Lorsque la haine se mêle à la magie, il faut savoir faire un choix.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Dim 20 Mai - 4:26

Ednaëlle marchait à côté de la jeune gothique en serrant entre ses doigts la poignet de la house de son violon. Elle savait parfaitement où elles allaient, elle connaissait la route par coeur, et peut être qu'elle pouvait la faire les yeux fermés. Elle devrait tester un jour ! Idée un peu étrange, mais après tout, pourquoi pas. Le vent était doux, la chaleur plutôt agréable pour l'heure et le moment de l'année. Bref, des conditions excellentes ! Le parc était en fleur. Ce n'était pas une constatation, ce n'était pas une supposition, juste qu'elle le savait. Elle y allait presque toutes les semaines, alors pour le savoir, elle le savait. Réellement. Pour arriver jusque ici, elles étaient d'abord passé par la chambre de la jeune blonde qui s'était dépêchée de prendre son instrument avant de rapidement prendre le chemin vers les parcs. Ce n'était pas un parc très connu, et pour cause, on peut passer devant sans remarquer que c'est un parc publique. Et pourtant, dieu que s'en est un. C'est en longeant le mur d'une grande rue que l'on remarque une porte en fer assez vieille, une sorte de portail. Et si l'on regarde, on voit beaucoup de végétation de l'autre côté. C'est le seul moyen de remarquer le parc, sinon il faut être dans les étages de l'immeuble à côté. Et généralement, les gens ne regardent pas par ici, car ils trouvent le paysage par particulièrement beau.

La blonde montra la porte à la femme qui la suivait, la poussa, l'invita à entrer et referma derrière elle assez tranquillement. Maintenant, voilà, il n'était plus dans le même endroit. Cet endroit faisait environ 150m carré (et oui, je suis aller voir ce qu'on avait écrit sur l'ancien SC), 150m de paradis total. Les arbres déjà touffus laissait pourtant passer les rayons du soleil qui venait caresser les multiples fleurs sur le sol qui resplendissaient de couleur et de beauté multiple. Il suffisait de faire quelque pas pour que le mélange incertain des fleurs se termine en un champs de coquelicot qui recouvre le reste du sol. Comme un Immense tapis de sang qui, tous les ans, coulent à nouveau. Comme si le combat qui c'était déroulait ici se reproduisait de manière interminable. Elle enleva ses chaussures et marcha avec délicatesse entre les fleurs et s'agenouilla devant les fameuses tombes. Au début, elles n'étaient que des tas de terre.. mais avec le temps, les gens avaient mis une vrai pierre tombale sur la tombe de Kagami, une croix également. On voyait bien qu'elle était entretenue. Ednaëlle elle même enleva une feuille morte qui restait et qui venait détruire la belle harmonie. A côté, il y avait une autre pierre tombale.. beaucoup plus soft, sans la moindre photo, sans mot, sans prénom. Juste quelques mots d'anglais. Et le lierre qui c'était lié dessus pour ne jamais le relâcher. L'élève blonde repoussa un peu la plante pour que les mots restent bien lisible.

-Voilà .. Elle, c'est la tombe de Kagami. Qu'en pense t elle ?

Elle sourit un peu. Pour elle, on voyait qu'il y avait de l'amour. Dans les mots écrits, dans la création de la pierre tombale.. Tout. Ednaëlle se demanda si elle aurait le droit à autant d'attention après sa mort ! Mais elle n'était pas sur d'aimer sa. Elle se redressa et se retourna, reculant faiblement pour laisser plus de place à Erzsébet et observer un peu sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 5 Juin - 7:31

Erzsébet choisit donc de suivre la jolie blonde, qui préféra d'abord faire un crocher par ses appartements pour prendre un objet qui semblait important à ses yeux: un violon, de facturer manifestement pas toute récente. La Nécromancienne retint ses questions sur le sujet: Si l'inconnue souhaitait lui parler de cela, elle le fera, et la Gothique l'écoutera sans soucis.
Les deux jeune femmes marchèrent un moment jusqu'à un jardin. Sur la route, elles ne dirent rien, Erzsébet se contentant de temps à autre de se retourner pour chercher le fantôme du regard, ralentissant parfois le rythme de marche de manière volontaire pour qu'elle puisse les suivre, toujours gênée par la blessure qu'elle traînait comme une chaîne sans fin.
Le jardin devant lequel elles finirent toutes les trois par arrivee était très beau, aux yeux de Erzsébet. Sauvage et doux à la fois, grave et heureux. Un magnifique cimetière...

Elles entrèrent donc, et Erzsébet fit comme la jolie blonde, et se défit de ses chaussures, qu'elle abandonna là avec l'idée de les reprendre plus tard, sans savoir que le fantôme qui la suivait avait fait le même geste, des décennies plus tôt. D'ailleurs, la Nécromancienne ne cessait de l'observer depuis quelques instants, histoire de savoir quelle serait sa réaction.
La jeune défunte regardait tout autour d'elle, mais pas avec le regard curieux de quelqu'un qui pénètre dans un lieu inconnu: Il s'agissait approximativement du regard dont quelqu'un partit longtemps en voyage regarde sa maison lors de son retour, une sorte de redécouverte. Mais ce n'était que totalement approximatif, Erzsébet en effet était bien inapable de s'imaginer de ce que pouvait penser une morte qui revenait sur sa tombe, qui se trouvait être également le lieu de sa mort!
La blonde qui s'était gentiment faite leur guide les mena jusqu'aux deux tombes, très différentes. Celle de Kagami, belle et entretenue, était couverte de fleurs, propre et belle. La seconde sépulture, était beaucoup plus simple, sans fioriture, et ne semblait pas intéresser les pélerins qui venaient sur la tombe de Kagami.

Tandis que le regard de Erzsébet allait d'une tombe à l'autre, enregistrant mentalement toutes les différences, la défunte s'avança devant la tombe qui ne lui appartenait pas. La Nécromancienne voyait les larmes briller dans ses yeux, mais à sa grande surprise, aucune haine envers celui qui lui avait volée sa vie. C'était une grande preuve de sagesse que d'accorder sans réserve le pardon à son assassin, que ne pouvait qu'admirer la Gothique.
Et Kagami fit plus encore: Grimaçant légèrement à cause de sa blessure, elle s'agenouilla devant la tombe de son assassin, joignit les mains à la japonaise et se mit à prier, psalmodiant à voix basse.

-Elle prie...alors qu'elle est morte, elle prie...pour celui qu'elle a tué, celui qui l'a tuée...


Ces mots étaient sortis dans un murmure de la bouche de Erzsébet, qui voulait expliquer la situation a la jolie blonde sans pour autant déranger la défunte. A elle, il ne lui serait jamais venu à l'idée de prier, à cause de sa vie dans l'orphelinat religieux. Curieux paradoxe, celle qui voyait les morts était incapable de prier pour eux...

Curieuse malgré tout, Erzsébet s'éloigna un instant de cette étrange vision et revint sur la tombe du fantôme, écartant délicatement un bouquet de fleurs pour pouvoir lire l'épitaphe. Sur la pierre tombale, il était possible de lire:

KAGAMI GAITAN
Martyr au Coeur de Braise, Héroïne des Ames Souffrantes
Elle sera une page d'un livre de dix mille pages, que l'ont mettra dans une bibliothèque qui comporte un million de livres, parmi un million de bibliothèques.

Erzsébet, surprise par les tonalités différentes de ces inscriptions, ne pouvait pas comprendre ces références. Les qualificatifs qui avaient été attribués à Kagami étaient de Viken, son Ami cher, qui avait découvert le carnage et qui leur avait créé ces sépultures, à elle et à Arquen. Quant à la citation en dessus, il s'agissait une phrase tirée d'une pièce de théâtre de Eugène Ionesco que Kagami de son vivant affectionnait particulièrement. Il lui était déjà arrivée de dire en souriant, qu'elle voudrait que cette phrase soit utilisée comme épitaphe sur sa tombe. Bien sûr, à cette époque, tout allait bien pour elle. Elle avait trouvé l'amour avec Alice, un Ami si proche en Viken... Il lui avait impossible de seulement envisager que le moment de choisir de son épitaphe serait aussi proche.

Essuyant une larme sur sa joue, Erzsébet revint vers la tombe d'Arquen et s'assit à côté de Kagami, cherchant à lire l'inscription sur la pierre tombale.

\\\HRP: Voilà, désolée pour le retard ^^" Je te laisse bien sûr choisir ce qui est inscrit sur la tombe d'Arquen =)///

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Lun 11 Juin - 14:24

Le jardin était agréable. Laissé à son propre sort, il arrivait malgré tout à trouver un ordre assez impressionnant entre les arbres, les fleurs, les herbes et les autres plantes curieuses que l'on pouvait trouver ici et là en regardant bien. Le soleil, quand à lui, était haut dans le ciel, et il brillait comme personne avant lui n'avait osé briller, envoyant sa chaleur sur les deux jeunes filles. Une chaleur pas encore accablante, heureusement, comme s'il savait que beaucoup de chose allait ce dire ici, comme s'il comprenait qu'il devait les laisser tranquilles. Elle et leur fantôme.

Etrange paradoxe que celui que voici ! Un paysage et un lieu merveilleux pour tant de mort. Ici, le sang avait coulée, glissant nourrir les coquelicots rouges sang. En les regardant, Ednaëlle ne pu se retenir de sourire doucement. Cette plante était si belle, si douce et si .. bref. Elle l'adorait, l'admirant en ignorant qu'à quelques mètres à peine d'elle, un homme aux cheveux roux faisaient la même chose, exactement la même chose. Elle s'abaissa même pour en effleurer quelques unes du bout des doigts avant de se redresser et de regarder la jeune gothic qui semblait en réalité incroyablement troublée. C'était il passait quelque chose sans qu'elle s'en aperçoive ? Question idiote ! Elle pouvait voir les fantômes, mais pas elle, alors bien sur, il devait se passer des milliers de chose qu'elle ne pouvait pas voir ! Elle s'approcha doucement, mais Arquen lui ne bougea pas, observant le manège de Kagami, impassible, comme en dehors de tout ça. Elle leva sa main, effleura son épaule comme pour essayer de lui apporter un réconfort, souriant très faiblement. Mais elle restait à fixer la tombe. La tombe du père de Ednaëlle, mais ça, personne ne le savait, personne ne l'avait jamais su. C'était son secret à elle. Elle suivit le regard, comme pour voir ce qu'elle voyait, mais en vint. Elle du attendre que, dans un murmure, Erzsé lui dise son tourment.

- Elle prie...alors qu'elle est morte, elle prie...pour celui qu'elle a tué, celui qui l'a tuée...

Surprise, elle essaya d'imaginer la scène. La femme de toute à l'heure.. non la jeune fille, plus jeune qu'elle, assise sur une tombe, les mains jointes, priant en silence. Sur l'instant, elle pensa que ce n'était pas la peine, de ce qu'on lui avait dit, Arquen ne croyait pas du tout en toutes ses choses, mais elle se retint, par respect. C'était magnifique ce que faisait la fantôme, peut de personne en aurait la capacité et la modestie. La jeune blonde approuva d'un petit signe de tête, laissant le silence présent. Elle aurait voulue poser des questions pour avoir plus de détail, mais elle aurait brisée la magie du moment pour la fille avec elle. Hors de question. Elle finit malgré tout par bouger, allant voir les inscriptions. Elle sembla réfléchir un moment sur celle de Kagami puis se diriger par la suite vers celle d'Arquen, celle que sa "fille" avait nettoyer un peu plus tôt. Et, sans même s'en rendre compte, par automatisme, elle récita la phrase à voix haute en même temps qu'elle la lisait dans sa tête.

Cette phrase, elle la connaissait parcoeur pour l'avoir lu lu et re lu encore et encore, des heures durant. Parfois, elle avait l'impression que cette phrase était pour elle, qu'elle était là exprès pour que jamais elle n'oublis sa place, que jamais elle se mette à rêver à l'impossible. Qu'elle sache pourquoi elle a reçue ce don.

-Memento Mori.. Souviens toi que tu dois mourir.

Sa phrase avait été neutre, sèche un peu aussi, sans émotion, sans rien. Une voix que l'on ne donnerait jamais à une personne comme Ednaëlle que l'on connait si timide, si peureuse de tout. Mais peut on vraiment réduire une personne juste à cette petite chose ? Aller donc savoir. Elle ouvrit la boite, sortie le violon et vint s'asseoir à côté de la tombe, s'adossant à son bord, comme elle l'avait fait tant de fois. A genoux, elle regarda la gothic et sourit doucement. Ca c'était Ednaëlle.

- Vous savez.. on raconte qu'Arquen avait fait un pari avec la Mort. On raconte que s'il avait pu tuer 100 personnes, la Mort aurait abandonnée l'idée de prendre sa vie. Il tua alors 99 personnes et attira sa dernière victime, une jeune fille, incarnation de la pureté même, dans ce lieu pour la tuer. Il réussit, mais la mort qui avait tout prévue lui joua un tour : il réussit, certes, mais la jeune fille l'avait blessée à mort avant. De sorte qu'il était déjà mourant et condamné en tuant sa dernière victime et qu'il ne lui était plus possible de renaître. Vie éternelle, mais pas double vie.. les pouvoirs de la mort sont limités.

Elle sourit, comme on sourit après avoir raconté un vieux conte. Car après tout, c'est ce qu'était cette histoire, un ragot, un mensonge qui cachait une vérité bien sombre : celle d'un carnage, de deux humains s'entre tuant pourtant sans raison véritable. Deux humains encore jeunes, qui, dans une autre vie peut être, aurait même pu être amis. Aurait pu.. Mais voilà, il n'y avait pas de deuxième vie. On était mort, un point c'est tout. Pendant toute son histoire, Arquen c'était faiblement rapproché, écoutant ce qu'on pouvait bien dire sur lui. Cet histoire le faisait passait pour un anti héro tragique. Vraiment n'importe quoi. Il roula des yeux et recula à nouveau.. Il était souvent revenu ici, mais jamais avec des humains. jamais.. en voyant Kagami pleurer et prier sur sa tombe. Il avait envie de la faire arrêter, de l'expulser de là et de laisser sa tombe au pourriture du temps. Mais il ne le fit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 12 Juin - 16:35

Erzsébet parvint à lire la citation en même temps que la jolie blonde la prononça à voix haute, d'une voix presque...fantomatique, qui pourrait donner des frissons. Cette phrase était presque effrayante, la Nécromancienne la connaissait déjà et ne l'avait jamais aimée. Elle avait beau vivre au milieu des fantômes et des horreurs qui les avaient conduits à la mort, elle ne voulait pas se souvenir quelle allait mourir, tout simplement parce qu'elle ne souhaitait rien d'autre que de vivre! Il n'était pas question pour elle de passer sa vie à attendre la mort, pas alors qu'elle ne vivat que depuis deux ans!

A ce moment, elle regarda Kagami. Cette dernière avait terminé sa prière, et s'était relevée, revenant vers sa propre tombe. Elle caressait d'une main les bouquets de fleurs qui ornait sa tombe, un sourire rêveur sur les lèvres. Erzsébet se douta que la présence de tant d'attention devait lui faire plaisir, après tout ce temps elle n'avait pas encore été oubliée de tous.
C'est à cet instant que la jolie blonde s'assit au niveau de la sépulture sobre. Décidant de laisser un instant la défunte tranquille (il faut savoir qu'elle n'a pas vu Arquen, en effet ce dernier s'est tenu à l'écart pour ne pas être remarqué), la Lytaria s'assit en face d'elle, l'écoutant raconter cette histoire.

Cette légende sur Arquen n'était bien sûr qu'un conte, Erzsébet était sans doute la mieux placée pour savoir que la Mort ne passait de pacte avec personne. D'ailleurs, Kagami aussi avait écouté cette histoire, et elle devait la trouver amusante, puisqu'elle riait, riait à en perdre haleine. Si Erzsébet avait pu lire dans ses pensées, elle aurait su que l'Exilée trouvait hilarant qu'elle fut présentée dans ce conte comme une jeune fille "incarnant la pureté". Elle, la pureté?Elle, la meurtrière d'actes et de volonté, le corps souillé par les sévices d'Alexander et de ses ennemis, la tête souillée par la haine qu'elle portait aux Black Rose...Pure? C'était juste à en...mourir de rire!
La Nécromancienne, quant à elle, ne rit pas, écoutant son interlocutrice d'une oreille attentive.

-Tu sembles bien connaître cette époque...Es-tu la descendante d'un de ces gens, pour en savoir autant?

La question de Erzsébet était tout à fait innocente, comment aurait-elle pu savoir la "parenté" présente entre Arquen et Ednaëlle? Même Kagami ignorait tout de cela!

-J'aimerais bien que Kagami me raconte son histoire...Je n'en sais que les quelques lambeaux que j'ai pu glaner ici et là, comme sa mort ici...

Erzsébet avait prononcé ces mots d'une voix un peu rêveuse, ailleurs. D'ailleurs, quand elle entendit cela, Kagami regarda la Nécromancienne de ses yeux noirs, semblant réfléchir quelques instants avant de s'approcher d'elle. Elle sembla vouloir se saisir de sa main, mais bien sûr elle ne pouvait pas agir sur le monde matériel. Cependant, Erzsébet fit tout de même le geste, jetant un léger regard d'incompréhension à la jolie blonde qui se faisait sa guide.
Kagami, détachant son bras de sa blessure, passa ses doigts sur sa plaie béante, recueillant de ce sang qui coulait sans discontinuer depuis plusieurs décennies. Les doigts ainsi tachés, elle les passa sur la main de Kagami. Et, une marque ensanglantée apparut sur sa main, à la plus grande surprise des deux jeunes femmes, un unique kanji, qui signifiait:
Bientôt

Erzsébet prit cela comme une promesse. Bientôt, Kagami lui raconterait comment elle en était arrivée là, sa vie...


\\\HRP: Désolée, c'est un peu court et en manque d'inspiration, désolée ^^" Promis, mon prochain post sera bien meilleur!///

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Jeu 14 Juin - 21:49

Ednaëlle termina son histoire le plus simplement du monde et regarda son violon. Elle l'adorait ! L'une des choses sur cette terre qu'elle aimait plus que tout. Elle frotta doucement son instrument, le nettoyant grâce à un petit chiffon qu'elle avait dans une poche sur sa robe. Elle le frotta avec une passion méthodique incroyable, comme si tout devait être parfait. Ensuite, sans plus trop se préoccuper de ce que pouvait bien pouvoir faire Erzsé, elle commença à accorder son instrument de musique, le faisant un peu sonner pour voir le changement des notes et tonalités ce faire le mieux possible. Elle ne savait pas encore très bien en jouer, du moins pas parfaitement, et c'est ici qu'elle venait s'entraîner en général. Tout le monde pense que la pureté, c'est le blanc immaculé. Et pourtant, c'est loin d'être ça, elle le savait bien elle. La pureté, c'était la capacité d'une personne à rester humaine face aux épreuves de la vie. De ce qu'elle en savait, Kagami était une femme pure. Une fille plutôt. Elle avait subit des traitements monstrueux, mais elle était restée humaine. Quelle preuve plus grande de pureté ? Son âme était blanche. Quoi qu'elle en ai pensée..

En entendant les testes de violon pour l'accorder, Arquen s'approcha de la jeune blonde, ce moquant totalement d'être vue ou pas. Il s'agenouilla à côté de lui, posa ses mains sur les siennes, comme s'il la guidait dans ses mouvements pour régler correctement le violon. Quelques instants après, il fut enfin près pour pouvoir jouer. L'intervention du fantôme n'était qu'un pur hasard ? Sûrement, après tout, les morts ne peuvent pas interagir avec les vivants .. n'est ce pas ? Au contraire de la morte, lui ne cachait pas du tout sa blessure, il agissait en sachant qu'elle était là, certes, mais en s'en moquant totalement par la même occasion.

-Tu sembles bien connaître cette époque...Es-tu la descendante d'un de ces gens, pour en savoir autant?

Elle posa son archet sur les cordes et s'arrêta en entendant sa question. Arquen, assit à côté de sa fille, leva le regard vers la femme qui pouvait le voir. Il la fixa, des mes yeux avec lesquels il fixait les gens de sont temps vivant. Un regard neutre et qui semblait pourtant vous montrez toutes les horreurs qu'il avait fait dans sa vie. Descendante ? Elle ignorait dans quoi elle posait le pied. Elle regarda à son tour la gothic et reposa son violon doucement sur ses jambes, prête à quelques réponses, mais elle parla avant.

- J'aimerais bien que Kagami me raconte son histoire...Je n'en sais que les quelques lambeaux que j'ai pu glaner ici et là, comme sa mort ici...

Ednaëlle fut un peu soulager qu'elle pense à autre chose et approuva d'un petit signe de tête. Oui.. mais pourquoi est ce qu'elle ne lui demandait pas tout simplement alors ? Elle s'approcha de la gothic au même moment que Kagami s'en approcha également, sans le savoir, et sursauta en voyant le kenji apparaître. Bien sur, elle devait être la seule surprise ici ! Pas étonnant après tout.. elle était la seule à ne pas voir les fantômes, et les fantômes voyaient tout le monde eux. Elle sourit et effleura le signe de sang du bout des doigts, sans l’abîmer en rien.

- Vous voyez ? Il suffisait de demander !

Arquen fut prit d'un petit rire et s'appuya contre sa tombe. Trop tard pour cacher sa présence maintenant. Avec un sourire narquois et provocateur, il regarda Kagami comme un végétarien regarde une salade avec un week end au salon de la boucherie. Avec une envie dévorante. Puis il ferma les yeux, soupirant, comme pour s'endormir là où il était mort. La blonde, elle, releva les yeux vers la gothic, souriant toujours très faiblement. Sûrement qu'elle n'avait pas oubliée la question, et puis elle pouvait quand même lui donner une petite réponse. N'est ce pas ?

- Et pour ce qui est de l'histoire, j'ai toujours été très curieuse. Cela n'est qu'un mythe, un mythe qu'on m'a raconté il y a longtemps.

Absolument aucun mensonge, que du vrai. Elle ne disait juste pas tout, nuance extrême. Puis elle pencha un peu la tête, une question tournant dans sa tête depuis maintenant un moment, depuis qu'elle avait apprit pour le pouvoir de la jeune femme.

- qu'est ce que ça fait ? .. de voir les morts ? Excusez moi si ma question vous dérange

De honte, elle baissa les yeux puis la tête, à genoux devant elle vue qu'elle c'était déplacée à croupie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Ven 22 Juin - 7:24

Erzsébet avait eu du mal à cacher sa surprise quand elle avait vu le jeune homme de tout à l'heure entrer de nouveau dans son champ de vision, s'approcher de la jeune femme, et poser ses mains sur celles qui accordaient le Violon. Quant à Kagami, elle n'avait eu aucune réaction apparente, mais il y avait un trouble manifeste dans son regard. Après tout, ils s'étaient entretués en ces lieux! Voilà qui créé des liens entre les gens, même si ses liens étaient indéfectibles et très difficiles à porter.

Quand l'ancienne Exilée, après s'être approchée d'elle, traça le kanji dans le creux de sa main, la jeune femme s'était rapprochée, avant de l'effleurer elle aussi. Erzsébet la laissa faire, consciente qu'elle ne voyait pas tout, et que les évènements devaient s'enchaîner étrangement à ses yeux. Son exclamation fit même sourire la Nécromancienne, qui avait retrouvé un semblant de bonne humeur après tout ça.

La jeune femme fnbit par s'expliquer sur ses connaissances de la guerre de StarthClyde. A cette réponse, Erzsébet hocha la tête en signe de compréhension. Elle-même avait été en quelque sorte "obligée" de s'intéresser à ce qui avait eu lieu entre les murs de l'académie. Avant même qu'elle sache qu'il y avait eu une guerre ici, elle était harcelée de cauchemars où les défunts qu'elle voyait le jour se jetaient sur elle, certain morts essayaient de lui expliquer, mais elle n'était pas encore capable de réellement entendre leur voix d’outre tombe...Ces horribles cauchemars ne cessèrent que quand elle put en apprendre un peu plus sur l'origine du nombre incroyable de défunts qui hantaient ces lieux, et elle put enfin commencer à apprendre.

La question de la jeune fille qui suivit plongea Erzsébet dans un abîme de perplexité. C'était bien la première fois de toute sa vie qu'on lui demandait ce qu'elle ressentait, et encore plus sur sa capacité de voir les morts! Elle fut tellement surprise qu'elle en resta interdite quelques instants, les yeux légèrement écarquillés tandis qu'elle cherchait à reprendre le contrôle de sa langue.

-Ne t'excuse donc pas, il n'y a rien à pardonner! J'ai simplement été surprise, c'est la première fois qu'on me pose une telle question.
Pour y répondre...De manière générale, c'est difficile, surtout au début. Pour les lieux où les défunts sont nombreux, comme ici, la vie quotidienne en est complètement chamboulée. Je ne peux pas voir uniquement le professeur de japonais qui me parle, je vois aussi le garçon de dix ans qui a été tué dans cette salle par un Black Rose, qui pleure sans cesse en appelant sa maman, sans comprendre pourquoi elle ne vient pas la chercher. Je suis sans cesse confrontée à la souffrance des hommes et du monde, elle me poursuit sans que je puisse y échapper, puisqu'elle est partout. Je ne peux pas soulager les morts, et je passe pour une folle aux yeux des vivants, puisque je vois des choses qui leur échappent, auxquels beaucoup ne croient même pas: les fantômes!


Erzsébet avait dit tout cela d'un coup, comme si elle avait besoin de se libérer d'un poids. Bien sûr, elle pourrait raconter cela un million de fois à un million de personnes, cela ne la libérerait jamais du poids de la Nécromancie, mais comme c'était la toute première fois qu'elle s'en ouvrait à quelqu'un, cela lui faisait immensément de bien, sur le coup.
Erzszébet n'était jamais parvenue intérieurement à trancher si la Nécromancie était un Don ou une Malédiction. Malgré toute la souffrance occasionnée par le Don de voir les morts, la Lytaria n'avait jamais oublié que c'était lui qui lui avait permis de s'échapper du bordel français! De plus, la jeune femme était tellement avide de savoir et de connaissance qu'elle ne supportait pas l'idée d'être amputée de cette connaissance qu'elle possédait, et elle était prête à payer le prix de la connaissance, qui était toute la souffrance et le mal-être qu'elle pouvait apporter. La Nécromancie n'était ni un Don, ni une Malédiction, c'était une Connaissance.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Dim 24 Juin - 17:54

Ednaëlle sentie la surprise de Erzébeth sans pourtant relever les yeux pour le moment. Sûrement qu'on avait déjà du lui demander tant de chose au sujet de son pouvoir qu'elle était peut être un peu blasé par tout cela. Un silence s'installa et elle osa enfin relever les yeux pour la regarder. Pourquoi avait elle les yeux écarquillés comme ça ? Ça question était elle stupide ou idiote ? Zut, elle qui avait voulue aider au contraire en les conduisant jusqu'ici. Bah, on ne peut pas toujours bien faire partout, mais elle avait l'impression qu'elle faisait toujours plus de mal que de bien.

La jeune femme en face d'elle, qui devait avoir un ou deux ans de moins que la blonde, même si la maturité présente dans ses yeux étaient incroyable, commença alors à parler. Une voix qui traduisait sa surprise au début, puis surtout ses sentiments par la suite. "c'est la première fois qu'on me pose une telle question".. sans le vouloir, elle eu du mal à la croire. Comment pouvait on ne rien demander à une personne qui avait un pouvoir pareil ?! Question idiote. On ne lui demandait pas d'information particulière sur son pouvoir à elle, on ce contentait de l'utiliser ou bien tout simplement de s'amuser avec elle, de s'amuser d'elle. Imaginer un seul instant qu'on puisse lui demander ce qu'elle ressentait relevé de l'absurde à ses yeux, ou bien du miracle, allait avoir. Et cela semblait être pareil pour la gothique. Cette dernière sortie son explication d'un coup, parlant sans hésitation et assez rapidement. Si elle n'avait jamais pu ce livrer à personne, tout avait du être extrêmement difficile ! Au fond de son coeur, elle ressentie de la douleur pour la fille en face d'elle. Et aussi de la compréhension. Elle comprenait certain de ses ressentis, même si elle ne pouvait même pas espérer imaginer ce qu'elle vivait au quotidien. Et pourtant, elle semblait gentille et agréable. Pourquoi les gens s'amusaient des pouvoirs des autres ? Elle ne semblait pas folle.

Quand elle termina, le regard d'Ednaëlle était confient. Confient et sur de lui. Elle croyait la jeune en face d'elle, pour la bonne raison qu'elle avait vue Kagami, pour la bonne raison qu'elle ne voyait pas l'intérêt qu'elle aurait à mentir ! Mais les gens préfères bien souvent ce voiler la face plutôt que de regarder la vérité en face. Par impulsion, d'un mouvement assez rapide, elle se redressa un peu pour se pencher vers elle et l'enlaça de ses bras. De manière très simple, mais voilà, elles étaient assise à côté des tombes, et Ed la tenait dans ses bras. Elle n'avait pas beaucoup de force, pourtant sa présence ce sentait. Elle resta un instant sans parler avant de murmurer d'une voix douce.

- Moi je vous crois. Je crois aussi que tu as reçue le don incroyable de voir ce qu'il y a de l'autre côté mais .. il n'y a pas que des morts tristes. La mort n'est pas triste en elle même. Le regard des autres est traite, ils n'ont pas à dicter votre vision sur votre pouvoir.. il ne faut pas chercher à y échapper. Plus vous l'accepterez, mieux ça ira. Vos amis vous aiderons, n'en doutez pas..

Elle retomba dans le silence. Puis s'écarta d'elle. Mon dieu qu'elle avait du mal avec les contactes physiques ! Mais elle était sur qu'au moins, de cette manière, elle aurait pu mieux la comprendre. Elle avait du mal, sauf avec une personne qui l'avait acceptée, elle et son pouvoir. Au contraire, elle cherchait ses bras, mais elle ne le comprenait pas encore très bien. Les autres restaient pour elle des gens avec qui elle n'avait pas le droit à ce genre de familiarité ! Et la gothique n'était pas une exception. Ed posa ses mains sur ses jambes et continua de la regarder.

- Un homme m'a dit un jour "N'est pas peur du passé, il est souvent plus simple que le présent ou même le futur". Vous ne pouvez pas le changer.. mais vous pouvez être. Et à travers vous tous ceux qui sont morts. N'est ce pas un cadeau merveilleux pour eux que vous leur donnait, ne serait ce qu'à chaque fois que vous leur souriez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 26 Juin - 7:16

Après son explication à propos de la Nécromancie, Erzsébet vit la jolie blonde s'avancer vers elle, et...la prendre dans ses bras.
Durant un instant, la Lytaria eut un instant irraisonné de pure panique. Elle la touchait, elle la touchait, elle la touchait! Erzsébet ne supportait plus d'être touchée depuis ces annnées passées en France, ce qui était tout à fait normal et légitime. De plus, elle ne savait pas du tout comment réagir dans des situations de contact, comme si elle n'était plus capable de réfléchir.
Mais cette fois-ci, une fois la surprise première passée, Erzsébet se surprit à trouver cela...Agréable. Oui, c'est le mot, agréable! C'était incroyable pour elle, mais elle se sentait très bien dans les bras de la jolie blonde, qui ne lui avait d'ailleurs toujours pas donnée son nom, elle se sentait presque en sécurité.
Alors la Nécromancienne lui rendit son étreinte. La blonde avait les bras passés autour de son cou, alors elle les passa autour de sa taille, la serrant doucement, comme avec une maladroite hésitation, après tout elle ne savait pas du tout comment on faisait ça!

Les deux jeunes femmes restèrent un moment dans cette position, une position qui parut à Erzsébet une éternité, mais une délicieuse petite éternité, dont elle ne voulait pas se sortir, pas maintenant.
Mais bien sûr, même les meilleurs moments ont une fin, Erzsébet était très bien placée pour le savoir, elle qui n'avait que si peu de moments heureux au cours de son existence! Et quels moments! La découverte du croissant, à un de ses premiers petits déjeuners en France, le bonheur malsain qu'elle avait ressenti à plomber le corps d'un de ses clients réguliers,la satisfaction d'avoir ramassé assez d'argent par la mendicité pour pouvoir s'offrir un sandwich, la joie de voir la mer pour la première fois, lors de son embarquement clandestin pour le Japon, le bonheur de voir pour la première fois les grandes portes grillagées de StarthClyde... Voilà quoi se définissait la définition de la jeune Hongroise du bonheur...Avouez ce que c'est pas grand chose. Elle ne demande pas de trouver de vrais amis, encore moins l'amour, elle ne demande pas à être riche, juste ne plus vivre dans la rue ou dans un bordel! Cette définition du bonheur en était tellement triste que n'importe qui d'autre que Erzsébet aurait pu fondre en larmes devant cette vie réduit à néant avant même son premier envol. Mais la jeune Nécromancienne en était presque venue à se dire qu'elle ne méritait rien d'autre que cette vie de misère qu'elle avait eu, et qu'elle n'aurait jamais rien de mieux, car elle n'en était pas digne! Et il n'y avait jamais eu personne pour la contredire dans cet état d'esprit...

Quand la jolie blonde se détacha d'elle, Erzsébet ne fit pas un geste pour la retenir, la laissant agir comme elle le voulait. Après tout, elle n'avait pas à imposer à cette inconnue si gentille avec elle ce besoin maladif que quelqu'un lui apprenne enfin ce qu'était l'amitié! Les paroles qu'elle émit ensuite à l'intention de la Lytaria lui firent sincèrement chaud au coeur. Elle la croyait! C'était la première fois que quelqu'un l'avouait devant elle aussi directement! A cet instant, la jeune femme se sentait un peu moins faible, un peu moins folle.
Mais la dernière phrase ne fit que la replonger dans ce désespoir, cette désillusion constante présente chez la jeune Hongroise. Elle leva les yeux vers la blonde, ces immenses yeux bleus, immenses et glacés comme un ciel d'hiver, et elle ne put que murmurer:

-Mais je n'ai aucun ami pour m'aider...Tout le monde me croit folle, à cause de mon Don ou de mes vêtements, je leur fais peur parce que je ne me laisse jamais faire...Et je suis toute seule...

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 26 Juin - 11:54

Prendre quelqu'un dans ses bras n'était en réalité pas si compliqué. Mais le contacte lui procurait une sensation désagréable. Ce n'était pas forcément la gothique en elle même qui lui faisait ça, oh non, c'était tout le monde. Sa pensée ne lui autorisait pas de telle chose, alors prendre quelqu'un, comme ça, contre elle, de manière si .. si directe. Elle fit son possible pourtant pour rester calme et pour ne pas montrer son trouble. Ednaëlle n'avait pourtant pas vraiment prévue la suite, ni prévue qu'elle allait lui répondre, l'enlaçant par la taille. La jeune blonde se crispa intérieurement, faisant son maximum pour ne pas reculer d'un bon et se tenir loin d'elle. Elle fronça les sourcils, mais là où elle était, l'autre ne pouvait pas la voir, et c'était d'ailleurs vraiment mieux comme ça. Elle l'aurait prit mal sinon sûrement, alors que son trouble n'était pas en rapport avec elle. Elles restèrent ici un moment, un moment qui lui paru trop long pendant lequel elle n'arriva pas du tout à ce détendre. Tout ça, ce n'était pas pour elle. Elle fini par ce décoller de son étreinte, et elle sentie avec une pointe de soulagement que la jeune fille ne la retenue pas. Tant mieux, autant rester sur des notes positives.

Elles étaient toujours proches l'une de l'autre mais, au moins comme ça, il n'y avait plus de contacte et tout était déjà beaucoup plus agréable. Une fois qu'elle eu finit de parlé, elle espéra que son interlocutrice se sente mieux, et pourtant elle fut incroyablement surprise quand elle releva vers elle des yeux triste et désespéré. Pourquoi est ce qu'elle la regardait de cette manière là ? Ed, affolée intérieurement, se demandait ce qu'elle avait bien pu dire pour lui donner un regard pareil, où elle avait bien pu se tromper alors qu'elle pensée uniquement à l'aider. C'était pour ça qu'elle l'avait prise dans ses bras, pour la soulager, pour .. lui faire plaisir, qu'importe ce que elle peut ressentir vis à vis de ça, c'était uniquement pour elle.

Alors, quand elle lui expliqua, elle baissa les yeux de honte. Elle ne pouvait pas savoir. Une fille qui semblait si fière, combative.. n'avait pas d'ami ? Pas le moindre ? C'était bizarre. Elle n'en avait pas non plus, et pourtant elle était son contraire. Elle faisait peur car elle se laissait toujours faire, car elle était.. le "jouet" de tout le monde à cause de sa gentillesse. Non.. elle, elle ne faisait pas peur. C'était juste amusant de la jeter contre le sol en ce demandant quand est ce qu'elle allait casser.

- Moi.. je veux bien être votre amie.

Sa voix avait été un murmure, comme celle de la nécromancienne. Elle rougit faiblement en prononçant ces mots, jamais elle n'avait dit ça ! Jamais on ne lui avait proposé non plus, et sûrement que la gothique allait bien rire. Elle voulait simplement aider, qu'y a t il de compliqué à cela ? Elle n'était pas méchante avec elle, elle voulait l'aider. Vraiment.

- Si.. si ça peut vous aider. Moi je.. je veux bien être votre amie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 26 Juin - 14:42

Après avoir dit cela, Erzsébet avait de nouveau baissé les yeux, incapable de soutenir son regard après avoir avoué le vide total de son Inexistence. Beaucoup des gens qui la détestaient auraient ris en cet instant, Erzsébet la langue bien pendue, la bagarreuse occasionnelle et la fière permanente, laissait voir l'immensiré de ses faiblesses. La Hongroise n'était pas une fille forte, comme beaucoup pouvaient le penser, elle était d'une certaine façon totalement schyzophrène: Une partie de sa personalité était celle connue du plus grand nombre, fière, audacieuse et agressive. L'autre partie était celle qu'elle cachait à tout prix: Triste, désespérée et à la raison vacillante. Et c'était cette partie là qu'elle venait d'exposer au grand jour, à la vue de la jolie blonde, qui ne cachait pas sa surprise. Eh oui...Erzsébet la fière n'était pas celle qu'on pouvait croire...Du moins, pas en partie...

Mais les mots qui suivirent, que la blonde prononça ensuite, fit instantanément relever la tête à Erzsébet, une folle lueur d'espoir ayant prit racine dans le ciel hivernal qui lui servait d'iris. La surprise se peignit sur son visage marqué par ses origines est-européennes, tandis qu'elle l'entendit répéter ce qu'elle venait de dire.

Est-ce possible, est-ce seulement possible? Cette jeune fille, la plus gentille qu'elle ai jamais rencontré, venait-elle bien de lui proposer son amitié en cadeau? Avait-elle bien entendu?
Erzsébet parcourut des yeux le visage de la jolie blonde, à la recherche de la moindre trace de moquerie ou de mensonge. Elle ne pouvait pas se permettre d'être trompée, si elle confiait son coeur à quelqu'un qui jouerait avec elle, elle était définitivement finie! Mais la Nécromancienne ne trouva aucune trace de mensonge sur le si joli visage de son interlocutrice, mais au contraoire une franchise sans borne. Cette fille était-elle seulement capable de mentir consciemment?

Durant un moment, la Lytaria eut du mal à reprendre son souffle, et elle parvint à respirer un grand coup. Mais, comme quand elle était fortement bouleversée ou en colère, la seule langue qui parvint à franchir ses lèvres fut le hongrois, sa langue natale. Elle articula quelques phrases dans cette langue avant de se rendre compte de sa méprise. Elle plaqua une main sur sa bouche, surprise. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas usé de ce dialecte, pour lequel elle n'avait aucune affection paticulière. Elle repassa donc au japonais, pour redire ce qu'elle avait expliqué en hongrois.

-Désolée, je me suis trompée! Ce que je voulais dire, c'est...
Es-tu sûre de vouloir de moi comme amie? Je vois les morts sans cesse et je leur parle, je suis agressive envers les autres quand ils me veulent du mal, difficile à vivre, fière à moitié folle...Es-tu certaine de vouloir de ça comme amie?


Erzsébet voulait l'entendre, de sa bouche et en toutes lettres. Si elle disait vouloir d'une telle personne parmi ses amis, alors elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour être la meilleure amie possible à ses yeux! Elle apprendrait vite, c'est certain, pour ne jamais la décevoir!

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 26 Juin - 15:33

La tête toujours baissée, les yeux fixés sur ses mains posées sur ses genoux. Ednaëlle n'arrivait pas à se rendre compte de ce qu'elle venait de lui dire. C'était vraiment incroyable pour elle ! Elle avait peur malgré tout, ses mains tremblaient. Elle n'avait jamais osée demander un truc pareil tout simplement par peur. Et si jamais elle était rejetée ? Elle aurait mal, très mal, à n'en pas douté. Avait elle ne serait ce que le droit de toute manière de demander quelque chose comme ça ? Sûrement pas. Elle n'avait pas le droit à l'amour ou à l'amitié, c'est sa mère qui lui avait dit. Pourtant, depuis cette année, il lui arrivait plein de chose qui faisait qu'elle allait à l'encontre des dires de sa mère.

Quelques instants après que le silence ce soit installé, la gothique se mit à parler dans une langue que la jeune blonde ne connaissait pas le moins du monde. Elle releva doucement les yeux, intriguée, mais la tête toujours un peu baissé. Elle pouvait voir la surprise sur le visage de la jeune fille en face d'elle. Pourquoi donc ? Elle mit ses main sur sa bouche et elle releva un peu plus la tête pour la regarder, ayant du mal à comprendre d'où pouvait venir une surprise pareille. Ah, sûrement de ce qu'elle venait de dire. Elle allait sûrement lui dire "désolé, mais c'est non" ou quelque chose dans ce genre. Elle se sentait déjà un peu triste. Elle était idiote, vraiment.. Quand l'étonnée ce mit à parlé, elle la regarda. Si elle était sur ? Mais bien sur ! Comment ne pouvait elle pas être sur pour une chose pareil ? Elle éprouvait de la peine pour elle, elle avait du vivre des choses vraiment douloureuse pour douter même d'une telle proposition. Elle attendit sagement qu'elle termine de parler et sourit faiblement. Elle n'avait jamais réussit à sourire totalement, elle n'en avait jamais fait. Elle aimerait bien pouvoir un jour, mais pourquoi faire ? Elle n'avait rien de particulier à fêter de toute manière, alors ça ne changeait rien pour elle de sourire naturellement beaucoup ou un tout petit peu comme maintenant.

Timidement, elle prit ses mains dans les siennes. Sans les serrer, juste pour les toucher un peu, de ses petites mains fines et fragiles. Comment lui expliquer ? Elle réfléchit rapidement avant de parler à son tour. Sa voix était toujours aussi calme. Elle ne s'énervait jamais, elle n'avait jamais aucune autre intonation que le calme dans sa voix, c'est pour ça qu'elle énervait beaucoup de monde aussi.

- Vous parlez aux morts car vous les voyez, vous êtes agressives car on veux vous faire mal, vous n'êtes pas folle, c'est ce que les autres disent de vous.. tout cela est normal. Alors oui, je veux vraiment, si cela peut vous faire plaisir, si vous.. si vous l'acceptez aussi.

Elle lâcha ses mains et les reposa sur ses genoux. Arquen qui regardait la scène depuis le début roula des yeux. Il s'approcha doucement, posa ses mains sur les épaules de la jeune blonde, derrière elle, et déposa un baisé sur ses cheveux avant de s'éloigner. Et Ednaëlle, elle, rougit un peu, baissant à nouveau les yeux. Oui, elle voulait bien être son amie. Bien sur ! Mais ..

- V.. vous voulez bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Jeu 28 Juin - 7:05

Erzsébet avait peur. Peur que la jolie blonde ne se ravise, peur qu'elle ne s'en aille et ne l'abandonne dans l'état pitoyable où elle se trouvait. Elle avait tant besoin d'être vue autrement que comme une moins que rien, une folle fière et détestable qui cache ses plaies sous un vernis de vanité. Elle voulait qu'on la regarde comme une personne digne d'être regardée, comme une amie!

Mais, pour son plus grand bonheur, la jeune femme ne se ravisa pas, et après avoir délicatement pris ses mains dans les siennes lui confirma son acceptation, à la réserve de son propre choix. La Nécromancienne, malgré ses difficultés avec les contacts physiques, auarait voulu prendre de nouveau la jeune femme dans ses bras, et lui offrir un million de merci, dans un million de langue, et avec cette impression que ce ne serait pas encore assez pour l'immense cadeau qu'elle venait de lui faire. Mais Erzsébet se doutait que ce n'était pas corret, après tout elles n'étaient amies que depuis bien peu de temps!
Elles étaient amies...Pour Erzsébet, cette simple phrase était ni nouvelle, si merveilleuse pour son esprit! Une véritable friandise pour l'esprit, qu'elle se répétait encore et encore comme un enfant qui ferait rouler un bonbon sur sa langue.

C'est à ce moment que le fantôme aux cheveux rouges se manifesta encore une fois, pour la plus grande surprise de Erzsébet. Il roula des yeux, comme si cette scène était à ses yeux tout simplement risible, et prit les mains de la jolie blonde, à qui il semblait très attaché, même si ce n'était pas par des liens conventionnels, avant de s'éloigner et de quitter le champ de vision de la Nécromancienne. Cette dernière n'avait encore pu cacher un regard surpris qui semblait être dirigé droit vers la jeune femme, mais elle ne voulait pas d'une telle méprise, elle risquait de croire qu'elle était surpris de sa demande, alors qu'il ne s'agissait pas du tout de ça!
Comme les défunts s'étaient encore une fois rappelés à elle, Erzsébet se retourna un instant pour chercher Kagami des yeux. Celle-ci ne l'avait pas laissée, et observait la scène avec aux lèvres un immense sourire. Elle était heureux pour elle, c'était certain! Elle adressa à la Nécromancienne un petit signe amical de la main avant de se relever et de les laisser, quittant ce lieu où elle était morte pour rejoindre sa solitude.

Erzsébet ramena alors son attention vers la jolie blonde, et pour la première fois depuis longtemps, ces yeux exprimaient un bonheur véritable, une joie sans limite. Elle n'avait pas le droit à l'erreur cette fois-ci, cela signifierait tout simplement le bris irrémédiable de son coeur déjà bien malmené. Un sourire naquit sur ses lèvres, illuminant son visage et le rendant bien plus beau encore. Elle parvint à dire, cette fois-ci sans se tromper de langue:

-Oui, je le veux...Bien sûr que je le veux! Je ne suis pas encore une bonne amie, mais j'apprends vite, je te le promets, et je ferai tout pour être digne de ton amitié!

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Jeu 28 Juin - 8:02

C'était l'une des situations les plus gênantes qu'Ednaëlle avait connue dans sa vie jusqu'ici. La plus gênante si on oubli le jour où ... m'enfin, ne parlons pas de ce genre de chose maintenant, ça ne regarde personne, peut être même pas elle même si on l'écoutait parler. Si on l'écoutait de toute manière, ce qui est rarement le cas, les gens considérant de manière unanime que ce qu'elle peut dire n'a pas grand intérêt. Bref, revenons à la situation. Gênante, alalal, oui, pourquoi ? Car elle n'avait jamais été dans une situation pareille, personne n'avait jamais ne serait ce qu'émis l'hypothèse d'être son amie, et elle n'avait jamais proposée à qui que ce soit de devenir son amie en retour. Un oeil extérieur doit voir cette scène de manière bien amusante. Deux filles qui n'ont jamais eu d'amies finissent par ce lier d'amitié par un hasard étrange. Elle sentie la jeune fille en face d'elle réagir de manière un peu étrange et elle releva les yeux.

Surprise, pourquoi semblait elle surprise ? Oh ... elle avait du mal comprendre ce qu'elle voulait. Elle rabaissa les yeux à nouveau. Oui, c'est vrai, elle avait était idiote, comment quelqu'un aurait pu vouloir être son amie ? Il ne faut pas dire de bêtise voyons, non, pas de bêtise.. Etrangement, son espoir avait pourtant été au maximum, et maintenant elle se sentait incroyablement triste. Elle c'était jurée, il y a de cela bien longtemps, de ne pas s'attacher, de ne pas avoir d'espoir pour ne pas avoir mal inutilement. Elle se souvenait pourquoi maintenant.

Pourtant, quand la jeune fille reprit la parole en japonais, ce n'est absolument pas pour ce moquer d'elle ni rien d'autre. Au contraire, elle parlait d'amitié, elle parlait... d'être son amie ! Elle releva les yeux vers elle et, les yeux gros comme des oranges, la regarda pendant qu'elle parlait sans arriver à ce persuader que tout ça était belle et bien vrai. Elle avait envie d'exprimer sa joie. Mais elle ne savait pas comment faire. Elle ressentait un plaisir et un soulagement immense après la peur qu'elle avait eu. C'était uniquement le fait d'avoir une amie qui lui provoquait une sensation pareille ? Sûrement. Sans pouvoir se retenir, elle sentie des larmes couler sur ses joues. Elle porta ses mains à ses joues, ne comprenant pas vraiment pourquoi elle pleurait devant cette fille. L'idée de ne plus être seule peut être.. l'idée de pouvoir être soit même un jour peut être devant quelqu'un.

- a..ah je suis désolé..

Elle essuya ses larmes du mieux qu'elle pu et lui servit un petit sourire. Elle ne savait pas sourire plus que ça en réalité, elle n'avait jamais fait de grand sourire ou autre. Mais elle se sentait contente, même si tout sentiment de la part d'Ednaëlle devait être vue avec des pincettes.

- M..merci. M..mais ne vous en faîte pas, vous êtes déjà une bonne amie..

Quelle journée étrange mais magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Jeu 28 Juin - 13:28

A la plus grande surprise de Erzsébet, des larmes se mirent soudainement à couler sur les joues de sa jolie blonde, brouillant ses yeux et lui conférant une autre sorte de beauté. Mais la Lytaria ne voulait pas provoquer une telle réaction chez elle, son rôle en tant qu'amie était de la consoler, pas de la faire pleurer!
Instinctivement, la Nécromancienne leva les mains, avec l'idée en tête d'essuyer son visage à présent mouillé. Mais elle n'eut pas le temps de finir son geste que son interlocutrice porta les mains à son visage pour s'essuyer. Erzsébet laissa un moment son geste en suspend, avant de laisser retomber ses mains. Au fond, cela valait mieux puisque, bien que la Hongroise l'ignorait, la jeune femme avait énormément de mal avec les contacts physiques.

Elle lui parla de nouveau, lui assurant qu'elle était déjà une bonne amie. Erzsébet n'en était pas sûre, et fit la moue, après tout si elle était une bonne amie elle serait parvenue à ne pas la faire pleurer! Mais son sourire la rassura quelque peu, et elle parvint à sourire en même temps que son amie de fraîche date.

-Cesse donc de me vouvoyer, après tout les amies ne se vouvoient pas entre elles, n'est-ce-pas? Appelle-moi Erzsébet, car tel est mon nom.


Et Erzsébet, en disant cela, se rendit compte qu'elle ne connaissait même pas le nom de sa nouvelle et seule amie! Bah, de toute façon elles avaient tant de choses à apprendre l'une sur l'autre! Mais elles avaient tout leur temps pour cela, n'es-ce-pas? A travers leur conversation sans le Cimetierre des Coquelicots, Erzsébet avait déjà pu en apprendre beaucoup sur le mental de la jolie blonde, et vice-versa, sur leurs souffrances et leurs façon de voir le monde. Les cours, les goûts, tout cela viendrait plus tard, tranquillement, sans se presser.

Erzsébet ne put s'empêcher de remarquer la beauté du paradoxe: En ces lieux deux personnes s'étaient battus jusqu'à la mort, et voilà dans ce même jardin leurs héritières respectives devenaient amies! Erzsébet était l'héritière de Kagami, de sa mémoire et de son souvenir, et la jolie blonde celle de Arquen, qui semblait tant tenir à elle (la Hongroise ne pouvait pas connaître la véritable nature de leur lien).

D'un geste souple, la Nécromancienne se releva, et invita son amie à en faite de même en lui tendant la main pour lui venir en aide. Etrangement, elle ressentait encore très fortement une envie de la prendre dans ses bras, mais elle se doutait que ce n'était pas correct, et elle s'abstint, bien lui en fit. Erzsébet se contenta alors de lui adresser un autre sourire, un de ceux qui la faisaient paraître plus belle, dans lequelle tout ce qu'elle ne disait pas à voix haute se lisait: Merci.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Jeu 28 Juin - 15:27

Assise par terre, Ednaëlle sentie le petit courant d'être froid venir jusqu'à elle, jouer un peu avec ses cheveux, aller vers ceux de sa nouvelle amie, de sa seule amie, se perdre dedans avant de repartir. C'était très agréable, surtout avec une chaleur pareil et après autant d'émotion. Des émotions qui ne semblaient pas fini d'ailleurs, l'amitié n'est pas que sur un jour, comme pour le reste, n'est ce pas ? Ce n'est pas si court, non cela ne l'était pas, mieux, elle ne voulait pas que ça le soit. Sinon ça serait vraiment triste, vraiment horrible, aussi bien pour elle que pour tous les autres, condamnés à ce faire des amis tous les jours avant de les perdre le soir même.. quelle drôle d'idée. A peine avait elle sourit, toujours aussi faiblement qu'elle remarqua la demoiselle en face d'elle faire elle un beau sourire. Qu'elle aimerait pouvoir en faire des comme ça.. elle sortie de sa rêverie en entendant sa voix, rapidement distraite par la découverte d'une nouvelle personne.

Erzsébet ? Si jamais Arquen avait été encore présent au moment de l'échange des prénoms, il n'aurait pas pu se retenir de rire. Pourquoi ? Voyons, Erzsébet, cette femme qui c'est rendue célébré dans le passé en Hongrie en vidant des jeunes vierges de leur sang pour se baigner dedans et ainsi conserver sa jeunesse. N'est ce pas amusant pour une femme qui voit les mourants que son nom rappel une telle liste de cadavre ? Peut être qu'Ednaëlle aurait été plus prudente en connaissance une chose pareille.. non c'est faux, elle aurait agit exactement de la même manière, suivant l'un de ses multiples principes. Un nom ne faisait pas la personne pour elle, et c'était sûrement vrai. La demande qu'elle lui faisait maintenant lui semblait pourtant impossible à ses yeux, mais elle ne voulait pas que celle ci le prenne mal. Même Yoite, elle n'avait du le tutoyer qu'une ou deux fois depuis le début de leur relation et, même si lui avait fait à plusieurs reprise la reflection, elle n'avait pas pu changer son mode de parole. Déjà avoir pu le faire quelque fois, c'était presque un miracle. Sûrement qu'elle ne pourrait pas comprendre, peut de personne le pouvait, et encore moins le voulait.. Elle devait pourtant avoir confiance. Dieu que c'était dur !

- Erzsébet ... c'est jolie. Moi c'est Ednaëlle

Elle sourit timidement, bien décidé à utiliser des phrases qui pouvait cacher qu'elle vouvoyait encore son amie. Son amie... Elle c'était fait une amie ! Elle n'arrivait pas encore à y croire, c'était trop beau, trop vrai, trop soudain. Erzsé ce releva d'un geste souple et fluide sous le regard de sa nouvelle amie qui regarda la main qu'elle lui tendait. Son coeur se serra. Si jamais elle avait la moindre idée de ce que tout ça représentait pour elle ! Elle posa sa main dans la sienne, mais c'était trompeur car elle ne s'appuya pas du tout dessus et se releva d'elle même, ayant placée sa main que par politesse. Et là, la gothique sourit. Elle était magnifique comme ça, l'idée que les gens pouvaient la rendre triste lui faisait de la peine. Elle baissa les yeux en retirant sa main de la sienne.

- Je suis désolé, je ne peux pas.. je n'arrive pas à tutoyer les gens, excusez moi.

Elle se sentait vraiment idiote de ne même pas pouvoir lui offrir une chose aussi simple que ça, un mot, un simple mot en remplacement d'un autre, était ce si dur ? Oui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 3 Juil - 9:19

La dénommée Ednaëlle prit sa main, pour la plus grande joie de Erzsébet, et ce même si elle se rendit très bien compte qu'elle n'avait nullement prit appui dessus pour se relever. Mais elle l'avais fait quand même, elle avait saisit la main qu'elle lui tendait, preuve que dans un sens elle lui avait accordé sa confiance. Et cela lui fait immensément plaisir.

Quand Ednaëlle s'excusa auprès d'elle de sa façon de parler, cette propension à vouvoyer tout le monde, Erzsébet secoua doucement la tête pour lui demander de cesser cela. S'excuser de cela, cela revient pour elle à s'excuser de sa façon d'être! Et la Nécromancienne aimait la façon d'être de la jeune femme, pas question de lui demander de changer pour elle!

-Ne te fais pas de soucis, il n'y a rien à te faire pardonner! Appelle-moi comme tu le souhaites, vouvoie-moi ou tutoie-moi, quelle importance? Fais comme tu le sens!

Et Erzsébet lui adressa un nouveau sourire, doux et rassurant. Elle ne voulait en aucun cas s'imposer dans l'esprit de son amie comme une dominatrice, trait de caractère qui ne lui appartenait que très peu, voire pas du tout. Pas question de l'étouffer, elle la laisserait toujours libre de ses gestes, de sa façon de parle et de penser! Après tout, ce sont les différences qui enrichissent l'amitié! Et les deux jeunes femmes, malgré des points communs flagrants qui s'étaient révélés au court de leur conversation auprès des tombes de Kagami et de Arquen, possédaient également de nombreuses différences. Mais elles avaient tout le temps dont elle avaient besoin pour les découvrir et s'en enrichir, n'est-ce-pas?

Gardant délicatement sa main dans la sienne, de manière à la laisser se dégager si elle le souhaite, Erzébet la guide doucement vers la sortie du Cimetierre des Coquelicots, profitant du calme et du silence de ce moment. Cet instant apparaissait dès à présent dans sa liste des moments les plus heureux de son existence, et en bonne place s'il-vous-plaît!

Intérieurement, la jeune femme se fit la promesse d'être l'amie que Ednaëlle était en droit d'attendre d'elle, celle qu'elle méritait pleinement! Elle ferait tous les efforts possibles pour être moins irascible, moins fière, moins...moins elle, en fait, parce que le personnage qu'elle s'était construite pour ne pas montrer l'étendue de ses faiblesses, le personnage d'Erzsébet Isaakovitch, n'était pas une bonne amie.


\\\HRP: Désolée c'est horriblement court, mais je suis en gros manque d'inspiration aujourd'hui! Désoléééééée T.T///

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mar 3 Juil - 14:27

Ednaëlle, debout à présent, regarda longuement la jeune femme qui était en face d'elle, la jeune femme qu'elle devait à présent considérer comme son amie. Bien sur qu'elle était heureuse, mais elle ne pouvait pas se mentir plus longtemps : la perspective d'avoir une amie lui faisait autant peur que cela rendait heureuse Erzsébet. Personne ne pouvait comprendre la frayeur qui la prenait sans pourtant qu'elle ne le montre un seul instant, cette tension qui lui nouait l'estomac plus solidement que toute chose. C'était beaucoup, depuis quelques temps, elle enchaînait les erreurs, tout aller finir très mal, vraiment très mal. Mais, bien sur, elle ne pouvait pas lui dire ni lui montrait, cela aurait été trop cruel. A Yoite non plus, elle ne pouvait pas l'expliquer, car il comprendrait que la peur était aussi du à leur relation. Elle semblait tellement heureuse, elle ne voulait pas gâcher le sourire si beau de sa toute première et nouvelle amie. Et puis, pourquoi faire ? C'était son problème. Ce qui lui faisait peur aussi, c'était ce que semblait faire toutes les amies : ce mêler de ce qui ne les regarde pas.. Par réflexe, elle porta sa main libre à son autre bras pour tenir le tissu de sa robe, comme pour empêcher qu'on le remonte. Elle s’inquiéterait en voyant ses bleus, il ne fallait pas..

Quand la gothique parla, la jeune blonde sourit doucement. Elle était vraiment gentille. Cela ne devait pas être agréable d'entendre un vouvoiement de la part de son amie, et le fait qu'elle l'accepte malgré tout pour le moment lui faisait plaisir. Elle calma sa peur pourtant toujours présente, continuant de rester immobile, en silence. Son... son amie se retourna alors pour partir vers la sortie, mais elle ne la suivit pas. Retirant sa main sans mouvement brusque, elle retourna vers les tombes pour reprendre son violon. Elle le rangea avec une délicatesse presque religieuse, ferma convenablement son étui, le prit contre lui et revint vers Erzsébet, la tête un peu baissé.

- Désolé.. je ne pouvais pas le laisser ici.

Elle la regarda doucement, enfin, pas vraiment dans les yeux car sa tête était toujours un peu vers l'avant. Elle repensa à ce qui lui avait fait plus ou moins plaisir quand elle était avec Yoite et, fixant maintenant le sol, elle prit tout doucement sa main entre ses doigts, tenant à peine Erzsébet mais la tenant quand même. C'était assez dur pour elle de faire ça, mais elle semblait contente.. Elle se sentait idiote de ne pas pouvoir être plus chaleureuse avec Erzsébet et Yoite, mais c'était déjà beaucoup pour elle.

- O-on peut y aller

A ce moment là, elle releva la tête. Il y avait des gens qui parlaient fort devant la grille du parc. Des voix d'hommes ? Sûrement. Elle fronça un peu les sourcils, se demandant si ces gens étaient ici pour de bonne ou de mauvaise raison. Ce lieu, ce lieu magnifique, était le tombeau de son père. Personne n'a le droit de le souiller ! Elle tourna ses yeux vers son amie, se demandant ce qu'elle pensait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Mer 11 Juil - 9:02

Quand Erzsébet voulut guider sa nouvelle amie vers la sortie du Cimetière des Coquelicots, cette dernière se dégagea de son étreinte pour repartir en arrière. Surprise, la Hongroise s'arrêta et se tourna, pour la voir récupérer son violon avec une tendresse presque religieuse dans ses gestes. En effet, il n'était tout simplement pas question de le laisser ici, il était sans doute trop précieux aux yeux de Ednaëlle!
Quand cette dernière revint dans sa direction, elle s'excusa de son geste. Erzsébet eut un geste de dénégation de la main:

-Ne t'excuse pas, c'est tout à fait normal! C'est de ma faute, je n'avais pas fait attention au fait qu'il était resté là-bas!

Ce qui fit immensément plaisir à la Nécromancienne, c'est que la jolie blonde reprit sa main après être revenue près d'elle. Elle pouvait très clairement sentir qu'elle ne prenait pas le moindre appui sur elle pour marcher, mais la jeune femme n'en prenait pas ombrage. Elle se doutait que l'amitié était un art nouveau pour elle, que de toute façon aucune d'elles deux ne savaient maîtriser réellement. Et puis, Ednaëlle semblait si timide, si peu sûre d'elle (sa propension au vouvoiement venait peut-être de là)! Mais Erzsébet ne le prenait aucunement mal, si sa nouvelle amie était comme ça, c'était normal pour de l'accepter telle quelle!

Les deux jeunes femmes s'avancèrent donc vers la sortie, mais Ednaëlle fronça les sourcils, tandis que Erzsébet soupirait d'agacement: Plusieurs hommes, postés devant la grille du jardin, parlaient fort et riaient, sans montrer à ce lieu le respect qu'il méritait. Cela agaçait, voire mettait en colère la Nécromancienne, il n'était pourtant pas nécessaire de voir les morts pour être respectueux envers eux!

Elles sortirent toutes les deux du Cimetière des Coquelicots, et arrivèrent au milieu d'une bande de d'adolescente, dont certains avaient des canettes de bière à la main, riant fort et s'amusant. La Hongroise lâcha momentanément la main de son amie et se planta au milieu d'eux, reprenant le marque de la fière Erzsébet, celle qui pouvait effrayer plus grand et plus gros qu'elle. Elle s'exprima d'une voix neutre, sans inflexion, mais dans laquelle sourdait la menace, une invitation très claire à ne pas la chercher trop longtemps:

-Vous vous trouvez devant un cimetière, je vous prierais de vous comporter comme il convient. Soit vous vous taisez, soit vous allez ailleurs.


Erzsébet se tenait au milieu d'eux sans la moindre peur apparente, bien que la majorité de ses interlocuteurs faisaient une tête de plus qu'elle. Le marque de la Fière n'était pas le plus adapté pour l'amitié, mais il était bien utile dans certaines situations, comme celles-ci.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Ven 13 Juil - 13:58

Cette situation était un peu comme une sorte de déjà vue pour la jeune fille blonde. Pas vraiment parce qu'elle c'était déjà retrouvée au milieu d'une bande de personne qui semblait très "bas de plafond" mais plutôt parce que quelques jours avant, au beau milieu de la nuit noir, elle avait faire la rencontre de Seishin. Et que, au court de cette rencontre, une bande d'individu de la même sorte était venue sur leur chemin, et tout cela c'était vraiment mal passée. Elle ne voulait pas revivre tout ça, surtout maintenant qu'elle avait une amie. Hors de question que quelqu'un la frappe ! Si ce n'était qu'elle, elle serait déjà partie depuis un moment. La tête baissée, certes, après leur avoir quand même demandée de partir.. elle ne pouvait rien contre une bande de personne comme eux, vraiment rien.

Son idée qui était de rester discrète quoi qu'il arrive fut totalement brisée par l'initiative de Erzsébet. Elle avait beaucoup de respect pour cette jeune fille, mais elle ne pouvait pas vraiment approuver son geste. Elle s'avança au milieu des gens, avec une fierté évidente. Elle avait un air assez effrayant, ce que remarquèrent toutes les personnes présentes devant le cimetière. Pourtant, elle était impressionnée également. Ce lieu était le plus cher à ses yeux, elle ne pouvait pas lui reprocher en réalité de protéger ce lieu. Son père était mort ici, ce père qui était la cause de l'exclusion qu'elle subit alors qu'elle n'était qu'une enfant, mais un père avec qui elle se sentait incroyablement proche. Etrange non ? Elle était la gentillesse même et lui un assassin sans foi ni loi.

-Vous vous trouvez devant un cimetière, je vous prierais de vous comporter comme il convient. Soit vous vous taisez, soit vous allez ailleurs.

Ednaëlle avait peur, elle ne pouvait pas dire le contraire, peur pour son amie. Elle ne pouvait pas la laisser comme ça ! Elle n'avait pas la force de la jeune femme, mais elle pouvait l'aider un peu malgré tout. Elle s'avança à son tour, arrivant à côté d'elle et, à la surprise de certain, s'inclina doucement. Elles n'avaient pas les mêmes manières.

- S'il vous plait, respectez les morts..Sinon, comment voulez vous que les morts vous respecte ?

Elle se redressa et les regarda. Puis elle sursauta. Ils se mirent à rire ! Elle baissa les yeux, honteuse. Elle n'aurait pas du parler.. tant pis. Mais c'est vrai que ses mots pouvaient sembler étrange pour quelqu'un d'autre, mais elle trouvait cela assez .. censé. Les morts avaient eux aussi leur avis sur les vivants non ? Elle tira faiblement sur la manche de Erzsé pour lui faire comprendre qu'elles devaient partir, même si elle doutait que son amie partirait comme ça, aussi facilement. En parlant de mort, avec cette agitation, Arquen se rapprocha à nouveau. Restant aux portes du cimetière, il regarda les hommes. S'il était en vie, ils seraient tous déjà mort ou entrain de ce tordre de douleur. Il fronça les sourcils, comme Ednaëlle un peu plus tôt et regretta de ne pouvoir agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Sam 14 Juil - 8:20

Erzsébet se tenait toujours au milieu d'eux, guettant la moindre de leurs réactions. Avec sa carrure tout de même très frêle, elle n'espérait pas leur faire peur, c'est pour cela qu'elle comptait sur son masque d'assurance pour faire le travail à sa place.
Cependant, c'est à ce moment que Ednaëlle la rejoignit au milieu du groupe, et, s'inclinant légèrement, leur demanda de respecter les morts.

Le problème, c'était que si Erzsébet comprenait très bien ce que voulait dire par là la jolie blonde, les autres n'avaient pas l'air de bien saisir le message. Ils se mirent à rire, et cet accès d'hilarité ne fit qu'augmenter encore la colère de la Hongroise. D'autant que plus que Arquen était de nouveau entré dans son champ de vision, il les regardait depuis l'entrée du Cimetière des Coquelicots. La Nécromancienne ne savait ce qu'il attendait, lui demandait-il de les faire partie, qu'importe les moyens, ou s'amusait-il simplement de la situation? Difficile à dire pour elle...

C'est à ce moment qu'elle sentit Ednaëlle se saisir doucement de sa manche pour l'entraîner en dehors de ce groupe de perturbateurs. Elle se dit qu'elle ferait mieux de ne pas s'attirer d'ennuis et de la suivre sans protester, et puis elle ne voulait pas effrayer son amie de fraîche date! Elle allait donc la suivre pour retourner à l'académie, mais l'un des éléments perturbateurs présents en décida autrement.

Alors que Erzsébet se détournait d'eux, l'un d'eux s'avança et lui saisit le poignet, du genre "Tu crois que tu vas t'en sortir aussi facilement?" Il la tira vers l'arrière, ce qui la fit quitter le contact de Ednaëlle.
Alors son sang ne fit qu'un tour. Grâce à l'entraînement intensif qu'elle recevait de Yoite, elle était déjà parvenue à acquérir quelques réflexes pour le moins intéressants, comme celui là:

A l'instant où elle se retrouva en face de son assaillant, qui lui enserrait toujours fortement le poignet, elle arma un coup de son bras. Bon point pour elle, son bras immobilisé était le droit, et elle était gauchère! Avant même qu'il n'ai eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, l'autre se retrouva le nez de travers et le visage en sang. Instinctivement, il la lâcha pour porter les mains à son visage, et Erzsébet en profita pour lui porter le coup final, un fauchage dans les jambes qui l'envoya au sol.

Du regard, elle mit les autres au défi de l'ennuyer une fois de plus, et en cet instant, elle devait vraiment être effrayante. Oh, Erzsébet, tu devrais prendre garde, à tant vouloir ne plus être faible, tu pourrais en effrayer les autres, et en particulier cette amie de fraîche date que tu as tant peur de perdre déjà!

Sans plus s'occuper d'eux, elle revint dans la direction de Ednaëlle, murmurant pour elle-même sans trop se rendre que la jolie blonde pouvait l'entendre:

-Comme quoi, l'entraînement de Yoite est loin d'être inutile...

Erzsébet adressa un sourire à son amie, et, comme si l'incident était déjà, se remit en route avec elle.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Sam 14 Juil - 10:45

Les rires n'avaient pas beaucoup d'impacte sur la personnalité de la jeune blonde, ni sur ses réactions. Ce n'est pas qu'elle avait l'habitude qu'on ce moque d'elle, quoi qu'elle pourrait très bien avancer cette chose comme argument, mais c'est plutôt le fait que cela ne pouvait pas la toucher. Ednaëlle était une personne gentille quoi qu'on en dise, d'une grande générosité persuadée qu'un jour elle donnera sa vie pour sauver quelqu'un d'autre car, après tout, c'était là le but de son pouvoir n'est ce pas ? Pour elle même, elle n'avait pas d'intérêt sur terre à part aider les autres. Tout ce qui est amitié, amour ou haine devait donc lui être inconnue, de manière totalement logique, n'est ce pas ? Et pourtant elle disait aimer Yoite, et pourtant elle se disait amie avec la certaine Erzsébet. Tout cela était bien contradictoire .. mais au moins, oui, elle ne ressentait aucune haine, aucun dégoût ou même hostilité pour quelqu'un. Elle était trop fragile pour ce battre et, de toute manière, elle ne voyait pas l'intérêt de ce battre. Si on la battait, c'est qu'elle avait du faire quelque chose de mal, elle devait s'excuser, voilà tout..

En tirant sur la manche de sa nouvelle amie, tout ce passa d'abord comme elle le voulu, et elles s'écartèrent du groupe. Tout aurait pu ce finir ainsi si jamais un des individus perturbateur ne décida pas, de son propre chef, d'attraper la plus jeune des deux filles mais la plus fière et de la ramener vers le centre du cercle. En sentant la prise sur la manche de son amie lui être enlevée, la blonde ce retourna vivement pour voir ce qui suivit. Sans attendre quoi que ce soit, Erzs' fit partir son point dans la tête du jeune homme, puis sa jambe dans ses bijoux de famille. Celui ci s'écroula à terre dans la seconde qui suivit. Elle regarda tout ça, impuissante, avec de grand yeux. Aucuns de ses garçons n'étaient bagarreurs sinon ils auraient sautés sur son amie sans attendre, mais là non, ils la laissait partir. Elle aurait pu juste se dégager, ils auraient encore un peu rit, mais c'est tout.. pourquoi l'avait elle forcément frapper ? En Erzsébet, elle eu l'impression de voir Seishin. Impulsif, bagarreur.. Non, elle n'était pas déçue. Elle ne comprenait juste pas pourquoi c'était ainsi.

Elle porta une main a sa tête, faiblement, son pouvoir réagissant en elle. L'homme avait mal, très mal, elle le sentait, mais elle ne pu aller l'aider.

La gothic revint vers Ed et sourit doucement en murmurant avant de reprendre la route. D'abord, les paroles ne provoquèrent pas de réaction chez elle, et elle la suivit dans l'incompréhension la plus totale, sans cette fois lui reprendre faiblement la main ou un morceau de vêtement, faiblement en arrière. Pourquoi frapper.. Elle sursauta, s'arrêta un instant puis la rattrapa. Arrivant devant elle pour lui barrer le chemin, sans trop s'en rendre compte, elle la regardait avec surprise, interrogation et un peu de peur.

- Vous avez dit Yoite.. Yoite Rokujo ? .. Pourquoi vous fait il un entrainement ?

Une peur absolument pas causée par ce qui venait de ce passer, même si elle avait de quoi. Non, plutôt par la réponse qu'elle pourrait lui donner. Yoite, d'après ce qu'elle avait entendue de lui par les élèves, n'était pas du genre à perdre son temps pour quelqu'un, c'est d'ailleurs pour ça qu'il la laisse sans nouvelle depuis.. stop ! Il ne faut pas penser à sa. Mais alors pourquoi ?Avait elle des soucis ? Yoite .. serait il capable de l'utiliser dans son seul but ? Et ici, son but, c'est de détruire l'organisation.

Non ! Elle ne voulait pas qu'il utilise sa seule amie comme un jouet ...


Dernière édition par Ednaëlle Maylived le Dim 15 Juil - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Dim 15 Juil - 7:28

Une fois que les perturbateurs cessèrent d'être un problème pour elles, les deux jeunes femmes s'éloignèrent, Ednaëlle légèrement en retrait par rapport à Erzsébet. La Nécromancienne ne pouvait pas comprendre l'impact que cette simple phrase avait pu créer pour son amie, mais elle n'allait pas tarder à le savoir.

Au bout d'un moment, alors que le Cimetière des Coquelicots n'était plus en vue, Ednaëlle se plaça devant elle pour lui barrer le chemin et la Lytaria, surprise, s'arrêta sans protester. La question qui s'ensuivit la surprit également, mais elle ne rechigna pas pour lui répondre, sans cependant lui expliquer toute la vérité, ignorant dans quelle mesure elle pouvait être au courant de ce qui se tramait.

-Yoite me dispense un entraînement au combat, car je le souhaite, pour être capable de me défendre en cas de problèmes, par moi-même. De son côté, il m'a prévenu qu'en retour, il m'utiliserait, moi, mes capacités physiques et ma Nécromancie, quand il en aurait besoin.


Et Erzsébet ne mentait en aucun point, Yoite lui avait bien signifié qu'elle n'était en quelque sorte que son "arme vivante", elle omettait juste de préciser qu'elle connaissait la prochaine l'utilisation qu'il lui trouverait. Mais, tant qu'elle ne connaissait pas le lien exact entre Ednaëlle et Yoite, elle ne dirait sans doute rien de plus. Après tout, ils étaient peut-être très proche, auquel cas elle n'aurait aucune bonne raison de mentir. Ou ils pouvaient ne pas se connaître, et Ednaëlle avait posé la question...juste comme ça.

-Pourquoi cette question? Tu le connais bien?

La question de Erzsébet était après tout, tout à fait légitime, et cette dernière eut un léger sourire, comme pour signifier, "Pas besoin de t'inquiéter, il n'y a rien de grave!" Elle ne voulait pas que son amie de fraîche date commence à se faire du soucis pour elle, et elle aurait des raisons de s'en faire si, comme elle le craignait, elle connaissait les tenants et les aboutissants de l'histoire.

Après avoir posé cette question, Erzsébet saisit Ednaëlle par la manche avec la même douceur et la même gentillesse qu'elle-même l'avait fait pour elle un peu plus tôt, et l'invita à continuer sa marche, au lieu de rester plantées là. La Nécromancienne ignorait encore qu'en prononçant presque nonchalamment le prénom de Yoite, elle venait de toucher un point sensible commun à leurs deux histoires à StarthClyde, même si ce n'était pas du tout pour les même raisons.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Dim 15 Juil - 13:51

Yoite Rokujo est un nom pas vraiment très banal, mais Ednaëlle n'aurait pas pu deviner qu'en rencontrant Erzsébet il n'y a pas si longtemps que ça ainsi que la demoiselle aux cheveux roses elle serait à nouveau entrain de penser à lui et même, dans le cas présent, à parler de lui. Elle n'aimait pas parler des gens en leur absence, elle n'avait de toute manière pas beaucoup d'occasion de le faire vue qu'elle ne parlait presque avec personne, et parlait souvent peu. Mais maintenant, tout semblait si différent. Elle venait de poser une question dont elle redoutait la réponse, elle n'avait presque plus envie de savoir, et pourtant elle restait là, debout, immobile à attendre une réponse de la part de son amie. Peut de personne l'appeler "Yoite".. étaient ils proches ? Elle sentie son coeur se pincer faiblement et se sentie idiote. Ainsi donc, elle pouvait être jalouse d'une chose aussi bête.. mais elle n'en avait pas le droit, et puis, sûrement que beaucoup de gens l'appelait en fait par son prénom ! Oui.. sûrement..

Pourtant, tout ce qu'elle pu lui apprendre en lui répondant de manière franche ne la rassura pas. Il y a longtemps, vraiment très longtemps, on lui avait dit que n'avoir aucune attache était un plus, quelque chose qui permettait de garder la tête froide, de ne pas faire d'action précipité ou même de ne pas être déçu inutilement. Elle ne pouvait pas savoir que cette phrase résumait entièrement la vie de son père, mais dès lors elle avait essayée de s'y tenir. De plus, avec sa mère toujours dans son esprit et les mots horribles qu'elle lui avait dit, elle ne pouvait pas, dans sa tête, prendre une autre ligne de vie. Pourtant maintenant.. "ami"..."amour".. elle se demandera encore longtemps si elle a fait le bon choix. Elle n'avait plus l'air surprise, mais plutôt incroyablement calme, et elle fixait un point devant elle, réfléchissant. Voilà, sa seule amie était devenue le jouet du seul homme qui c'était intéressé à elle.. Erzsé lui sourit, mais il était un peu trop tard. S'inquiéter ? Oui et non, elle avait l'impression de trop comprendre ce que ça voulait dire. Elle était plutôt comme accablée. Et, même quand elle la tira doucement par la manche, elle ne bougea pas. Doucement, elle releva les yeux vers elle et la regarda.

- Qu'est ce qu'il y a de si merveilleux dans la violence ? Faire mal aux autres...qu'est ce que cela vous apporte à tous ? A vous, à Seishin, à Rokujo et aux autres. Est ce si délicieux de frapper et d'être craint ?

Sans réellement sans rendre compte, elle appela Yoite par son nom de famille. C'était la première fois qu'elle le nommait ainsi. Pourquoi maintenant ? Car elle avait l'impression de voir tout ça de très loin. Ne pas s'inquiéter pour elle était totalement impossible. Mais ses questions étaient légitimes à elle aussi non ? Pourquoi tout le monde frappait ? Tout le monde, toujours, la violence, la douleur, le sang, et cette même jubilation pour les "gentils" et les "méchants".

- Il vous entraîne uniquement pour pouvoir se servir de vous, et vous trouvez tout cela normal... vous ne savez pas ce qui le poursuit, vous ne savez pas ce qui vous attend.

Elle donnerait n'importe quoi pour que Yoite n'est plus à ce cacher des hommes qui en ont après lui, mais elle donnerait tout pour qu'il n'utilise personne. Ce n'était pas par gentillesse qu'il aidait Erzsébet, c'était pour lui, et s'il devait la laisser mourir, au fond d'elle, Ed savait qu'il le ferait. Il refusait qu'elle l'aide, mais par contre, la première inconnue qu'il croisait et qui voulait devenir plus forte, il s'en servait avec plaisir. Elle détourna les yeux, ses deux mains sur la poignet de la housse de son violon et baissa la tête.

- ... excusez moi

Elle n'avait pas à oublier sa place, quoi qu'il arrive. Elle n'avait sûrement ni le droit ni la position de parler ainsi à quelqu'un, même si cette personne lui a proposé son amitié peut de temps avant. Elle se sentait tellement inutile ! Ils évoluaient tous dans un monde tellement différent du sien, un monde qui lui sera à jamais inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzsébet Isaakovitch
Admin-the Necromancer
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 21/02/2012
Age : 22
Localisation : Assise dans un couloir, de la musique dans les oreilles

Journal de bord
Age:: 17
Pouvoir:: Nécromancie
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Ven 20 Juil - 7:34

Ednaëlle, sans que Erzsébet ne comprenne vraiment pourquoi, semblait très concernée par cette histoire d'entraînement. Au vu de sa condition physique, elle n'en suivait pas, était-elle alors une proche de Yoite? Elle ne pouvait pas le savoir, mais cette hypothèse expliquait peut-être cet intérêt!
Et de fil en aiguille, la jolie blonde commença à lui faire la morale sur le combat. Erzsébet ne fit rien pour l'interrompre, et même l'écoutait avec la plus grande attention.

Quand Ednaëlle finit par des excuses, Erzsébet secoua lentement la tête et lui répondit:

-Tu n'a pas à t'excuse, tu as tout à fait le droit de me dire ce que tu penses sans en demander pardon juste après, surtout que nous sommes amies maintenant!


La Nécromancienne laissa le silence planer un peu entre elles deux pour formuler sa réponse. Elle avait été d'une certaine façon attristée par cela, même il elle aurait préféré mourir que de le lui montrer. Elle avait eu raison, elle était vue comme une femme violente qui ne trouve jouissance que dans le sang. Cela la rendait bien triste...

Masquant très bien cette émotion naissante, Erzsébet finit par prendre la parole pour expliquer son comportement:

-Oui, je sais très bien que Yoite ne voit en moi qu'une arme et rien d'autre, et il me jettera aussitôt que je ne lui serai plus utile. Il ne s'agit de rien d'autre que d'un échange, son entraînement en échange de mon service. Ce qui m'attend, je n'en connais pas la nature exacte, mais il s'agit du prix à payer, alors je le fais. Je ne le fais nullement par bonté d'âme, Yoite n'en a que faire venant de moi.


Un autre silence, puis:

-Et pour répondre à ta première question, je ne trouve aucun plaisir à me battre ou à me défendre. Je ne suis pas un Vampire, le sang ne m'attire pas. Mais je sais aussi que si je ne suis pas capable de me défendre toute seule, personne ne s'interposera pour ma petite personne. Et si je ne peux pas me battre, je sais qu'on se servira de moi...comme on l'a déjà fait par le passé.


Erzsébet avait été incapable de regarder son interlocutrice dans les yeux en prononçant cette dernière phrase, et elle avait détourné la tête, regardant en lien en s'efforçant de cacher le frisson qui l'avait secouée à l'évocation du passé. Elle ne voulait plus jamais revivre cela, qu'importe les sacrifices à faire.

___________


Merci à Yoite Rokujo pour ce kit


Erzsébet Isaakovitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ednaëlle Maylived

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2012

Journal de bord
Age:: 18 ANS
Pouvoir:: absorption des douleurs
Relations::

MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   Ven 20 Juil - 9:31

Ednaëlle ne bougeait pas, les yeux baisés de honte d'avoir osé lui dire tout cela. Sûrement que son amie allait mal prendre certain chose, et rien que cette idée lui faisait déjà mal. Elle aurait aimée ne pas prend les choses à coeur à ce point, elle aurait voulue également tout faire pour juste lui expliquer que, ce qu'elle ne comprenait pas, ce n'était pas tant le fait de frapper, mais plutôt pourquoi les gens se frappaient entre eux. Elle aussi, on l'avait déjà frappé.. Elle n'était pas un exemple de sagesse, peut être aurait du t elle rendre les coups, mais voilà, elle ne l'a pas fait, elle ne le fait jamais, elle ne sait de toute manière pas le faire, et en connaissant son pouvoir, faire mal serait s'auto-tuer à petit feu.

La nécromancienne laissa un blanc et parla d'un voix douce et agréable. Ca voix habituel en fait. Elle parla pendant un moment qui lui sembla incroyablement long à écouter. Pourquoi ? Parce qu'elle essayait vraiment de comprendre pour ne pas la blesser, pour ne rien faire de mal. Elle avait l'impression d'être une enfant à qui ont fait la morale et, dans un sens, ce n'était pas totalement faux. Cela ne lui ressemblait pas de donner son avis sur brutalement, alors qu'elle n'avait rien à dire, et que la moitié de ses mots n'étaient pas fondés. Cela ne lui ressemblait pas du tout même, elle qui avait eu si longtemps l'habitude d'être aussi expressive qu'une feuille blanche. C'est le contacte avec ces gens qui la changeait, et tout cela lui faisait peur, bien qu'elle ne veuille pas l'avouer. Que Erzsébet approuve ses mots sur Yoite lui fit un pincement aux coeurs. Il était si horrible que ça avec les autres ? Et pire, pourquoi l'acceptait elle si rapidement ? Cela ne servait à rien qu'il l'entraîne si jamais c'était pour la laisser mourir. La prochaine fois qu'elle pourrait l voir, il faudra parler. Elle ne pourra pas laisser tout ça ce faire en le sachant.. Impossible !

Quand elle eu finit, elle releva les yeux vers elle. Erzsé' ne la regardait pas, elle semblait enfouir quelque chose au fond d'elle, quelque chose de profond et de terrible.

- Si.. moi.

Elle sentie des petites larmes couler.. elle pleurait toujours trop facilement et trop rapidement. Elle était vraiment bonne à rien, pas étonnant qu'elle ai vécue tout ce qu'elle a vécue. Ce trait de caractère était une des choses qu'Arquen détestait.. pourtant il n'avait jamais maudit sa fille. Elle pleurait facilement, mais jamais inutilement. Elle avait pleurée à cause de Yoite, pleurée pour son père, et maintenant, pour son amie..

- Moi je m'interposerai pour vous ! Vous êtes l'une des plus belle chose qui me soit arrivé, je ne pense pas en avoir le droit alors.. même si je n'ai pas le droit, moi je prendrai tous les coups du monde pour vous protégez ! Jamais personne n'a voulu être amie avec moi, on ne m'a jamais regardé, alors ne dîtes pas que vous donneriez votre vie pour un homme qui se fiche de vous ! Pas comme ça, je ne veux pas..

Elle pleurait encore quand elle arrêta de parler. Elle baissa la tête et se rapprocha d'elle, pour être tout près, mais sans la toucher. La suite de ses mots furent un murmure pour que seule elle l'entende.

- Yoite m'a regardé lui aussi.. il m'a dit des choses qui sont interdites pour moi, mais malgré l'affection que je lui porte, malgré le danger qu'il risque, jamais je ne le laisserai sacrifier des gens pour sa propre survit.. Je me moque de mourir seule, mon père est mort seul et détesté. Je veux juste que vous ne cherchiez pas la mort, la violence.. pas maintenant.

Elle se sentait idiote. Tout simplement stupide.. Elle n'avait pas le droit de dire tout cela, mais c'était vrai. Même si pour Erzsébet, elle devait quitter Y.. Ne parlons pas de ça ! Mais pourtant, elle ne pouvait pas cacher que savoir ce qu'il faisait de gens innocent l'horrifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec le passé [PV : erzsébet]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Winter, une jument avec lourd passé ~
» J'ai passé un excellent week-end ! Merci à tous c'était génial !
» J'ai passé un excellent week-end !
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StarthClyde :: RPs suspendus-
Sauter vers: