Lorsque la haine se mêle à la magie, il faut savoir faire un choix.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entraînement [Erzsébet et Yoite]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Jeu 9 Aoû - 8:37

Ce jour-là, Ezsébet parcourait le jardin à la recherche de son professeur, Yoite Rokujo. Aujourd'hui, comme beaucoup d'autres jours depuis quelques temps, la jeune femme se rendait à l'entraînement. D'ailleurs, on pouvait déjà commencer à en voir les traces sur son corps. A cause de la chaleur, elle était vêtue d'un short d'été en jean noir et de son t-shirt Queen préféré. Une fois n'était pas coutume, elle avait attaché ses cheveux blonds en un chignon dont s'échappait seulement quelques mèches folles le long de son visage. Une main en visière pour protéger ses yeux bleus fragiles, elle parcourait les lieux du regard, à la recherche de celui qui devait lui apprendre à se battre.
Et, sur le corps qui n'était pas couvert par ses vêtements, les traces de l'entraînement se laissaient voir de mieux en mieux. Déjà très mince de nature, sa musculature, bien que fine, s'était développée, et sa peau était couverte de bleus de toutes les couleurs, de coupures, et même quelques cicatrices plus importantes. Aux rares personnes qui se souciaient suffisamment d'elle pour lui demander l'origine de tout cela, Erzsébet se contentait de répondre avec un sourire qu'elle était très maladroite.

Au fond, Erzsébet n'était pas capable de dire si subir cet entraînement lui plaisait ou non. Ce qu'elle savait, c'était qu'elle n'avait pas l'intention d'arrêter. Grâce à cela, elle devenait à chaque fois un peu plus forte, physiquement et mentalement. Et qu'importe si pour cela, elle devenait l'arme vivante de Yoite Rokujo. De toute façon, elle n'avait jamais quelqu'un, pour qui que ce soit, alors pourquoi pas une arme vivante? C'était une promotion par rapport à objet tout court! Elle se moquait bien de ce que Yoite pouvait ressentir pour elle -ne pas ressentir serait plus exact-, leur relation n'était pas au fond pas vraiment amicale. Disons qu'ils avaient besoin l'un de l'autre, c'est tout.

La jeune Nécromancienne continue d'errer entre les groupes d'amis assis sous un arbre pour un peu de fraîcheur, ou sur un banc. Elle ressemble, ainsi, aux fantômes qui errent dans la partie du jardin où sont les tombes des élèves tombés lors de la Bataille de StarthClyde. Personne ne semble la voir, elle ne peut pas entrer en communication avec les vivants, et elle reste seule...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Jeu 9 Aoû - 9:02

La journée s’annonçait particulièrement tendue, je ne cessais de me rappeler les menaces à peine voilée de mon ange blond. Erzsébet… Si je l’attrape elle connaîtra la douleur, plus qu’autre chose. Bien entendu il faudrait encore prouver que ce soit moi, et cela elle en serait incapable. J’avais pensé à bien des punitions, mais la plus appropriée semblait la punition mentale. Je guettais depuis la salle des professeurs l’extérieurs, sans me soucier des autres professeurs autours de moi. Aucun ne savait ce que j’avais en tête, et tous savaient que mon passé était rude, d’où ma position de professeur alors que ma jeunesse devrait m’en empêcher.

Alors que je guette, comme prévu je vois une ombre parmi les vivants errer dans le jardin. Je ne dis rien, je la pointe du doigt, et soudain je sens que pour elle la réalité va se changer en un cauchemar. Elle tirera une leçon de cet entraînement. Et celle-ci, elle l’apprendra de personne d’autre qu’elle.

Le décors et les gens restent les mêmes, mais un étrange homme blond équipé d’un glock s’avance au milieu des élèves, allant droit vers elle. Personne ne bouge, personne ne semble le voir. Je ne le connais que trop bien, c’est pour cette raison que je choisis sa présence, Yukimitsu, le génie du tir et des arts martiaux shinobis. Celui qui m’a tout appris en terme de combat.
Soudain un saut, importun peut-être, mais il semble s’envoler, pour finalement viser au dessus des élèves, sur la blonde au chignon imparfait. Le bruit du tir raisonne, et les élèves crient. La balle ne la touchera sans doute pas, et même si c’était le cas je doute qu’elle ne sache minimiser les dégâts. La réalité m’apparaît derrière un voile, aussi je ne prête qu’un attention fugace à ce qui se produit derrière moi. Cependant, j’entends des bruits, une dispute ? J’en doute… Soudain je suis touché à l’épaule par quelqu’un, je tourne la tête et en un instant toutes traces de ma réalité imposé disparaît. Trois personnes sont arrivées, mais pourquoi ? Qui sont-elles ? Non, je m’en moquais, je savais précisément la raison de leur présence ici. Je n’ai plus le choix, il est temps pour moi de passer aux choses sérieuses.

Je m’élance en avant, mon poing s’abat dans les cotes d’un des assaillants, visiblement les professeurs présents ne pensaient pas qu’il s’agissait d’ennemi, et le temps qu’ils réagissent les ennemis étaient fin prêt au combat. Vu le peu de personne, je me doutais qu’il ne s’agissait que d’un test. Le but ? Tester nos défenses, mais être parvenu jusqu’ici, c’est déjà en soit un exploit. Je n’ai d’autre choix que de prendre la fuite pour le moment, c’est la raison pour laquelle je parcours l’établissement à toutes jambes.

Au rez de chaussez un autre groupe m’attend, bien moins qualifié que le premier, d’avantage des élèves, ou des nouveaux. Alors je passe par la fenêtre, la brisant de mon corps pour arriver en courant sur Erzsébet.
Je fixe la jeune blonde, et finalement décide qu’elle ne peut rester sans punition, alors en même temps que je lui abois un ordre, mon poing part en direction de sa joue, j’espère tellement qu’il va s’abattre sur elle. La puissance combiné du mouvement et de la course devrait lui donner la leçon voulu, la douleur.

-COURS ! SUITS MOI ! ON PASSE AUX CHOSES SERIEUSE MAINTENANT !

Cette seule phrase devrait suffire, même si elle est hurlée. Avec le recul il s’agit plutôt d’un regroupement d’information plutôt qu’une phrase.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Jeu 9 Aoû - 9:55

Erzsébet avait erré durant un certain temps dans le jardin qui semblait désert à ses yeux. Mais où était-il passé, c'était lui qui lui avait donné rendez-vous ici! Et le professeur n'était pas connu pour son mépris des horaires, c'était même plutôt le contraire!
Surprise, la jeune femme abaissa la main qui lui servait de visière quand elle aperçut un étrange homme, qui n'avait sans doute pas sa place parmi ces étudiants. Erzsébet ne parut pas avoir peur, malgré le Glock qu'il tenait à la main, et ce pour une bonne raison: Elle savait qu'il s'agissait d'une illusion envoyée par son professeur. Dès la première fois, elle était capable de distinguer les illusions, en tout cas de forme humaine. Comme elle pouvait faire la différence entre les morts et les vivants, celui qui n'était ni l'un ni l'autre...Ne pouvait être qu'une illusion.

Cependant, même si elle savait qu'elle ne risquait, pas question pour elle de ne pas prendre l'exercice au sérieux! Quand elle vit l'homme bondir en la visant de son Glock, elle attendit la toute dernière seconde, celle où son assaillant imaginaire ne pourrait pas changer son angle de tir, pour se jeter sur le côté et éviter la balle.

Erzsébet était déjà prête à se relever pour continuer la suite de l'exercice, mais l'illusion disparut brusquement, sans prévenir. Très surprise, la jeune femme se releva, cherchant autour d'elle ce qui pouvait bien être la cause de l'interruption de l'exerce. Elle savait très bien que Yoite ne s'arrêterait pas comme ça sans une très bonne raison...Laquelle?

Elle entendit très vite un bruit de verre brisé. Puis de course. Et enfin la voix de son professeur qui aboyait quelque chose que Erzsébet ne parvint pas à comprendre. Elle se retourna, pensant qu'il allait lui expliquer réellement ce qui se passait. A la place, elle ne vit qu'un poing s'avancer très vite droit vers son visage.
Grâce aux réflexes acquis à l'entraînement, la jeune femme eut le réflexe de reculer la tête, au lieu de la baisser, pour pouvoir ensuite attraper son bras et riposter en cas de besoin. Mais elle n'avait pas eu le temps nécessaire à parfaire son geste, et le coup ne l'évita pas totalement, et vint lui exploser littéralement le nez.
Ce dernier craqua dans un bruit ecoeurant de cartilage, et le sang se mit à couler. Incapable de garder ses réflexes, elle porta ses deux mains à son nez, réprimant un hurlement.

Elle vit ensuite Yoite continuer de courir en lui criant de le suivre. Apparemment, les choses sérieuses avaient commencées. Et ça nécessitait de lui exploser le nez? Elle ne demandait pas des fleurs non plus, mais lui dire une fois était suffisant!
Mais la Nécromancienne se dit qu'elle s'engueulerait avec lui plus tard et se mit à courir à sa suite, malgré la douleur causée par son nez, ne respirant que par la bouche. Elle semblait avoir du pain sur la planche.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Jeu 9 Aoû - 10:55

Mon poing s’écrasa sur son nez, je sentis à travers ma peau, son cartilage s’écraser, c’était plutôt le bruit qui m’alerta, puisque les sensations me quittaient déjà, son soin n’avait été que de courte durée. Elle ne semblait pas me comprendre lorsque je lui aboyais de me suivre, mais elle finit par se reprendre et me suivre. Les secondes nous étaient précieuses, il nous fallait un lieu calme, ou nous pourrions régler l’histoire sans que personne ne puisse voir ni entendre. Notre rôle serait de supprimer la menace tout en la contenant. Un exercice taille réel, un peu prématuré pour elle, mais nous n’avions plus le choix à présent. Elle devrait se souvenir de nos entraînements et user de ses pouvoirs. Le risque de laisser un seul et unique survivant serait dangereux plus pour elle que pour moi.

Je repère un recoin dans la cours, j’espère vraiment trouver un lieu parfait pour une embuscade, six ennemis, voilà qui ne serait pas de trop. En tout cas c’est ce que j’avais compté, peut-être y en aurait-il d’autre. Oui, il y en aurait au moins un autre, la seule personne capable d’être dans ma tête, de me comprendre un peu. Yukimitsu, l’heure serait à la destruction de cet homme. Quelques mètres encore pour atteindre le lieu. Soudain nous y sommes, rapidement je me mets en embuscade, je sais que nous serions retrouvé rapidement.

Le bruit de métal me mit la puce à l’oreille, l’homme de l’illusion, cet homme blond aux cheveux mi-long portant un bandeau et une boucle d’oreille. Il semble toujours aussi blasé par la vie, il affiche un profond air d’ennuis. Je le sais même sans le regarder. Je tourne la tête avec un air déterminé et je le vois pointant son arme sur moi. Je sais ce qu’il va se produire, il tirera, me forçant à bouger et l’instant d’après le corps à corps s’engagera. Et pourtant, malgré que je sois préparé il ne semble pas bouger. Il se contente de me viser de s’adresser à la blonde en short.

-Dis donc, on dirait que mon élève est violent avec les petites hongroises. Tu n’en as pas marre ? Tu veux pas plutôt venir avec nous, on sait s’occuper des femmes… Miss Isaakovitch.

Mon air de méfiance, et ma position d’attaque se change en une position défensive et protectrice face à Erzsébet. Non, il ne faut pas qu’elle écoute. Je l’empêcher de parler. Il sait pour elle, j’en suis certain, les rapports sont tous complets, si j’ai pu savoir alors lui aussi très certainement. Je ne lui laisse pas le temps de continuer, je lui coupe la parole avec mon pouvoir. Il ne s’en défera pas rapidement. J’enchaîne.

-La façon dont je l’ai formé… Tu trouves à y redire ? Toi qui m’as conduit aux portes de la mort ? Je ne peux pas y croire, ce que tu veux c’est ce que je suis en train de m’approprier, ses services. Elle fera en sorte que je sois vainqueur. C’est une chose qu’elle ait le nez en tel état, c’est sa responsabilité, sa trahison. Et qu’elle s’estime heureuse de ne pas avoir écopé de plus.

Son sourire affiché, montrait qu’il savait bien des choses malgré son silence forcé. Je savais qu’il saurait faire vibrer une corde sensible s’il parlait, il saurait la mettre à mal, la détruire peut-être. En tout cas, sa manœuvre avait permis à nos assaillants de nous rattraper. Nous étions encerclé, comment allait réagir mon élève ? Nous verrions bien.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Ven 10 Aoû - 8:46

C'est luttant contre la douleur que Erzsébet suivit Yoite, sans doute pour trouver un endroit à l'écart des autres élèves. D'après ce qu'elle avait compris, une attaque sur l'académie était sûrement en cours, et le professeur ne voulait pas qu'il y ait d'autres victimes. C'était son rôle à elle.

Ils arrivèrent dans un coin de la cours désert, et Yoite se plaça en embuscade. Ne risquant rien pour l'instant, la jeune femme tenta de respirer par le nez pour savoir si elle serait handicapée durant le combat par cette blessure. Mais le sang, dans lequel venait des morceaux de cartilages entiers, coulait toujours, et la Nécromancienne abandonna cette idée. Elle courait le risque d'être handicapée par cette blessure, dont elle ne comprenait même pas la raison! Qu'avait-elle pu faire qui mérite un tel coup? Et encore, si elle s'était pris le coup de plein fouet, sans l'esquiver, elle serait sans doute incapable de combattre maintenant! Totalement contre productif, au vu de la situation actuelle!

C'est à ce moment que le blond refit surface. Mais cette fois-ci il ne s'agissait plus d'une illusion, Erzsébet en était certaine. Cela ne pouvait que signifier que Yoite connaissait cet homme, et qu'il s'en était servi comme modèle dans son exercice. La Nécromancienne le regarda pointer son arme sur son professeur, regrettant de ne pas en avoir elle-même en sa possession. De son côté, elle commençait à rassembler son pouvoir dans son aura, comme elle l''avait fait lors de son premier entraînement, quand elle ne comprenait pas encore ce qu'elle faisait, ni ce qu'elle était capable de faire. Aujourd'hui, son entraînement n'était en rien parachevé, mais elle était bien plus à même de se défendre que le jour de sa retenue.

Etrangement, ce n'est pas à Yoite que le blond s'adressa en premier, mais à elle. Cette dernière se figea quand elle comprit que ce dernier connaissait son nom et son origine. Ce qui lui faisait peur, plus que tout, c'était qu'il connaisse le reste de sa vie...Après tout, s'il avait pu se renseigner sur elle, pourquoi ne serait-il pas au courant!? Il fallait absolument qu'elle parvienne à ne pas se laisser déstabiliser, s'il décidait de se servir de ces informations sur elle! La jeune femme savait que ce serait difficile de se voir jeter son passé en pleine figure, mais il fallait qu'elle tienne bon, sinon elle ne serait d'aucune utilité à Yoite.

C'est alors que Yoite prit la parole. Il s'adressait au blond, mais manifestement Erzsébet n'était pas du tout étrangère à la conversation. Et ses paroles ne firent que confirmer ce qu'elle savait déjà: Elle était son arme vivante, mais manifestement il ne tenait pas à ce qu'elle change de camp. Parce qu'il croyait qu'elle allait retourner sa veste avec quelques paroles flatteuses? C'était bien mal la connaître, mais cela ne l'étonnait pas. Sa seule surprise fut quand il évoqua la blessure qu'il venait de lui infliger. Il s'agissait donc réellement d'une punition? Mais qu'avait-elle fait pour mériter ce châtiment? Elle avait beau réfléchir, rien ne lui venait à l'esprit.
Yoite avait prit une posture devant elle qui se voulait défensive, et comme Erzsébet doutait très fortement de sa volonté de la protéger, elle en concluait qu'il s'agissait simplement de s'interposer entre elle et l'interlocuteur avec ses paroles tendancieuses.

Mais la situation était grave, ils étaient encerclés par un certain nombre d'ennemis, et malgré son entraînement intensif Erzsébet ignorait si elle était capable d'en venir à bout. Elle tenta de se rassurer en se disant que Yoite était un combattant expérimenté, mais si comme elle le devinait avec ce qu'il avait dit, Yoite avait été son disciple, il risquait d'être accaparé par lui, et elle de se retrouver avec tous les autres. Mais l'affrontement n'avait pas encore commencé, le professeur et le blond étaient encore dans une sorte de phrase d'approche. Essayant de garder le maximum d'ennemis dans son champ de vision et d'action, elle se mit en position de combat, à des années lumières de ses esquisses de défense lors du premier entraînement, faisant comme si elle n'était pas concernée par leur discussion.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Ven 10 Aoû - 9:06

Du coin de l’œil je vois Erzsébet se placer, sa position n’a rien à envier à celle de nos agresseurs, seul la technique usée durant le combat comptera. J’espérais réellement qu’elle saurait faire face, pour ma part, je risquais de passer un bon moment avec Yukimitsu, puisque visiblement c’était lui qui était chargé de s’occuper de moi. Je n’aurais jamais penser pouvoir le battre, sur un point de vue physique, il était bien plus fort que moi, mais je possédais une qualité qu’il n’avait pas, un don qui lui ferait face, même s’il le connaissait aussi bien que moi-même. Un pas en arrière et nous étions dos à dos la jeune blonde et moi. Je n’ai plus le choix, je me contente de murmurer.

-Occupes-toi de ces gus. J’ai un mec d’un autre calibre dans les pattes. Une fois que ce sera fait, tu n’interviens pas dans le miens, tu cherches à savoir où se trouve ceux qui ont nos talents cachés. Tu peux te lâcher et en user dès maintenant d’ailleurs, fait au plus vite et au mieux. Et surtout, ne parle de ça à personne.


C’était une espèce d’avertissement, mais en réalité je faisais d’elle un bouclier pour l’école entière afin de palier mon inutilité. J’avais toujours plus de technique qu’elle, c’est un fait avérer, mais son pouvoir pouvait contrer le miens, aussi bien que celui de la gamine que se trimballait Yukimitsu. Il était inutile d’attendre plus longtemps. Je pointais Yukimitsu du doigt, une façon pour moi de mieux canaliser mon énergie, et je lui envois la vision de mon choix, c’est-à-dire la notion du néant, il ne voit rien, ni n’entends. Alors je me lance, un saut, un seul, mon poing est prêt à s’abattre sur lui lorsque soudain, je ne sais comment il me contre d’un coup de pied dans les côtes. Je suis forcé de voler. Tournant la tête je peux voir la blonde aux prises avec six ennemis. Le combat s’annonce rude pour nous deux. Je me relève péniblement et me remets face à Yukimitsu. Je ne comprends rien, pourquoi m’a-t-il contré aussi facilement, il ne peut me connaître à ce point si ? Alors je recommence la même séquence, et je vois son pied s’armer, cette fois je pares et au lieu de le frapper au visage et lui abat mon poing au creux de l’estomac.
Le coup porte et je m’éloigne à nouveau avec quelques pas rapide. La tâche s’annonce rude, je me demande ce qu’il fera pour réagir.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Ven 10 Aoû - 9:23

Cette fois-ci, le combat allait commencer. Yoite, sans vraiment la regarder, lui ordonne de s'occuper des autres, comme elle le pensait, pour qu'il puisse combattre le blond, sans doute le plus fort des assaillants. Si, comme elle le supposait, il avait vraiment été son maître, elle n'avait de toute façon aucune chance de le battre, mais s'occuper des autres lui serait toujours utile pour ne pas prendre le risque d'être interrompu.
Rassemblant toujours son pouvoir sans perdre le contact avec le combat qui s'annonçait, Erzsébet se met en mouvement, attaquant le premier à mains nues. Elle savait qu'avoir six ennemis en même temps allait être difficile poure lle, si elle avait pu les prendre un par un ses chances seraient sans doute plus élevées. Seulement voilà, ses assaillants ne lui laisseraient pas cette possibilité, et mettraient toutes les chances de leur côté. Ils étaient en supériorité numérique, armés et sans aucun doute meilleur au combat qu'elle. La bataille allait très ardue pour la Nécromancienne, mais elle n'avait pas d'autre choix de toute façon, il fallait qu'elle laisse le champ libre à Yoite pour son combat contre le blond.

Avant que les assaillants n'aient eu le temps de détacher leur attention du professeur et de leur chef, Erzsébet avait atteint le premier. Il fallait qu'elle frappe vite et fort, économiser ses coups au maximum pour ne pas se fatiguer et être capable de faire face à tout le monde. Elle n'avait en aucun cas le temps de s'éterniser face à l'un d'eux, sinon elle se ferait piéger en un rien de temps, elle le savait.
Un premier coup de poing porté directement à la tempe pour l'étourdir, et un deuxième, deux doigts enfoncés dans la gorge pour atteindre sa trachée et le rendre incapable de combattre. Cela lui laissait le temps de prendre les autres avant qu'il ne puisse se relever, et quand elle en aurait plus, elle reviendrait le rendre définitivement impuissant.
Mais les autres avaient eu le temps de revenir sur elle, et la Nécromancienne se retrouvait totalement encerclée, son espace de mouvement extrêmement réduit. Le problème était que son angle mort, quelle que soit sa position, se retrouvait perpétuellement à la portée de l'un d'eux.

La riposte ne se fait pas attendre. L'un de ceux en face d'elle dégaine une dague et cherche à l'atteindre à l'épaule droite. Heureusement pour elle, Erzsébet est gauchère et peut donc bloquer son coup sans être gênée. Elle pose la main sur la garde de l'arme pour la lui arracher, mais elle n'en a pas le temps que déjà l'un de deux sur le côté lui assène un violent coup de poing à la tête, lui faisant momentanément perdre ses esprits. La jeune femme ne peut que se mettre en position défensive, quand elle attaque il y en a toujours un pour pouvoir l'atteindre. Au milieu d'eux elle tourne sans cesse sur elle-même, esquivant et parant les coups autant qu'elle le peut, pour l'instant elle n'a reçu aucun coup grave. Erzsébet suppose qu'ils la sous estime, après tout elle n'a encore rien d'une combattante émérite, et avec une telle supériorité dans leur camp ils peuvent presque se permettre de...jouer avec elle. Pour l'instant, Erzsébet joue le jeu et ne fait plus que défendre, même si elle sait que tôt ou tard il lui faudra attaquer, sinon elle sera juste en train de s'épuiser inutilement. Sa respiration est trop bruyante à cause de son nez brisé, l'empêche d'être correctement oxygénée et augmente, même si ce n'est que de peu, son temps de réaction. Mais ses assaillants sont des pros, et la Nécromancienne ne doute pas qu'ils sauront tôt ou tard profiter de cet avantage supplémentaire.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Ven 10 Aoû - 10:02

Le combat s’engageait pour elle, et visiblement elle n’était pas spécialement en reste. Mon combat était engagé et j’avais mes chances, le grognement sourd lorsque mon poing s’était abattu n’avait rien d’un bon présage pour lui. Finalement peut-être aurais-je une chance face à un sourd, muet et aveugle. Il me connaissait, oui il me connaissait à l’époque où nous étions ensemble dans le combat, maintenant nous étions ennemis. Et j’étais déterminer à le détruire pour être certain d’éliminer un grande part de la menace. Il ne faudrait aucun survivant ici. J’espérais qu’Erzsébet saurais qu’il lui faudrait le faire. Pour ma part je ne pouvais étendre mon pouvoir, sans affaiblir celui ayant emprise sur le blond. Alors il me faudrait l’éliminer au plus vite. Sans aucune manière je me jetais comme un damné dans un corps à corps avec lui, et après avoir reçu un second coup il sembla comprendre la situation. Il contra, sans cesser d’essayer de riposter. Ma concentration ne devait pas faiblir sous peine d’affaiblir mon pouvoir. Ajouter des illusions n’apporterait rien à la situation contre lui. Pourtant, si j’en supprimais une et en mettait une autre je serais toujours optimum. Mais le risque était trop grand.

Mes poings, mes jambes ne cessent de frapper contre lui, mais sans cesse contré. Décidément il me connaît un peu trop. Il me faudrait être imprévisible, dans le domaine du prévisible. Il était obligé de savoir que je chercherais par tous les moyens à l’avoir et donc il saurait que je penserais à des stratégies ridicules. Mais celle-ci étant particulièrement stupide il ne s’en méfierait pas. Finalement j’opte pour l’instinct, je fonce sur lui, sautant, bondissant, fondant pour esquiver la moindre attaque, je me fais dangereux pour lui, il est forcé de reculé. Ce qu’il ignore c’est le lieu vers lequel il est poussé. Dans le petit cabanon je pourrais me laisser aller, plus que devant la gamine en tout cas. Il semble comprendre que je cherche à l’éloigner. Bien entendu il peut se douter de ce qu’il veut, je m’en fiche.

Soudain le noir nous entoure. Et pourtant nous ne cessons de frapper. Je referme la porte d’un coup de pied. Et là, je pouvais me lâcher complètement. Dans un demi-sourire je me ruais sur lui, affaiblissant mes autres illusions pour le tuer. Une mort imaginaire, mais suffisante. Il lui faudrait une mort probable, il ne sait pas que nous sommes dans le noir, alors je suis armé d’un pistolet et m’approche de lui pour réussir à le lui enfoncer dans la bouche, un sourire sadique aux lèvres. Au moment précis où je tire, je lui envoi un coup de poing dans la tempe. Il tombe, sonné sans doute, maintenant il sait que c’était une illusion, mais le choc ressenti dans son corps. Il convulse légèrement avant de se redresser en titubant. Je me remet au travail, le torturant pendant que je le frappe, et qu’il contre avec exactitude les plus prévisibles de mes coups. Puis au bout d’un bon quart d’heure il cesse toutes résistances, il semble épuisé. Dans l’ombre je devine son sourire. Il a perdu, face à son élève, à la simple et bonne raison qu’il n’a pas estimer utile d’amener la gamine avec lui. Le coup de grâce, il devra être efficace, malgré tout je suis magnanime, il m’a enseigné, je lui offre une mort élégante. Je saute et d’un coup de pied lui brise la nuque avec un bruit sec. Il s’effondre, pour ma part je ne vais que m’approcher de lui. Je le charge sur mon dos et nous partons.

Le mort sur le dos, je le dépose derrière le cabanon, et lui ferme les yeux. Qu’il repose en paix. Je me demande alors où se trouve la blonde, je ne l’ai pas vu, où alors je n’ai pas fait attention.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Sam 11 Aoû - 8:15

Erzsébet savait qu'elle ne devait pas s'épuiser à rester en défensive, qu'elle devait trouver un moyen de renverser la balance en sa faveur et de passer à l'attaque. Mais, en restant en pilote automatique en faisant jouer ses réflexes de défense, elle se laissait le temps de réfléchir, il fallait juste prendre garde à ne pas perdre trop de temps. Yoite n'était plus en vue, elle ne pouvait pas savoir comment son combat tournait. Mais bon, le sien restait sa priorité, elle avait encore cinq assaillants contre elle, combattante inexpérimentée. La balance était extrêmement déséquilibrée, mais elle ne trouvait pas de moyen de passer à l'attaque.

Elle avait déjà reçu un certain nombre de coups, sans gravité réelle mais qui tendaient à l'épuiser encore plus vite. Sa bouche saignait, son corps était couvert de bleus et d'estafilades, et elle boitait. Son chignon était pratiquement défait, et son T shirt préféré presque en lambeaux. Elle avait de plus en plus de mal à respirer, son nez cassé s’additionnant à la côte cassée qu'elle avait récoltée lors de la retenue, qui n'avait jamais pu complètement guérir à cause de la rigueur de ses entraînements. Tout ça était bien mauvais pour elle.

Elle tenta quelque chose, même si en toute logique c'était quasiment impossible: Erzsébet tenta de prendre le contrôle des corps de ses ennemis. En temps normal, la jeune femme ne pouvait y arriver qu'au bout d'une intense concentration, sur une seule personne et sur un laps de temps très court. Alors, cinq personne! Y parviendrait-elle?

La Nécromancienne continuait encore et encore à se défendre, rassemblant toute sa concentration et tout son pouvoir. Ces hommes -là n'étaient pas comme Yoite, elle n'avait pas accès à ce qui était mort en eux aussi facilement. Cependant, tout être humain est couvert de peaux mortes, de cellules mortes encore non remplacées dans son corps, et c'est là dessus qu'elle comptait jouer, même si le niveau de difficulté était bien supérieur à tout ce qu'elle avait jamais fait.

Même si elle était trop occupée pour s'en rendre compte, son pouvoir rayonnant autour d'elle attirait de nouveau les morts autour du combat. Ils regardaient tous avec un certain intérêt, comme si ce n'était qu'une distraction dans leur existence mort d'être décédés. Mais Erzsébet n'avait pas un regard pour eux, trop occupée à essayer de sauver sa vie.

Quand la jeune femme estima qu'elle avait suffisamment rassemblé son pouvoir, elle le lança à l'assaut des corps de ses ennemis. Avantage par rapport à Yoite: Obnubilés par le combat, ils ne pouvaient pas se rendre compte de son intrusion et tenter d'y résister. La Nécromancie s'infiltra au plus profond d'eux-même, vint parasiter toute la mort présente dans la vie-même. Erzsébet pouvait entendre leurs coeurs battre, le sang pulser dans les veines, l'immense bruit que pouvait produire cette mécanique de la vie.

Le problème était que, sans s'en rendre compte, Erzsébet avait arrêté tout mouvement pour parvenir à s'infiltrer en eux. Ses assaillants profitèrent de cette occasion incompréhensible mais inespérée pour lui asséner quelques coups beaucoup plus graves, avant que l'un d'eux ne se saisisse de ses poignets dans son dos, la rendant incapable de bouger. Heureusement que Erzsébet, trop absorbée par son pouvoir, n'ai pas pu y faire attention, sans quoi elle aurait pu avoir peur, car si son pouvoir ne se révélait pas à la hauteur, elle était morte.

Celui qui avait une dague s'approcha d'elle et lui prit le menton pour mieux la regarder. Ses yeux semblaient totalement vides, mais il le mit sur le compte de ses blessures. Il posa la froide lame sur sa gorge, voulant en finir.
Cependant, alors qu'il allait lui trancher la gorge, la blonde releva la tête, vrillant son regard dans le sien. Et à ce moment, ils se figèrent tous.

Erzsébet y était parvenue, mais elle savait qu'elle n'avait tout au plus que quelques secondes, au vu du nombre d'assaillants. Usant de ses dernières forces physiques, elle se libéra de celui qui la retenait, avant de se saisir de la dague posée sur sa gorge. La jeune femme savait qu'ils étaient encore conscients et voyaient ce qui se passait, et elle en était très contente, car ainsi ils pourraient comprendre qu'ils avaient été vaincus et tué par une adolescente inexpérimentée.

Et oui, elle avait beau être Nécromancienne, et par conséquent posséder un certain respect pour la vie humaine, elle ne ressentait pas la moindre appréhension ou remords à tuer ces hommes. Promptement, elle leur trancha la gorge, un à un, et ils s'effondrèrent. Ils reprirent le contrôle de leur corps quelques secondes plus tard, ce qui était visibles à leurs convulsions d'agonie. Erzsébet fit de même pour le premier adversaire qu'elle avait mit à terre. Quand elle se releva, la jeune femme était couverte de sang, autant que le sien que celui de ses adversaires. Blessée en de nombreux endroits et avec des difficultés respiratoires importantes, elle tituba hors de la zone de combat, pour s'effondrer un peu plus loin, sur un banc qui se trouvait là. La Nécromancienne ignorait toujours où se trouvait Yoite ni comment il allait, mais pour l'instant sa priorité résidait en sa simple respiration.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Mar 4 Sep - 18:59

J
e courrais un peu partout dans l’école, à la recherche de la jeune blonde. Personne ne semblait avoir compris qu’il s’était passé quelques choses… Plein de question j’avançais , ne cessant de me hâter afin de retrouver la jeune blonde. Oui ce que je venais de faire était déloyale, lui casser le nez était ridicule, mais cela m’avait au moins apaisé. Et c’est en courant au hasard que je trouvais les corps de ses assaillants morts… Et visiblement le combat avait été rude, du sang glissant était à terre par tout… Je ne doutais pas un instant qu’il y en avait a ma jeune élève… Décidément ça allait trop loin, je ne pouvais croire que j’étais la raison de tout cela. Ma priorité résidait à présent dans le fait de nettoyer tout ça… Cacher les corps en sommes. Alors avec concentration je les fis disparaître… Temporairement, avant que je décide de venir les retirer pour de vrai. Il fallait à tout prix que je la retrouve. Mais où ? Où était-elle ? Je suivais la trace de sang qui me guidait dans le parc de l’école pour finalement me mener à un banc. C’est là que je la trouvais. Elle était en mauvais état, en partie par ma faute. Alors prenant le temps de me recomposer un peu avant d’arriver je ralentis. Une fois devant elle je ne fis qu’une chose, la fixer dans les yeux et parler.

-Tu as réussis ce que beaucoup on échouer. Je n’ai rien à t’apprendre, enfin plus rien. Notre route se séparera ici. Tu es trop faible pour refuser ce que je vais te dire alors tu m’obéiras. Je vais aller cacher les corps de nos ennemis. Et une fois que je serais de retour… Tu devras faire ce que je te dirais. C’était écrit ainsi depuis le début.

Je partis sans me retourner. J’étais trop fier pour pleurer, mais grand dieu que j’en avais envie, mais je me retins, pas pour moi, mais pour Ednaëlle, finalement nous resterions sur une dispute… C’était ainsi que j’avais décidé d’en finir. Ma fin, pour préserver l’école. Tous méritaient mieux que moi. C’est ainsi que je me dirigeais vers les corps mutilés que j’entrepris de jeter dans les égoûts non loin de l’école… La tâche me prit une bonne demi-heure, et pourtant je faisais au plus vite. Nettoyer le sang serait inutile. Tout avait été planifié, un dernier tour de passe passe. Me concentrant je fis une illusion durable, y concentrant tout mon pouvoir. L’herbe repoussa et effaça les traces de pas, verte, tendre. Le sang s’infiltra dans le sol. J’étais usé, je sentais que je ne tarderais pas à y passer. C’était le maximum que je pouvais offrir finalement, une vulgaire illusion que tout n’avait jamais existé.
Une demi-heure c’est le temps que dura mon absence, alors cette fois je me plaçais devant la jeune blonde. Mon regard, je le savais était vide. Mais qu’importe, le moment n’était pas venu de flancher. Et c’est d’une voix éteinte que je lui donnais mon dernier ordre avec ma dernière justification.

-J’ai décidé… Tu as failli en parlant. Tu as révélé plus que tu ne l’aurais dut à Ednaëlle. C’est de ta faute si aujourd’hui tu es en si piteux état. Mais c’est pour toi, parce que tu es bien plus puissante que moi que je vais t’offrir une occasion en or… Plus jamais tu n’en auras d’autres, et je t’ordonne de m’obéir. Absorbe ma vie, prends tout. Si j’ai vu juste, ça te soignera, sinon tu n’auras fait qu’avancer de quelques heures mon trépas. Tu diras à Ednaëlle ce que je t’ais dit. Que c’était mon choix, et mon destin. Je préfère mourir en protégeant l’école. *Un sourire usé* On dirait qu’ils avaient raison, il faut mourir pour quitter Fog Blue.

D’un air serein, j’attendais. Oui, j’attendais ma fin, en priant pour que la jeune blonde se décide rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Ven 21 Sep - 6:44

Erzsébet n'arrivait tout simplement plus à respirer, chaque inspiration était pour elle une véritable torture, un effort sans fin. Et elle ne savait pas si elle aurait la force de soutenir cet effort. La Nécromancienne était perdue dans ses pensées, comme si son esprit s'évadait de la tuerie, celle qu'elle avait perpétré.
La jeune femme ne ressentait pas le moindre remord, après tout, dans un autre cas de figure, elle aurait été le seul et unique cadavre, et cela elle ne le voulait à aucun prix. Mais cela ne l'empêcherait pas d'être longtemps hantée par ces défunts, tout comme ceux de France la hantaient déja. Encore aucune de ses victimes n'étaient réellement venu la hanter, et elle en était heureuse, car elle savait pertinemment que sa raison déjà vacillante n'y résisterait pas. Espérant que ces nouveaux cadavres n'auraient pas cette présence d'esprit.

C'est à ce moment que Yoite revint vers elle. Il avait l'air tout de même amoché, tout du moins épuisé. Mais au moins, sa présence ici indiquait qu'il avait eu le dessus sur le blond, sans doute le plus fort de tous, et c'était une bonne nouvelle. Du moins pour le moment, la menace semblait être écartée.
Même si l'effort lui semblait surhumain, Erzsébet se décala légèrement sur le banc pour lui faire une place et le laisser s'asseoir. Mais celui-ci resta debout. La menace était peut-être écartée, mais manifestement l'heure était toujours grave. Sur ce coup, la Nécromancienne n'avait pas trop envie de s'entendre dire sur quoi elle avait échoué, elle était habituée à cela, mais là elle voulait juste respirer, et ce dans tous les sens du terme!
Mais bien sûr, Yoite ne fut pas de cet avis, et Erzsébet se garda bien de l'empêcher de parler, tant parce que ce serait stupide que parce qu'elle n'avait pas le souffle de le faire.

Il lui dit qu'il allait cacher les cadavres qu'elle avait -imprudemment, c'est vrai- laissés à la vue de tous, et qu'ensuite il aurait un ultime ordre à lui donner. Puisque selon lui, leurs chemins s'arrêteraient ici. Erzsébet avait vraiment envie de protester, elle n'était carrément pas d'accord avec ce que son professeur était en train de lui dire. Elle avait encore énormément à apprendre, elle le savait, et même Yoite s'acharnait à lui répéter, il n'y avait pas si longtemps de cela!
Malgré les protestations qui se bousculaient jusqu'au bord de ses lèvres, la jeune Hongroise resta silencieuse, et laissa son professeur s'éloigner pour dissimuler les cadavres, remobilisant momentanément toute son attention sur sa simple respiration. En fait, elle se refusait de réfléchir à cet ultime ordre qu'il devait lui donner, car elle avait son idée sur la question, mais elle ne voulait pas encore faire face à cette vérité. Elle avait mis tant d'effort à la repousser, à se donner les moyens de l'empêcher! Mais manifestement, elle ne serait jamais puissante, car malgré tous ses efforts, le prix qu'elle avait payé pour cette entraînement, elle n'avait pas la puissance d'empêcher cela...

Au bout d'un temps que Erzsébet n'était pas capable de définir, tant il semblait s'être arrêté à ses yeux, son Professeur revint vers elle. La jeune femme ne doutait pas un instant qu'il ait bien fait son travail. Jusqu'au bout.
Il commença à lui parler. Il lui expliqua enfin les raisons de ce châtiment qu'elle ne comprenait pas. Il avait fait ça...Parce qu'il avait parlé à Ednaëlle? Cela la laissait totalement incrédule, c'était ça? Après tout, il faut se souvenir qu'elle ne connaissait pas la nature exacte de la relation qui unissait Yoite à Ednaëlle, et l'impact qu'avait pu avoir la conversation avec l'ange blond de Yoite.

Et l'ordre arriva, sans appel comme toujours. Un silence assourdissant suivit la dernière sentence du jeune homme -après tout, ils avaient presque le même âge!-, et Erzsébet restait figée, à moitié étendue sur son banc et luttant pour respirer. Elle ne voulait pas obéir à cet ordre, tout son esprit se révoltait contre cette simple idée! Déjà parce qu'elle n'avait pas encore atteint la puissance qu'elle voulait, et que pour cela elle avait besoin de son Professeur! Elle avait joué le jeu, était devenue son arme vivante, ce n'était pas pour laisser tout cela inachevé, selon son point de vue!

Lentement, avec beaucoup d'efforts, Erzsébet parvint à se remettre debout sur ses deux jambes vacillantes. Elle refusa toute aide, à supposer seulement que Yoite lui en ai offert, elle n'était pas assez folle pour y croire! Elle resta plantée ainsi quelques instants devant son Professeur, son regard vrillé dans le sien. Levant les mains, elle essaya de remettre ses cheveux en ordre dans son chignon, comme si elle se préparait à quelque chose. Mais ses cheveux comme ses mains étaient couverts de sang, et elle ne parvint à rien, alors elle laissa ses mèches blondes poisseuses tel quel. Elle n'avait toujours pas rompu le contact visuel avec Yoite, mais même si elle savait ce qu'elle allait faire en cet instant, son esprit tournait à plein régime (enfin, aussi vite qu'il était possible dans un tel état d'épuisement) pour trouver quelque chose.

Et, dans un sursaut d'énergie, elle balança à Yoite le coup le plus puissant qu'elle ai sans doute jamais mis à quelqu'un, son poing atteignit la tempe avec une précision chirurgicale. L'envoyer au sol, l'étourdir, ne le blesser en aucune façon. Après tout, elle avait eu un bon professeur...

Quand le jeune homme tomba, Erzsébet revint toutes les fois où les positions avaient été inversées. Toutes les fois où elle était tombée, toutes les fois où elle s'était relevée, et toutes les fois où Yoite l'avait frappée encore, jusqu'à ce qu'elle intègre ce qu'elle devait apprendre. Mais chez elle, aucun esprit de vengeance, elle ne profiterait pas de la situation. Mêm s'il falait avouer que ce simple geste était pour elle une grande victoire, elle n'irait pas plus loin.
Mais ce mouvement l'avait épuisé de nouveau, et sa respiration se fit de nouveau haletante. Et les paroles qui suivirent furent un peu hachées, tandis qu'elle essayait de reprendre un peu son souffle:

-Je ne dis pas que je peux comprendre, je n'ai jamais eu cette prétention. Je ne dis pas que je peux comprendre la douleur de la maladie. Mais je connais celle de rester en vie. La vie a un prix, et à présent qu'il est presque payé, tu abandonnes? Termine donc un peu ton oeuvre. Tu sais que je peux te maintenir en vie encore un petit moment. Tu veux que je transmette à Ednaëlle? Tu peux bien attendre pour lui dire toi-même, je suis sûre qu'elle appréciera.
Je me suis pliée à toutes tes règles, les plus sadiques, les plus douloureuses, les plus difficiles. Mais je ne suis plus ton élève, selon tes propres mots, et je refuse de t'obéir. Vis.


Erzsébet, lorsqu'elle eut fini de parler, se rendit compte qu'elle avait tutoyé Yoite pour la première fois de sa vie. Elle ne se l'était jamais permis, et était restée au vouvoiement. Mais la donne avait changé.
La Nécromancienne était persuadée que Yoite allait se relever, la frapper peut-être, à voir, et lui répondre. Il allait l'écraser sous l'étendue de la difficulté que représentait la vie pour lui, l'étendue de la douleur. Mais au moins, elle se serait parvenue à dire ce qu'il lui semblait juste de dire.

\\\HRP: Désolée pour le retard///

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Sam 18 Jan - 19:24

A peine plus jeune que moi elle venait de connaître encore l’horreur de tuer des êtres vivants. C’était compréhensible qu’elle refuse, ça aurait même été logique… Mais embrumé comme je l’étais mon cerveau ne se rendait plus compte de tout cela. Il était temps pour moi de tirer ma révérence, un dernier tour de passe-passe dans le cirque de ma vie. Soudain elle se leva, me faisant face… Maculant ses cheveux d’un sang poisseux. Je ne fis rien, elle allait enfin faire ce qu’elle avait à faire et réussir là où j’avais échoué. Cette jeune femme était dans toute sa splendeur, malgré son épuisement plus que visible, malgré son regard froid… Oui malgré tout ça elle était belle, indéniablement belle.

Soudain je ressentis une vive douleur, ma vision s’éteignit et la dureté du sol irradia à travers mon corps. Endoloris j’ouvrais les yeux, lentement… Je la vis et l’entendis débiter son baratin. Je n’aurais pas l’occasion de reparler à Ed, elle le savait tout aussi bien que moi, ce n’était qu’une vaste plaisanterie. Et depuis quand avais-je quoi que ce soit à payer ? N’avais-je pas déjà offert ma vie pour racheter ce passé ignoble ? Non, elle n’avait le droit de me juger comme elle était en train de le faire. Un sourire ironique étira mes lèvres, qu’elle agisse ou non c’était la fin j’en étais persuadé. Je me laissais sombrer dans le sommeil qui m’attirait à lui, finalement je n’aurais pas eu de mort digne, agonisant simplement de ma maladie.

Lorsque je rouvris les yeux à mon grand étonnement la pièce était blanche, une main tendu devant moi confirma ce que j’avais cru au premier instant, j’étais vivant. Contemplant ma main noircie par la maladie je baissais lentement la tête pour me voir dans un lit aux draps tout aussi blanc. Drôle d’impression que de se sentir totalement vivant alors que la mort aurait dû s’imposer à moi.

Mon regard se porta ensuite sur autre chose, les tubes qui me sortaient du corps… Je détestais ça au plus haut point, mais surtout j’étais nu et ne voyait nulle part mes vêtements. Je ne fis cependant pas un geste pour me lever. J’étais plus maigre qu’avant si c’était possible, une certaine faiblesse dans les membres témoignait du temps qui avait passé. Combien de temps ? Je l’ignorais et surtout pourquoi m’avoir gardé en vie si longtemps sans que je ne donne signe de vie ? A moins que je n’en ai donné. Qu’importait, il fallait aujourd’hui que je sache… Je n’avais rien à faire sinon patienter. Ce que je fis en regardant par la fenêtre, ce paysage m’était douloureusement familier, la cours de l’Académie… J’étais donc encore dans les locaux… Tant mieux.

J’attendais et les heures s’étiraient au point que le soleil déclina pour laisser une traînée rougeâtre dans le ciel. C’est à ce moment que ma porte s’ouvrit. Je tournais la tête vers la personne entrant, un mélange de soulagement et de nostalgie emplie alors mon cœur. Mes craintes d’avoir été épargné pour subir pire que ce que j’avais vécu tombait à l’eau à présent. Je ne risquais plus grand-chose, pourtant son regard et son corps témoignait aussi du temps qui avait passé, elle semblait plus musculeuse.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 9:03

Quand Erzsébet passa la porte de la chambre de Yoite Rokujo, certes du temps était passé. Même elle ne se souvenait plus avec exactitude quand elle avait versé le sang pour la dernière fois, quand son Professeur ne lui avait rien demandé d'autre que de le tuer, quand elle avait refusé.

Cependant, même si elle ne souvenait plus depuis combien de temps il était inconscient, la jeune Hongroise avait une vision très précise des évènements de ce jour-là. C'était sans ciller qu'elle avait vu Yoite sombrer dans l'inconscience. Au moins, dans un tel état il cesserait de lui demander de genre de choses.

Elle avait mis beaucoup de temps à le transporter jusqu'à l'infirmerie de l'école. Pour elle, porter un tel poids mort avait été difficile, malgré l'entraînement qu'elle subissait, et son corps qui s'affermissait. Cependant la Nécromancienne avait réussi à le déposer, toujours inconscient, sur l'un des lits inoccupés de l'infirmerie, avant de chercher quelqu'un pour s'occuper de lui. Malgré toutes les insistances de l'infirmière sur les raisons de l'état du Professeur et le sien, Erzsébet n'avait pas lâché un seul mot sur la question. Cela ne regardait encore personne pour le moment.

Yoite était tombé dans une sorte de coma. Le personnel médical le barda de capteurs, de perfusions, de cathéters, pour le maintenir en vie malgré son sommeil. Cependant, rien d'autre ne pouvait être fait, à part attendre.
Malgré ses refus, Erzsébet dut elle aussi passer quelques jours à l'infirmerie pour ses blessures. Cependant elle était sortie dès qu'elle put de nouveau tenir sur ses deux jambes.

Qu'avait-elle fait pendant son coma? Rien de particulier, à vrai dire. Elle avait été en cours, avait travaillé. Elle avait continué les exercices de renforcement musculaires pour ne pas perdre la main. Et puis elle s'était toujours arrangée pour pouvoir passer quotidiennement dans la chambre de Yoite, même pour quelques minutes. La plupart du temps elle ne cherchait même pas à s'asseoir, elle restait appuyée dos au mur, à le regarder en silence.

Mais un jour, Yoite se réveilla. L'infirmière l'avait appelée sur son portable pour la prévenir quand elle s'en était rendue compte. A ce moment, Erzsébet sortait juste de la douche. Cependant elle ne prit pas sont temps, et c'est encore à moitié humide et les cheveux toujours détrempés qu'elle enfila une chemise blanche et un jean, quittant sa chambre à la hâte.

L'infirmière ne se trouvant pas dans les parages quand elle arriva à l'infirmerie, la Nécromancienne se passa donc royalement de son autorisation pour entrer dans la chambre du jeune homme.

Le regard du professeur s'était posé sur elle à l'instant de son entrée. Erzsébet fut surprise de le voir ainsi dénudé, cependant cela ne créait pas d'autre réaction chez elle. Avec son passé, ce genre de vision était pour elle dénuée de tout intérêt. Elle n'avait donc aucune des réactions extrêmes qu'ont les gens gênés dans ce genre de situation, c'est-à-dire tout faire pour ne regarder que son visage, ou au contraire le détailler des yeux. Elle remarqua simplement qu'il était encore plus maigre qu'auparavant, conséquence de sa stature déjà peu imposante à la base, et de son sommeil prolongé. il aurait du pain sur la planche s'il voulait retrouver la forme.

Ersébet, pour la première fois, prit place dans le fauteuil à côté du lit prévu à cet effet. Elle croisa les jambes, avant de s'adresser à lui:

-Bienvenue chez les vivants. Il faut croire que votre heure n'était pas encore arrivée, n'est-ce-pas?


La jeune Hongroise accompagna cette petite remarque empreinte d'une touche d'ironie par un sourire. Malgré le caractère étrange d'une relation d'objet, basée uniquement sur l'utilité de chacun au regard de l'autre, Erzsébet préférait voir Yoite dans une chambre d'hôpital que dans un cercueil.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 11:02

La jeune hongroise s’était assise à mes côtés parlant simplement, sa voix d’une ironie à peine voilée… Oui elle était bien partie pour me remettre en scelles dès mon réveil. Qu’importait ce qu’elle pouvait dire, le temps avait passé et l’école semblait encore debout, donc soit l’attaque avait avorté, soit la Fog avait été éliminée. Tout le souci était de savoir, car pour la prochaine fois il faudrait que nous soyons prêts, sans oublier la disparition de la petite Echo… Tant de choses et si peu de temps pour reprendre contact avec la réalité.

Avec lenteur je me mis en position assise avant de me couvrir d’un drap. Mon regard la détailla avant que je ne me donne la peine de lui répondre.


« Bonsoir, l’heure dis-tu ? Bah c’est n’importe quoi tout ça. J’aurais dû mourir, j’étais trop atteint. Qu’importe, puisque je suis encore là, ça veut dire que j’ai encore le temps d’agir.
La Fog qu’est-elle devenue ? A-t-on des nouvelles de la petite Echo ? Et surtout donnes-moi mes affaires veux-tu.
»

Aucuns badinage inutile, après tout pourquoi faire ? C’était le plus simple, d’abord les informations urgentes et la suite viendrait après. La date m’importait peu si nous étions encore sous la menace d’un groupuscule. Enfin, cela n’avait que peu d’importance, car même si nu je pouvais y aller, ce n’était pas souhaitable. Qu’il y ait eu un raid durant mon absence était plus que compréhensible, pour le reste… Grand Dieu que je me questionnais.

D’un pas las et mal assuré je me mis debout et marchais un peu, le temps de retrouver mes marques et de commencer à chercher mes vêtements dans les placards. Il ne restait que mes gants de cuir, et mes chaussures… Rien d’autre ce qui me perturbait assez, qu’ils soient au pressing pouvait être compréhensible, mais je ne savais trop pourquoi j’en doutais assez sur le coup.

Je continuais de chercher, tout en essayant de me rappeler ce que j’aurais pu entendre à travers le voile de mon inconscience, mais rien ne me revenais à supposer que j’ai entendu quoi que ce soit.
C’était perturbant de se retrouver dans son monde et totalement étranger… Je me demandais sincèrement ce que nous allions devenir.


[HRPG: C'est court désolé]

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 11:41

Erzsébet attendit en silence que Yoite se remette en position assise et lui adresse la parole. Exactement comme à son habitude il balaya rapidement le badinage pour en venir aux informations importantes, c'est-à-dire sur la situation de l'école à l'heure actuelle.

La Nécromancienne le laissa la détailla, peut-être qu'elle avait physiquement changé pendant son sommeil? C'était possible, elle n'aurait pas su s'en rendre compte par elle-même. Cela lui faisait étrange de parler de nouveau avec son professeur...cela faisait tout de même un moment...Cela rappelait à Erzsébet beaucoup de souvenirs qui avaient pâlis avec le temps. Les entraînements, les coups, les rappels incessants d'une menace invisible... certes ça n'avait pas été facile, cependant cela avait été aussi riche en enseignements... La Nécromancienne ne regretait rien de ce qui s'était passé.

Erzsébet prit de nouveau la parole pour répondre à Yoite:

-Il ny a eu aucune intervention de Fog Blue pendant ton coma, donc aucun moyen de savoir ce qui se trame de leur côté. Quant à Echo... Toujours disparu depuis tout ce temps. Je n'ai aucune idée de ce qui a pu lui arriver.

La jeune femme s'était levée en même temps que Yoite pour le reconduire à son lit, après tout il venait juste de se réveiller, son corps devait encore être faible! Mais elle n'eut pas le temps de se diriger vers lui qu'il commençait déjà à fouiller les placards de la chambre, sans doute pour retrouver ses vêtements. Mais les placards semblaient tous être vide, et la jeune Hongroise n'avit aucune idée de ce qu'ils étaient devenus.

-Je ne sais pas où ils sont. Mais retourne te coucher, ça fait longtemps que tu es dans le coma. J'essaierai de les retrouver, au pire on t'en trouvera de nouveaux. Mais retourne dans ton lit.

Se rendant compte que Yoite ne l'écouterait sans doute pas, Erzsébet finit par le prendre par le bras pour le reconduire vers son it. Physiquement il était faible, et n'avait donc pas trop l'opportunité de résister. Ce n'était cependant pas fait avc violence, ce n'était pas la volonté de la jeune Hongroise. Certes il y avait des choses urgentes à régler, certes, mais ce n'était pas autant que l'illusionniste devait se ruiner la santé quelques heures après son réveil d'un long coma.

Elle le fit se rasseoir et remit le drap sur ses jambes, avant de reprendre place à son tour dans le fauteuil qu'elle avait quitté pour l'arrêter. Elle fit négligemment passer entre ses mains ses cheveux entre détrempés avant de les remettre en place sur ses épaules. Il devait sembler bizarre à qui la connaissait un temps soit peu, de la voir vêtu d'habits aussi...neutres, mais ce n'était par pour autant que cela ne lui allait pas, au contraire. Cela pouvait lui sembler très naturel.

-Maintenant, il s'agit de savoir quoi faire dans l'immédiat. On ne sait pas grand chose de plus qu'auparavant, et aucune information de plus sur ce qui risque de nous arriver.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 12:27

Echo était donc toujours porté disparu, c’était plus que dommage… Espérons qu’il n’était pas mort, enfin si… S’il était entre les mains de la Fog, cela allait devenir très problématique… Enfin, mes vêtements n’allaient pas réapparaître comme ça, et Erzébet me força à retourner au lit. Oui, d’autres ce n’était pas le souci, mais rester coucher à ne rien faire une minute de plus me rendrait fou, c’était juste invivable comme situation. Je me laissais néanmoins faire jusqu’à ce qu’elle me relâche
Le plus navrant était que notre situation était toujours aussi précaire sinon plus. J’étais amoché, trop pour soutenir de nouveaux combats avant un moment, les élèves n’étaient pas prêt à combattre et n’avaient pas à l’être… Je n’avais qu’elle sous la main et les autres professeurs, mais qui accepterait d’y laisser sa vie si besoin ? Moi, oui c’était mon devoir, car j’avais amené la menace moi-même.

Lorsqu’elle termina de parler je me relevais simplement, attachant le drap autours de mes reins comme une serviette. Je fis encore quelques pas avant d’entrer dans des mouvements lents mais précis, une danse ? Peut-être vu de l’extérieur, mais chaque mouvement était une possible attaque, non pas puissante ou dangereuse, non, très précise, très calculée. Rien ne pouvait sembler découler plus naturellement du mouvement que le mouvement suivant, pourtant c’était extrêmement compliqué à réaliser. Autant musculairement que mentalement. Tout devait être calculé, d’une lenteur exagéré mais exécuté avec force. Cependant que je me laissais aller à cette danse je m’autorisais à reprendre la parole.


« Il est temps pour moi de revenir sur le front je pense. Je suis encore faible, c’est vrai, mais ne pense pas pouvoir m’écarter si simplement. Je n’ai pas bougé depuis trop longtemps, je ne sais même pas combien de temps cela fait que je suis dans cet état. D’ailleurs quel jour est-on ? Combien de temps ?
Sans nouvelle de la Fog, c’est inhabituel, j’espère simplement qu’Echo n’est pas entre leurs mains. Je n’étais pas la cible principale de ce raid, même si m’éliminer aurait été un bonus. Ils semblent être à la recherche de quelque chose, et je jurerais que tu sais ce que c’est… Tu connais le passé de cette école, alors tu dois savoir s’il est possible que cette menace soit Echo, ou encore dans l’Académie. Dans un cas comme dans l’autre il me faudra des réponses. Pour l’heure il est temps de reprendre ton entraînement… Regarder et apprendre, ne pas imiter, comprendre. Léthanie, c’est le nom de ces mouvements. Pas un commentaire, pas de question. Tu apprends, tu comprends et plus tard tu pratiques. Si tu le fais sans comprendre je te tue. Le Léthanie ne se réfléchie pas, cependant il s’apprend. Il coule en toi, si tu ne le comprends pas, tu ne l’utilise pas, si tu le copies tu le dénature. Tu le dénature, tu meurs.
»

Ce n’était certes pas très agréable comme retrouvailles, et je commençais déjà avec des menaces, mais qu’importait. Elle voulait me suivre, elle voulait aller au-delà de ce qu’elle était, alors autant qu’elle apprenne tout ce qu’elle pouvait apprendre. C’était bien trop tôt en théorie pour lui enseigner ça, mais le temps risquait de nous manquer. Au moins si elle comprenait le Léthanie elle comprendrait quand la mort s’impose, et lorsqu’elle doit s’éviter. Vivre, mourir, la finalité importe peu lorsqu’on apprend. Voilà le Léthanie, l’apprentissage au-delà de la raison et du corps.

Enfin c’était comme ça qu’on me l’avait enseigné et je ne comptais pas dénaturer cet enseignement sans doute très ancien. Je ne m’arrogeais pas ce droit, et puis même, il y avait un tas de style différent, le mien découlait d’un mouvement révolutionnaire d’une époque oubliée. Seul le nom de la forme avait persisté à travers les âges : Masque tombé. Je ne comprenais pas ce nom, sinon que chaque mouvement révélait être un mouvement profondément ancré dans le corps au point de sembler être instinctif, mais les positions étaient si douloureuse à tenir que l’apprentissage était éreintant.

Rapidement, une couche de sueur recouvrait mon corps, alors que mes mouvements devenaient de plus en plus tremblant, et cela trop rapidement compte-tenue de mes capacités d’avant mon coma.


___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 14:07

Contrairement à ce que Erzsébet avait supposé, Yoite ne fit preuve d’aucune résistance quand elle avait voulu la reconduire à son lit. Il semblait comprendre que l’heure n’était pas encore pour lui à reprendre le combat. Il ne savait pas combien de temps il avait dormi, même la Nécromancienne n’était pas sûre de pouvoir lui répondre. Même si elle avait un souvenir très précis de ce qui s’était passé ce jour-là, le temps qui s’était écoulé depuis lui semblait flou. Plusieurs mois sans aucun doute, puisque Erzsébet avait combattu ce jour-là en short et T-shirt, alors qu’aujourd’hui le froid s’était abattu sur le Japon et sur StarthClyde.

-Cela fait au moins plusieurs mois, mais je ne saurais pas te dire combien.

C’est à ce moment que la jeune Hongroise se rendit compte qu’elle continuait de tutoyer son Professeur. Elle l’avait fait, ce jour-là quand il lui avait purement et simplement demandée de l’achever, mais elle ne pensait pas qu’elle continuerait à le faire aussi naturellement alors que cela lui semblait impensable encore peu de temps auparavant. Mais après tout, Yoite et Erzsébet avaient à peu de choses près le même âge, et malgré son statut de Professeur la Nécromancienne continuait le tutoiement, qui n’était non pas signe d’un quelconque rapprochement affectif entre les deux personnes, mais surtout l’affirmation d’une vérité : Certes j’ai encore des choses à apprendre de toi, mais je ne te suis pas inférieure. Je te respecte pour ton enseignement, mais pas question de m’incliner devant toi.

C’est à ce moment que Yoite se mit de nouveau debout. Erzsébet se releva à son tour, souhaitant comme la première fois le forcer à se recoucher. Cependant elle n’en eut pas le temps, puisque le jeune homme commença à exécuter une série de gestes, que l’on pourrait de loin assimiler à une danse, mais qui aux yeux de plus en plus aguerris de Erzsébet ressemblaient également à des gestes de combat.
Le Starth prit de nouveau la parole. Il s’agissait donc bien d’un nouvel enseignement à sa destination. Et, comme d’habitude on pourrait presque dire, ce début d’un nouvel apprentissage s’accompagna de menaces : Apprends, et apprends bien. Sinon tu mourras de ma main.

Dire que Erzsébet fut surprise d’une telle entrée en matière serait un mensonge. Après tout, dès leur première rencontre il en avait été ainsi. Cependant, dire qu’elle n’a pas été un peu déçue serait un mensonge tout aussi gros. Pas qu’elle se soit attendue à autre chose de la part de son professeur, non, mais depuis le temps, elle considérait avoir fait ses preuves, tant dans sa volonté d’apprendre que dans ses capacités au combat. Avait-elle encore besoin d’un bâton pour avancer ? Si Yoite le pensait, encore une fois c’était bien mal la conaître. La Hongroise ne faisait plus rien sous la contraire, et si elle s’était sentie dans une telle situation cela ferait longtemps qu’elle serait partie, abandonnant le jeune homme à son propre passé. Certes la situation de l’Académie pesait aussi dans cette décision, elle qui y voyait une sorte de havre de pays, ne voulait pas la voir rayée de la carte par le passé d’un seul homme. StarthClyde avait été pour un grand nombre d’élèves une planche de salut, à chaque génération, et ce malgré les horreurs qui s’y était produites, puisque ces tragédies étaient la faute non pas de l’école, mais des élèves, et pour être encore plus précise d’un élève.

Retenant une fois de plus sa bile, Erzsébet se mit en face du jeune homme, afin de chercher à comprendre plus précisément ce qu’il faisait. C’était quelque chose d’assurément très complexe, qu’elle avait pour le moment beaucoup de mal à cerner. Cela ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait pu apprendre jusqu’à présent de Yoite. Cherchant à se mettre dans la même position que lui, la jeune Nécromancienne s’appliqua à comprendre ce qui se passait, comprenant de manière instinctive que cela était sans doute très important, voire primordial, pour elle et l’avenir.

Erzsébet avait toujours manifesté une envie d’apprendre absolue. Même quand elle ne comprenait pas, elle s’acharnait jusqu’à que le problème soit élucidé. Certes elle n’était pas la meilleure élève de StarthClyde, mais elle s’en moquait éperdument, puisqu’elle ne faisait la course avec personne d’autre qu’elle-même. Elle se força donc à faire le vide dans sa tête, pour être le plus réceptive possible à l’enseignement de Yoite. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas eu d’entraînement, cependant ses réflexes de combat lui revinrent à une vitesse étonnante, preuve de sa bonne volonté totalement indépendante des menaces de mort dont elle commençait à avoir plus ou moins l’habitude. Elle ignorait si elle s’en sortait bien, en tout les cas elle faisait comme toujours, c’est-à-dire de son mieux.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 15:07

Alors que continuais de me mouvoir avec une lenteur exagérée, ne faisant rien d’autre que de me concentrer sur la fluidité du mouvement. Il ne fallait pas se presser, c’était inutile. En revanche elle ne semblait pas spécialement comprendre que comprendre n’impliquait pas de se mouvoir et encore moins imiter. Je ne m’interrompais pas pour autant, observant chacun de ses mouvements maladroits, comme ceux de tous ceux qui commencent ce genre d’exercice. Mais il n’était pas question qu’elle continue dans cette voie. Mes mouvements ne furent pas plus rapides pour autant, simplement ils prirent enfin une dimension 3D, s’inscrivant dans une sphère et non plus dans un cercle. Je ne fis rien d’autre, sinon suivre mes mouvements et les méandres de mon esprit.
Je n’avais cependant pas oublié la jeune femme, elle ne comprenait visiblement pas que la compréhension ne venait pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.
Sans prendre plus de vitesse, mes mouvements se portèrent sur la jeune femme. Elle pouvait tout aussi bien tenter de s’esquiver et d’éviter de prendre des coups inutiles, ou alors rester dans ce corps à corps et encaisser. Enfin non pas qu’elle risquait des douleurs inconnus, mais elle prendrait certainement des coups. Mon regard crocheta le sien, lourd d’un avertissement. Mais craignant que cela ne suffise pas, je pris la parole.

« Ne pas imiter, comprendre. Si tu continues tu te hisse à mon niveau et dans ce cas je te ferais ressentir plus de douleur que tu ne le penses. Tu n’as aucunes idées de ce que tu fais, en l’état actuel des choses tu m’insultes plus qu’autre chose, alors cesse. Immédiatement. »

Ne faisant plus attention à elle, je continuais de diriger mes mouvements vers elle, tout en continuant à frapper. Ce n’était qu’un choix qu’elle devait faire encore, l’apprentissage n’était pas forcément douloureux, mais elle semblait s’attacher à ce qu’il le devienne, sans doute un côté masochiste.

*Le bâtiment était totalement désert, rien que lui et moi, nous n’avions pour nous que le calme… Enfin le calme, c’était relatif, il n’était pas là pour me ménager, le seul calme nous entourant était celui des lieux, car l’entraînement n’était pas là pour nous ménager, enfin nous… Surtout moi, car lui avait déjà vécu tout ça. Il m’avait surpris à reproduire ses mouvements, visiblement ça n’avait pas été à son goût, et ses chargeurs étaient pleins. Plusieurs dizaines de balles avaient été tirée, ce qui me procurait alors une immense peur. Cependant cette situation bien qu’elle me foutait dans un état de panique proche de la folie, je ne pouvais nier que j’avais cherché à ce que ça se produise, ne prenant pas au sérieux les recommandations de ce blondinet ne payant pas de mine.*

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 16:05

L’entraînement avait commencé. Erzsébet, qui cherchait à comprendre, ne savait dans quelle direction aller. C’était quelque chose de difficile pour elle que d’appréhender quelque chose dont elle ne savait rien, et qu’elle avait du mal à comprendre pour l’instant. Cependant elle faisait preuve de toute la bonne volonté du monde, elle qui devait apprendre sans copier.

Mais manifestement, elle ne devait pas faire bien aux yeux de Yoite. Car au bout d’un moment, il sembla se jeter sur elle, cherchant sans doute à la rouer de coups. Surprise, la jeune femme parvint quand même à en esquiver une partie, Yoite ne s’en rendait peut-être pas compte, mais de part son coma il n’avait plus les même capacités au combat, la même force ou rapidité. Certes Erzsébet n’avait pas eu d’entraînement depuis tout de temps, mais elle n’avait cessé de garder son corps en forme, pour le jour du réveil de son professeur…ou le jour d’une nouvelle attaque sur StarthClyde.

La jeune Hongroise put donc esquiver une bonne partie des coups de son professeur, et de plus elle refusait de les lui rendre dans la mesure où il sortait du coma. Mais le jeune homme ne semblait pas se préoccuper de telles considérations, et ne cessait de frapper encore et toujours. La Nécromancienne finit par prendre des coups, et par reculer.

C’est alors que Yoite finit par expliquer la raison d’un tel déferlement de colère. Il se sentait insulté par son incapacité à comprendre immédiatement un art extrêmement complexe, comme il venait de lui expliquer ? C’était surréaliste, mais la Hongroise n’avait pas oublié comment ses entraînements se déroulaient, il y avait peu de mois de cela.

Cependant, le professeur n’avait plus la forme qu’il arborait auparavant, et Erzsébet de son côté n’avait cessé de se maintenir en forme, même si la technique lui faisait toujours défaut. Au bout d’un moment, elle refusa de continuer à se laisser faire comme ça. Choisissant cette fois de passer à l’attaque, elle cessa de reculer et chercha à pénétrer la ligne de défense de Yoite à mains nues.
Mais contre attente, elle parvint à porter un coup au jeune homme au niveau de la tempe. Elle espérait simplement mettre fin au combat en le rejetant. Elle cherchait à apprendre, et elle en avait un peu assez de n’être jamais à la hauteur. Expliques-moi comment faire, si je ne peux pas t’imiter, comment l’atteindre. Mais je ne suis pas une machine à tuer, et je veux apprendre bien.
Et bien, ça faisait longtemps…

\\\Piètre réponse, désolée.///

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 16:50

Des mouvements lents, qu’elle esquivait, mais elle s’en prit quelques-uns avant de comprendre qu’elle devrait se retirer. Cependant, ce que je prenais comme enfin un éclair de compréhension n’était rien dans son esprit. Elle revint, cette fois offensive. Bon au moins elle cessait de me considérer comme un handicapé. C’était mieux que rien, et de loin, elle me porta un coup à la tempe, que je minimisais par un simple mouvement latéral, son poing s’écrasa bien sur mon crâne, mais avec un impact insignifiant. Elle ne comprenait pas ce qu’elle devait faire. Etait-ce la faute de mon esprit embrumé par des mois de sommeil ou de son esprit étriqué ? Je ne savais pas laquelle des deux options était la plus proche de la réalité. Cependant, mes mouvements avaient été lents, et puisqu’elle souhaitait entrer dans le vif du sujet, elle n’échapperait visiblement pas à ce que j’avais vécu. Un long soupir accueilli mon pas de retrait, et finalement il n’était plus temps pour moi de parler.

Mon pied, noircit par la maladie, glissa sur le sol, portant une position de garde, j’avais déjà exécuté les mouvements, si elle pensait avoir compris alors autant y aller sérieusement. Elle choisissait la solution la plus désagréable, mais encore une fois je n’y étais pour rien, alors il n’y avait pas de pitié à avoir. Mes mains vinrent se placer devant moi, légèrement ouvertes, mes yeux se rivèrent légèrement à côté de son visage, mon buste fit une légère rotation se plaçant de profil face à elle. Il n’était en définitive plus le moment de s’adonner à un quelconque jeu d’attaque défense.

D’un mouvement affûté par le temps je fis pivoter mon pied d’appuis, envoyant mon autre jambe dans les airs, un mouvement de buste ajoutant de la vitesse à ce coup et finalement la force des muscles de la jambe elle-même, volant vers la hanche de la jeune fille.

Durant ces quelques secondes alors que je me préparais à l’impact, par réflexe, je serrais ma garde l’abaissant également légèrement, de façon à ce que mon abdomen soit couvert par une attaque frontale, mon visage importait peu, un K.O ne signifiait pas une mort certaine, l’explosion d’organe interne si.

Je me demandais ce qu’elle comptait faire, elle qui semblait si sûre d’elle. Je pouvais imaginer aisément qu’elle cherche à esquiver, à la hâte, un mouvement simple de recul, ouvrant une immense ouverture dans sa garde. Une ouverture si grande qu’elle ne pourrait esquiver le second coup. Pourtant elle pouvait encaisser et riposter, ce qui ne laisserait alors que peu de temps pour reformer ma garde complète et trouver un moyen de la submerger. Et puis il y avait la réussite, mon coup portait, avec assez de puissance pour lui laisser une cuisante douleur et une hanche amoindrie, et donc un appui moins stable, et une force inférieur à l’habitude. Tout cela semblait être écrit quelque part, mais c’était un livre que je ne connaissais pas. En revanche dans mon esprit tout était clair, à présent soit elle trouvait la façon que j’avais de me fondre dans ses mouvements et d’en faire de même pour survivre, soit elle encaissait le temps que je tombe de fatigue ou qu’elle ne meurt.


___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 17:32

Manifestement il devenait de nouveau nécessaire de se battre pour que Erzsébet apprenne de nouveau quelque chose. Cependant, elle était fatiguée de son côté de devoir se battre contre son professeur. Ce n'était en rien son but en subissant cet entraînement.

Elle le vit se mettre en garde, et la Nécromancienne ne put que répliquer en réagissant de même, absolument pas décidée à se faire encore tabasser. C'était à croire que leur karma était à jamais se frapper, après des mois de coma de l'un d'eux ils en étaient réduits à cela au out de seulement quelques minutes quasiment! Que cela pouvait être épuisant.

Ce fut Yoite qui dégaina le premier. Un coup de pied latéral, visant visiblement sa hanche. Comme à son habitude, il ne faisait pas dans la dentelle. Cependant, il semblait avoir oublié que Erzsébet ne s'était pas arrêté de vivre, l'attendant pieusement penchée sur son lit d'hôpital.

Erzsébet ne fit même pas mine de bouger pour esquiver le coup. Mais, étrangement, le pied du professeur s'arrêta en pleine course, avant d'avoir touché la Nécromancienne. Complètement coup dans son élan, il retomba vers la jambe d'appui.

Et oui, Erzsébet avait continué à exercer l'exercice de son Don. Désormais elle était capable de s'en servir encore plus rapidement qu'auparavant. Certes Yoite contrairement à un adversaire lambda, était capable de faire preuve de résistance mentale face à un Don qu'il connaissait, mais contrairement aux autres, possédait tellement de mort en lui qu'il s'agissait maintenant d'un jeu d'enfant pour la jeune femme, qui n'avait qu'à infiltrer son pouvoir au sein de toutes les cellules mortes du pied du professeur (qui, au vu de son état, étaient très nombreuses dans cette partie du corps), pour décider de son mouvement. Certes ce contrôle était extrêmement limité dans le temps, mais c'était plus que suffisant dans un combat où chaque seconde peut décider de la vie ou de la mort d'un ou de l'autre protagoniste.

C'est pour cette raison que Erzsébet ne fit pas mine de s'arrêter en si bon chemin, et reprit le combat à son tour. Elle partit en avant, cherchant d'un coup de poing à lui couper le souffle tandis sa jambe cherchait tout simplement le fauchage. Yoite était puissant elle le savait, et pas question pour elle de lui laisser le loisir de se concentrer sur une seule chose à la fois. S'il voulait la voir au sol à crache du sang, comme au jour de leur première rencontre et premier entraînement, il allait devoir faire preuve de beaucoup plus d'habileté face à elle que ce jour-là. Pas qu'elle ait la prétention de le dépasser, ni même de l'égaler non. Cependant, elle avait la prétention d'être devenue meilleure à son contact, et même durant son coma.

Après tout, son but premier n'était-il pas en commençant l'entraînement que plus personne ne puisse lui faire de mal?

Erzsébet n'ignorait rien du mépris que Yoite pouvait ressentir à son encontre. Autrefois, avant le sommeil, cela ne la dérangeait pas, car ce qu'il pensait de lui était bien le cadet de ses soucis. Mais maintenant ce n'était plus aussi simple. Pas que cela lui importe plus aujourd'hui, mais simplement elle ne considérait plus mériter une telle condescendance. Elle reconnaissait son statut de personne ayant des choses à apprendre, mais cela ne la mettait pas en dessous de tout. Oh que non elle n'était pas parfaite, mais elle comptait montrer qu'il n'y avait pas que des choses à jeter chez elle. Et puis, qu'il se souvienne qu'elle ne lui avait pas été totalement inutile lors de l'attaque sur l'école, n'es-ce-pas?

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Dim 19 Jan - 18:37

Combattre à la régulière ne semblait pas être quelque chose d’instinctif pour elle, usant de son don avec une vitesse surprenante elle dévia ma jambe qui redescendit vers le sol.

C’était définitif, elle ne connaissait rien au Léthanie et ne le comprenait pas. Pas une seule seconde même. Il ne coulait pas en elle, se servir de ce genre d’action aurait pu découler d’une logique dans l’avenir, mais alors qu’elle ne savait rien de la façon de penser ni de vivre le Léthanie, c’était bien trop tôt pour elle. Qu’importait, elle avait vu quelque chose dont elle aurait dut se passer. Même si elle savait ce que j’étais, elle ne pouvait pas comprendre la nature même de ma puissance, c’était le plus dangereux pour elle. Mais pire que ça, elle ne se connaissait pas. Alors que je réfléchissais tout en sentant ma jambe redescendre, je la vis se jeter sur moi, un poing cherchant mon estomac, le pied tentant de me faucher. Et pourquoi pas ? Après tout elle pouvait bien jouer à ce qu’elle souhaitait, j’aurais le dernier mot.

D’un rictus, je plaçais mes mains en vase, cueillant son poing venant s’élancer contre moi, et me laissais faucher. La douleur fut plus vive que dans mon souvenir, mais c’était trop tard. Son poignet tordu dans une position inconfortable, je l’attirais dans ma chute, et aussi discrètement que possible j’introduisais mon esprit dans le sien. L’illusion serait parfaite, car j’étais bien à ma place, chutant avec elle. Mais lorsque j’eu touché le sol, je volais en éclat, la laissant totalement enchaînée à une table. Je me plaçais hors de son champs de vision de sortes qu’elle ne put voir qu’une de mes mèches, qu’importait tout le reste, qu’elle sache que c’était une illusion ou non.


« Tu n’as pas compris ce que tu aurais dut comprendre. Tu en as trop vu pour quelqu’un qui ne connaitra pas le Léthanie. Tu cherches à me combattre farouchement là où je t’enseigne, tu cherches à singer là où tu dois comprendre. Tu ne sais rien du respect ni de la valeur de cet enseignement. Une légende parle des Ademres, cherches et tu trouveras, il est dit qu’ils valaient dix hommes chacun tant leur art était dangereux. Je n’ai pas appris cet art, enfin si je l’ai appris mais ce n’est pas le sujet. Léthanie est une voie, qui se trace en toi… Mais qui coule de la même façon pour tous. Tu ne l’as pas en toi, tu ne sais pas faire taire ton corps et ton esprit, tu ne sais pas faire le silence et encore moins comprendre les messages qui en découlent. Lorsque je t’ai dit d’arrêter, tu aurais juste dû encaisser les pauvres coups qui t’incombaient et retourner apprendre. Tu as souhaité me combattre, je l’ai fait avec calme et sincérité. Dans l’art du Léthanie avec les mouvements du Léthanie, mais tu as décidé d’user de tes pouvoirs qui n’ont rien à voir avec mon enseignement actuel. Tu as donc cherché à asseoir une domination que tu ne pourras jamais asseoir sur moi. Je préfère me couper la jambe que te la laisser, m’arracher la langue que de te laisser t’en servir à ma place.

Maintenant que tu es coincée ici, même si tu arrivais à bouger tu n’en sortirais pas pour autant.
Qui te dit que tu as un jour été libre ? Qui te dit que je n’ai pas altéré ta réalité avec assez de brio pour que tu y crois ? Tu te lance dans des combats que tu ne maîtrise pas Erzébet.

Alors réfléchis bien à ceci : Maintenant que tu es attachée ici, à ma merci, en es-tu vraiment moins que ce que tu croyais être lorsque tu pensais à m’atteindre ?
»

Sa réponse, elle devrait la trouver seule, si sa réponse n’était pas celle que j’attendais je stopperais son enseignement et ferais en sorte que jamais plus elle ne puisse s’en servir et ainsi montrer que je l’avais instruit.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Lun 20 Jan - 15:26

Erzsébet avait donc lancé son attaque, cherchant à prouver à Yoite qu'elle pouvait n'être aussi insignifiante qu'il ne semblait le penser. Cependant, elle n'avait pas la prétention de le surpasser, et le professeur attrapa son poing lancé pour le bloquer. Certes il chuta, mais à cause de son poignet emprisonné il l'entraîna avec elle dans sa chute. Son esprit complètement tourné vers le combat, elle n'eut pas le temps de s'opposer à l'intrusion mentale que lui fit subir le jeune homme, et entra dans l'illusion d'un seul coup, sans aucun temps d'arrêt.

Le Starth avait quasiment disparu de son champ de vision, et la jeune femme n'avait pas la possibilité de le voir plus clairement : en effet dans l'illusion, elle était totalement enchaînée à une table, la privant de toute mouvement. Même si elle savait que ce n'était en rien la réalité, cela ne changeait que peu de choses à la situation de la Nécromancienne, qui n'avait aucune possibilité de se mouvoir. Illusion ou réalité, qu'importait au final.

Yoite s'adressa encore à elle. Et ses mots ne furent en rien plaisant pour la jeune femme. On pourrait le résumer de cette façon : en ayant cherché à comprendre par la reproduction, elle se rendait totalement indigne d'une telle pratique, et Yoite préférait souffrir que lui offrir ce qu'il semblait considérer comme un don qu'elle ne possédait pas, ne possèderait jamais.

Erzsébet était épuisée par tant de mépris. Elle avait appris à une vitesse tout de même stupéfiante, sans jamais avoir droit à l'erreur, s'en était sortie seule face à six adversaires expérimentés. Oui elle faisait des erreurs, mais était-elle censée tout maîtriser d'un art ancestral apparemment prenant racine profondément dans la psyché individuelle de chacun, en trente secondes seulement ? Peut-être était-elle présomptueuse d'avoir espéré un peu plus de temps.

Tandis qu'elle l'écoutait, Erzsébet bougeait négligemment les membres pour estimer la force de ses liens. Bien sûr elle n'avait aucun espoir de se libérer, sachant que seul Yoite avait tout pouvoir sur l'illusion qu'il avait créé. Mais c'était comme instinctif chez elle : C'était une façon de montrer qu'elle n'abandonnait pas. Certes c'était bien peu, mais c'était toujours mieux que baisser les bras.

-Ce n'était en rien une tentative de domination. Ce que je cherche, c'est faire mes preuves. Quoi que je fasse ce n'est jamais assez bien à tes yeux. J'apprécie que tu m'en demandes toujours plus, c'est comme ça que l'on apprend et pas autrement. Mais ça n'empêche pas.

Erzsébet s'interrompit un instant, reposant sa tête sur la table qui la retenait. Elle sentait dans son dos sa chemise se tremper à cause de ses cheveux qui n'avaient toujours pas daigné sécher. La Nécromancienne cherchait ses mots, la façon d'exprimer le plus sincèrement du monde ce qu'elle ressentait au fond d'elle.

-Continue à me voir comme une moins que rien si c'est ce qui t'amuses. Prends quelqu'un d'autre pour te venir en aide si ça te chante. Je donne tout ce que j'ai et même plus, mais si ce n'est pas encore assez malgré tous mes efforts...alors effectivement c'est que je ne vaux pas grand chose.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoite Rokujo
Admin-the Illusionist
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 24

Journal de bord
Age:: 18
Pouvoir:: Illusion
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Lun 20 Jan - 20:24

La jeune femme semblait irritée, elle tenta de se libérer en quelques mouvements de résistances futiles, ce qui m’arracha un claquement de langue exaspéré. Elle n’était absolument pas en position de force et pourtant au lieu de chercher à comprendre elle continuait de s’obstiner dans son entêtement, sa réponse qui me parvint juste après ne m’aida pas à la voir autrement que comme une jeune effronté e. Faire ses preuves ? Un élève ne se doit-il pas d’apprendre pour faire ses preuves ? Lui avais-je demandé autre chose ? En aucune façon, et pourtant elle continuait de croire ce qu’elle voulait croire. Que je sois exigeant était un fait, mais qu’elle se permette de me défier en était une autre.

Prenant soin de toujours rester à la limite de son champ de vision je commençais à faire tomber lentement, à rythme toujours régulier, une goutte d’eau frappant son front. Elle allait pouvoir méditer à sa guise et lentement tomber dans le désespoir. En attendant elle se plierait au rituel que j’exigerais d’elle.


« Bien, jouons puisque tu es d’humeur taquine. Si tu mens ici, je le saurais et alors je t’en ferais payer le prix fort. J’en ai plus qu’assez de ton attitude de petite rebelle, si je dois te faire marcher au pas par la force, je le ferais. Et crois-moi tu feras ce que j’exige de toi. Réponds.
Maintenant que tu es à ma merci, es-tu moins que ce que tu étais avant de l’être ? Maintenant que ta vie m’appartient en demeures-tu libre ?
»

Elle n’avait pas répondu la première fois, sans doute n’avait-elle pas entendu la question, mais cette fois elle répondrait, car elle n’aurait plus d’autre choix que de le faire. Je n’avais que faire d’un élève trop indépendant pour autoriser une quelconque formation, inutile que je m’en fasse, certes, mais tout de même… Elle n’avait même pas réussis à se contenter d’observer, et en ce point c’était absolument pénible.

Enfin, dans cette dimension le temps défilait selon mon choix, très rapidement ou au contraire extrêmement lentement, alors je jouerais avec elle jusqu’à la rendre folle s’il le fallait. De toute façon soit elle comprenait et finissait par apprendre, soit elle s’obstinait et devenait folle, l’empêchant ainsi de se servir du savoir enseigné. Dans tous les cas le Léthanie s’en trouvait grandi.

Cela ne m’amusait pas, n’allez pas vous imaginer que c’était par pur sadisme, c’était plus profond que ça. La peur peut-être un magnifique stimulant, et dans son cas le seul que je pouvais imaginer. Ma reconnaissance n’avait rien à voir dans cette histoire et ne l’aurait jamais motivé. De toute façon lui dire la vérité relevait aussi de mon rôle. Personne ne pouvait enseigner le Léthanie sans l’avoir maîtriser, et personne n’avait le droit de l’utiliser sans le maîtriser. Elle n’allait pas déroger à la règle pour autant, c’était ainsi. Son rôle pouvait toucher à sa fin comme ne faire que débuter, l’avenir de sa vie dépendait d’elle et uniquement d’elle.

___________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   Mer 22 Jan - 15:26

Erzsébet était toujours attachée à la table dans cette illusion sur laquelle elle n'avait aucun contrôle. Il fallait que Yoite n'était toujours pas satisfait des réponses qu'elle pouvait lui donner. Mais la Nécromancienne n'avait qu'une envie, sortir enfin de ce monde qui n'avait plus rien de réel (ou qui au contraire devenait beaucoup trop réel à son goût).

Mais les choses ne semblaient pas prendre cette direction. Elle sentit alors une goutte tomber sur son front. Puis une seconde, à un intervalle extrêmement régulier. Elle n'avait jamais vécu cette pratique (cette torture, appelons ça par son nom après tout), mais elle la connaissait :Il s'agissait ni plus ni moins de rendre à terme la victime folle.
Erzsébet ne comprenait plus, en admettant qu'elle ai compris quelque chose un jour. Yoite voulait se servir d'elle, serait-ce l'esprit complètement égaré qu'elle lui serait pls utile encore ? Ou bien s'agissait une fois de plus de tenter de briser sa résistance pour la faire marcher au pas, à la cadence qu'il exigerait d'elle.

La seconde réponse sembla être la bonne, au vu des paroles du professeur. En essayant de rester objective, la jeune Hongroise trouvait que ce n'était pas la bonne méthode à avoir avec elle. Certes elle ne connaissait pas la discipline telle qu'en avait l'expérience Yoite, cependant en la laissant avoir sa marge de manœuvre, il y avait moyen d'exploiter tout le potentiel qu'elle renfermait. Erzsébet se rebellait, contre tout, contre rien, contre le monde tel qu'il était et tel qu'elle l'avait vu. Mais alimenter cette colère serait sans doute plus utile pour quelqu'un voulant s'approprier ses services (car là il n'était pas question d'autre chose manifestement), que la réduire à néant dans une sorte de folie. Mais ce n'est que mon avis.

La Nécromancienne entendit la question. Cependant, elle serait incapable de vous dire combien de temps elle mit à répondre. Un siècle pour elle, une seconde pour Yoite peut-être.
Au début, elle voulait avoir une idée du temps qui s'écoulant avec les gouttes d'eau qui, inlassablement, frappaient son front, mais cela ne fit que la plonger dans une sorte de torpeur douloureuse, et au bout d'un temps indéfinissable chaque goutte devenait comme un coup asséné. La jeune femme avait fermé les yeux, et tournait parfois la tête d'un côté ou de l'autre dans un geste que l'on pourrait associé à quelqu'un d'épuisé, ou à un dormeur, comme pour échappé à cette goutte d'eau, mais c'était peine perdu.

Au bout d'un temps, qui lui parut tout aussi interminable qu'infime, mais sentant malgré tout une forme d'épuisement tant mental que physique, Erzsébet donna sa réponse.

-La liberté...ça n'existe pas. C'est comme tout ça, une illusion. Une illusion après laquelle l'humanité court depuis toujours. Pas conséquent, ici je ne suis pas moins libre que dans la réalité, puisque je ne le suis ni ici ni là-bas. Tu crois que je me rebelle pour être libre. Alors c'est que tu ne me connais pas. C'est une colère contre le monde tel qu'il est, le refus de l'accepter. Mais aussi la colère ressentie en sachant que rien n'est possible pour y faire.
Non je ne suis pas libre. Mais toi, dans ce monde dont tu contrôles tout, n'es absolument pas plus libre que moi. Qu'importe que les chaînes soient visibles ou non, elles sont là.


Même après son départ de Fog Blue, il était toujours sous leur joug puisqu'ils l'attendaient au tournant. Et même s'ils abandonnaient, cela ne changeraient rien. Un lien de moins, quand on couvert de chaînes, cela ne fait pas la différence.
On pouvait sans doute reprocher beaucoup à cette façon de penser. Mais de cela Erzsébet n'avait que faire. C'était la sienne, sa vision du monde. Elle pourrait devenir folle sous les tortures de Yoite qu'elle ne changerait pas.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entraînement [Erzsébet et Yoite]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entraînement [Erzsébet et Yoite]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StarthClyde :: Archives RP-
Sauter vers: