où... non je ne peux pas le dire. C'est trop atroce. J'espère que personne n'aura à subir ça... J'avais été là tout le temps qu'il fallait pour le réconforter, comme le père que je n'étais pas. Mais il avait besoin d'avoir une vraie vie, un contact avec les autres. Pas de rester dans une chambre d'hôpital avec un adulte en fin de vie. Ca fait trois ans maintenant qu'il est là, il peut bien vivre sa vie lui aussi. D'ailleurs je sentais progressivement mes forces s'envoler, chaque jour où je peinais de plus en plus à me lever le matin.

Neil, puisque que tu ne veux pas de ton nom ni de ton existence, déploie tes ailes. Tu es libre Neil, assume. Si jamais tu ne crois que ton chemin est semé d'embûches, ferme les yeux et trouve un moyen de t'en sortir. J'ai confiance en toi. Pour ce qui est de ta scolarité, tu dois savoir que je ne peux m'occuper de ça moi-même... Demande aux médecins de te renseigner sur StarthClyde. Fais-moi confiance. Je t'aime tu sais petite poupée innocente.

Le journal d'Aeron Innocente Zavatteri s'arrête ici tout comme son coeur s'est arrêté de battre le lendemain. On raconte qu'il laissât un fils derrière lui. Enfin, un gosse tout du moins, connu sous le nom d'Echo Neil Sayuri

_____________________________

« N'oublie jamais Neil que c'est toi qui décide de ce que tu veux faire et jamais les autres. »

Voilà un an qu'Aeron est mort. Il m'arrive de revoir son visage dans mes rêves. Il a progressivement remplacé mes bourreaux d'avant. Même si je ne savais pas grand-chose sur lui, ce fût le seul qui m'a aidé à m'en sortir. Sa voix résonne encore dans ma tête... Je me suis renseigné sur StarthClyde et j'ai appris un tas de choses dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Mon père adoptif venait de là et l'école était loin d'être de celles que l'on croise dans la rue, bien au contraire. Depuis la 1e guerre, elle accueille des personnes aux capacités infinies. Aeron était de ceux-là. Comme quoi, les histoires qu'il me racontait n'était pas que du bla bla finalement... Cela fait un an que je suis devenu Echo. Seul lui pouvait m'appeler Neil sans que je me rétracte parce que ça sonnait bien dans sa bouche. J'avais vraiment l'impression que c'était lui qui m'avait mis au monde quand il m'appelait ainsi. Cela fait un an que j'ai intégré StarthClyde et que j'essaye de trouver les traces des premières générations qui résident ici. J'ai envie de savoir ce qui s'est passé, pourquoi tout a basculé dans une école qui promettait monts et merveilles... Peu à peu, j'avais découvert qu'un conflit s'était déroulé entre ses murs. Et pas de ceux qui sont communs.

« Neil, déploie tes ailes, oublie qui tu es quand tu as mal, ne laisse personne te marcher sur les pieds et n'oublie jamais : Quoi que tu fasses, je te surveille. »

Ce fût vers mes quinze ans que tout a réellement basculé. J'aurais tellement voulu, avec le recul, que ce jour n'arrive jamais, que je puisse faire taire ma curiosité. Mais tout s'était passé si vite, trop vite pour moi... Je fermais les yeux parfois en me disant qu'Aeron n'aurait jamais dû m'envoyer à StarthClyde si c'était pour faire ce genre de choses. Il parlait souvent de Destin, de Providence. Le mien était-il celui de souffrir et de faire souffrir ? Je ne sais pas... mais je sais qu'avec ma curiosité, j'ai libéré le plus grand manipulateur et l'homme le plus dangereux de l'histoire de l'école : Darkness. Il m'habite, il me hante. Fuyez, pauvres fous, pendant qu'il en est encore temps... Je ne sais ce qu'il peut faire...


DERRIÈRE L'ECRAN

† Pseudo: Namiya / Shadow Addict
† Age: 17 ans 1/2
† Sexe: Féminin
† Comment avez-vous trouvé le forum ?: J'en suis la fonda !
† Remarques ?: //
† Activité: 7/7

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starthclyde.forumactif.com
 
Echo Neil Sayuri † Adorable Damné
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» Chris Neil signe à...
» Mafuyu Shiina, la petite collègienne adorable
» Améthyste Pearl Neil Jones
» I am a unicorn. || Neil 2.0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StarthClyde :: Administration :: Présentations :: ☆ Présentations validées-
Sauter vers: